Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Burkina, le ministre de la Défense dénonce l’échec la France
Burkina, le ministre de la Défense dénonce l’échec la France

Lu pour vous

 

By La rédaction de Mondafrique  10 juin 2019

 

Le ministre Burkinabé de la Défense, Mounima Sheriff Sy, estime que l’opération du G5 Sahel, initiée par la France pour créer une force africaine anti terroriste, a largement échoué

Face à la persistance de la menace terroriste, Moumina Sheriff Sy, ministre Burkinabé de La Défense, a décidé d’en appeler à la solidarité africaine en matière de défense. A la suite d’une visite en Afrique du Sud, le ministre a estimé que l’armée du président sud-africain Cyril Ramaphosa pourrait et devrait aider un pays comme le Burkina Faso en fournissant une aide logistique, matérielle et militaire dans le cadre de la mise en place de sa stratégie anti-terrorisme.

Le Burkina, un nouveau Mali

Des dizaines de personnes ont trouvé la mort cette année, suite à des attaques sur des écoles, des représentations du service public ou encore des écoles. Une situation que le Burkina semble avoir énormément de mal à comprendre, d’autant que les prévisions sur le futur du pays ne laissent rien présager de bon, certains allant même jusqu’à estimer que le Burkina aurait pu devenir le nouveau Mali.

Une situation qui pousse d’ailleurs le ministre Sy à remettre en cause le rôle réel de la France dans cette situation.

La France remise en cause

En effet, l’hexagone est considéré comme étant une nation devant fournir une aide conséquente en matière de financement et d’aide matérielle aux pays membre du G5 Sahel. Toutefois, les résultats semblent être relativement loin des attentes. Pire encore, selon le ministre burkinabé, l’impact de cet apport est proche du néant. Les promesses européennes n’ont pas été tenues expliquant, le G5 Sahel ne peut pas réussir dans sa mission.

« Je pense personnellement que le G5 Sahel ne réussira pas parce que nous ne pouvons pas croire aux Européens en ce qui concerne la garantie de notre sécurité. » a-t-il ainsi expliqué, ajoutant qu’un pays comme la France, de par son rôle d’ancien colonisateur devrait avoir un impact plus important que quiconque.

Il prend ensuite l’exemple du Mali. Sans l’aide et l’apport réel de Paris, le pays n’existerait probablement plus. Pour autant, les menaces djihadistes restent plus fortes que jamais.« Ils ont plus de 4000 militaires dans la région, je suis surpris qu’ils n’aient pas réussi à éradiquer cette menace terroriste ».

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a rencontré vendredi l'opposant congolais et ancien vice-président Jean-Pierre Bemba » ...la suite
La situation en Centrafrique était à l’ordre du jour du Conseil de sécurité de l’ONU à New York jeudi 20 juin. Le représentant spécial d’ » ...la suite
Des violations de l'accord de paix pour la Centrafrique conclu le 6 février sont commises chaque jour, a indiqué jeudi au Conseil de sécurité l'é » ...la suite
La France, partenaire traditionnel du Niger, enregistre de sérieux revers, autant sur le plan industriel qu’en matière de coopération militaire » ...la suite
La région mène une nouvelle phase de désarmement des groupes armés, mais les massacres de Koundjili et Lemouna en mai ont fragilisé les progrès. » ...la suite
Centrafrique : nouvelle manifestation à Bambari contre les soldats mauritaniens de la Minusca. Dans la matinée du dimanche 2 juin 2019, les jeune » ...la suite
Les éléments armés du mouvement rebelle RJ (Révolution-Justice) d'Armel Ningatouloum Sayo opérant dans l'extrême nord-ouest et l'ouest de la Ré » ...la suite
Alors que le 8e accord de paix signé entre les autorités de Bangui et 14 groupes armés traine dans son exécution, un quinzième groupe armé issu » ...la suite
Le groupe armé 3R, responsable de tueries ayant entraîné la mort de plus de 50 civils dans l'ouest de la Centrafrique la semaine dernière, a promi » ...la suite
Les récents événements tragiques en Centrafrique montrent que l’Accord de Khartoum est miné par les concessions accordées aux groupes rebelles. » ...la suite