Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » SANI YALO REPOND A KARIM MECKASSOUA
SANI YALO REPOND A KARIM MECKASSOUA

SANI YALO : « MECKASSOUA A ÉTÉ LE CERVEAU DE LA RÉBELLION AYANT OUVERT LA VOIE À TOUTES LES REBELLIONS QUE NOUS CONNAISSONS AUJOURD’HUI »

 

http://centrafrique24.over-blog.com  12 JUIN 2019

 

Suite aux graves accusations portées par l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Abdou Karim Meckassoua, contre le Président du Conseil d’Administration du BARC et Conseiller du Président de la République, Sani Yalo a décidé de donner sa version de ce qu’il qualifie de cabale médiatique savamment orchestré par ses adversaires politiques.

Monsieur Sani Yalo bonjour. L’ancien Président de l’Assemblée nationale affirme dans une interview accordée à 54 Etats.com qu’il a été victime d’un empoisonnement. Que pensez-vous de cette affirmation qualifiée de grave ?

 

Sani Yalo : Bonjour Monsieur le Journaliste. Je vous remercie pour cette opportunité que vous m’offrez afin d’éclairer la lanterne de vos lecteurs. J’ai suivi avec beaucoup d’attention les balivernes de Meckassoua qui n’est pas d’ailleurs un inconnu de nos compatriotes pour ses agissements et j’en ris. Et je suis mieux placé pour vous dire qui est véritablement ce monsieur. Dire qu’il a été empoisonné relève purement et simplement des histoires à dormir debout. Ce manipulateur hors pair comme à son habitude cherche toujours des moyens pour faire parler de lui. Pour votre gouverne, Meckassoua a été passé à tabac sous le magistère du feu Président Ange Félix PATASSE à cause de ses accointances douteuses. Imbu de sa personne, il a voulu entrainer son patron de l’époque Jean-Paul NGOUPANDE dans un projet de putsch contre le Président PATASSE lors de la deuxième mutinerie. Malheureusement pour lui, les sbires de ce dernier très remontés contre lui, l’avaient molesté. Et c’est suite à cet incident qu’il a eu un pied en mauvais état. Ce qui ne cesse de lui causer du mal jusqu’alors. Quand il affirme qu’il a été foudroyé par un mal, c’est évidemment  suite à cet incident avec les éléments de la garde présidentielle de l’époque. Les médecins ont qui souhaité que sa jambe soit amputée  mais il a toujours opposé son refus. C’est un secret de polichinelle qu’il a un problème au niveau de son pied. Un mensonge répété mille fois se transforme-t-il en vérité ?. Lors de son hospitalisation il avait voulu faire passer à travers son Chef de cabinet un article dans lequel il évoquait la question de cet empoisonnement. Malheureusement les journalistes avaient refusé de se prêter à ce jeu. Voilà pourquoi il est obligé de lâcher cette chimère lui-même. Ce n’est pas digne pour une personnalité comme lui de mentir à ses compatriotes

 

Depuis son éviction du perchoir de l’Assemblée nationale, Adbou Karim Meckassoua arpente énormément l’Afrique centrale. Que peut-on entrevoir de ses multiples déplacements ? Quelle relation entretient-il avec le Président Denis Sassou Nguesso du Congo Brazzaville ?

 

Sani Yalo : Vous savez, monsieur MECKASSOUA est une personnalité politique. Et à ce titre, il est libre de rencontrer les personnalités étrangères qui désirent le recevoir pour parler de l’avenir du Centrafrique ou de son propre avenir politique. S’agissant des relations qu’il entretient avec le Président Denis Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, je répondrais de la manière la plus simple qui soit. Le Président Denis Sassou Nguesso est une personnalité qui aime la Centrafrique. Il a été toujours au chevet de ce pays et a même été Médiateur de la crise centrafricaine à un moment donné. Un homme au grand cœur. Malheureusement, Meckassoua perçoit la largesse du Président Sassou comme une faiblesse et, ne cesse de répéter à qui veut l’entendre que ce dernier est bête et très limité intellectuellement. Pourquoi ? Parce que selon lui, il s’approche de lui juste pour profiter de ses sous afin de bien mener son combat politique bien qu’il est transformé en garçon de course du Président Sassou. Une bien étrange considération pour un homme de cette stature à l’encontre de son bienfaiteur. Il utilise le nom du Président Sassou comme fonds de commerce. Je rappelle qu’il n’est pas le seul en Centrafrique à avoir des relations avec le Président Sassou de Congo. Mais à se transformer en marchand d’illusions au nom du Président Sassou n’est pas du tout bon.

 

Meckassoua s’insurge contre le gouvernement Ngrebada à cause de la présence de certains représentants des groupes armés. Que répondez-vous suite à son attitude ?

 

Meckassoua n’est pas indiqué et mieux placé pour donner de leçon à qui que ce soit. S’il y a quelqu’un qui a été à l’origine de la naissance des groupes armés en Centrafrique, c’est bel et bien Meckassoua. Souvenons-nous de la déclaration tonitruante du chef rebelle ZOUNDEKO, paix à son âme d’ailleurs, qui disait sur les ondes de la Radio Ndeke Luka que c’est Meckassoua qui est le financier des groupes armés en Centrafrique. Meckassoua n’a pas répondu publiquement à cette accusation. Qui ne dit mot, consent dit-on. Et ce n’est qu’une semaine après que son meurtre ait été commandité. Par qui ? Suivez mon regard. Qui en Centrafrique ne sait pas que MECKASSOUA a été le cerveau de la rébellion de BOZIZE ayant ouvert la voie à toutes les rebellions que nous connaissons aujourd’hui ?  Alors  si le Centrafrique est confronté à ce phénomène des groupes armés, Meckassoua en endosse la grande responsabilité. Comment peut-il s’insurger contre la nomination de certains représentants des groupes armés dont il est le parrain dans l’actuel gouvernement ? La nomination de ces rebelles fait suite à un accord politique. C’est dans le souci de trouver une solution idoine de sortie de crise définitive que le Président TOUADERA a bien voulu impliquer ces rebelles dans ce gouvernement. Il aurait dû faire mieux quand il était au perchoir, mais hélas, nous avons remarqué qu’il n’était pas à la hauteur avec toutes les gaffes qu’il a eu à commettre.

 

Pensez-vous que Meckassoua a été victime d’un coup d’Etat parlementaire et qu’on a voulu et on a eu sa peau parce qu’on ne supportait pas que l’Assemblée nationale joue son rôle démocratique de contrepoids comme il a lui-même insinué ?

 

C'est du pipeau ça ! Comme l’on sait tous, MECKASSOUA a été légalement destitué par ses collègues députés pour manquements au devoir de sa charge en tant que Président de l’Assemblée nationale comme prévu par la Constitution. A titre de rappel, excédés par les pratiques peu orthodoxes de MECKASSOUA, ses collègues ont sorti une pétition qui avait requis plusieurs signatures y compris celles de certains députés de son groupe parlementaire « Le Chemin de l’espérance ». A la suite, ils ont été au vote où une centaine des députés sur 140 que compte l’Assemblée nationale avaient voté pour sa destitution. Il s’agit d’une procédure régulière qui a conduit à cette destitution. Il faudrait dire qu’il a été rejeté par ses  collègues comme un malpropre. Comment peut-il dire qu’il a été victime d’un coup d’Etat parlementaire ? C’est juste un sentiment nostalgique qu’éprouve MECKASSOUA en disant cela. L’Assemblée nationale a toujours joué son rôle de contre-pouvoir. C’est pourquoi les ministres répondent toujours à leur interpellation. La séparation des pouvoirs est respectée en Centrafrique et le Président TOUADERA qui est le garant de la Constitution veille à ce que chacun d’eux joue son rôle.

 

Plus loin, Meckassoua déclare clairement que c’est vous qui montrez à Touadera toutes les voies mafieuses pour accumuler des richesses. Que répondez-vous de à cette accusation grave ?

 

Peut-il apporter la preuve de ses allégations ? Je pense personnellement qu’en tant qu’une personnalité politique, il doit prouver aux Centrafricains comment je montre les voies mafieuses  pour accumuler des richesses au Président TOUADERA. Je me réserve le droit d’ester en justice MECKASSOUA pour ses niaiseries. S’il y a une personne plus mafieuse c’est MECKASSOUA. L’on est au courant des sous d’origine douteuse qu’il prétend avoir reçu auprès des pays de la Ligue arabe et des transactions qu’il effectue pour blanchir des sous. En Centrafrique, MECKASSOUA est impliqué dans plusieurs fausses affaires d’achat des maisons avec des contrats de vente douteux. Je n’en dirai pas plus.

 

Il confirme que vous êtes bien impliqué dans une tentative de renversement du président Obiang Nguéma de la Guinée Equatoriale. Qu’en dites-vous ?

 

Je me suis largement prononcé sur cette affaire. Les auteurs de ce putsch ont été jugés en Guinée. La procédure suit toujours son cours. Vous n’avez jamais écouté le nom de Sani Yalo. Je ne souhaite pas commenter cette affaire qui est du domaine judiciaire. Je pense qu’il montrera le moment venu la preuve de mon implication dans ce putsch. Et moi et ma famille, nous vivons en parfaite symbiose.  Pour aller plus loin, en commanditant un putsch en Guinée, qu’est-ce que j’y gagnerai ? Suis-je Guinéen ? Autant de questions que je me pose. Je pense que Meckassoua aurait dû trouver autre chose pour essayer de ternir mon image. Je le défi de montrer la preuve de mon implication dans cette affaire.

 

Quel est le but d’Abdoulaye Miskin ? Quel est le lien qu’il entretient également avec Karim Meckassoua ? Que fait-il réellement au Congo? Votre réponse à la même question posée à Meckassoua

 

Je vous l’avais déjà dit, MECKASSOUA est un grand parrain des rébellions. Très assoiffé du pouvoir et sachant que les Centrafricains ne pourront jamais lui confier leur destinée en l’élisant au pouvoir, il a opté pour la prise du pouvoir par les armes. C’est pourquoi à l’époque il s’était acoquiné de BOZIZE pour renverser PATASSE. Très impopulaire en Centrafrique comme en témoigne son minable score lors de la dernière présidentielle, il s’appuie sur Abdoulaye MISKINE pour rendre le pays ingouvernable. Personne n’est dupe, toutes ses velléités machiavéliques tourneront en eau de boudin. C’est MECKASSOUA qui a trouvé un gîte à MISKINE au Congo Brazzaville et qui l’entretient même. MECKASSOUA abuse de la confiance du Président Sassou pour utiliser le Congo comme base arrière de sa rébellion avec Abdoulaye MISKINE. Il y a un temps pour toute chose et tôt ou tard MECKASSOUA répondra de ses actes.

 

Meckassoua déclare qu’il y a suffisamment d’éléments pour traduire le Président de la République Faustin Archange TOUADERA devant la Haute Cour de Justice pour haute trahison, et notamment pour violation caractérisée du serment qu’il a prêté le 30 mars 2016. Etes-vous de cet avis ?

 

Qu’il traduise le Président TOUADERA devant la Haute Cour de Justice et on avisera. Comme je l’ai dit tantôt, c’est la nostalgie qui amène MECKASSOUA à dire ces inepties. Il a complètement perdu la tête après sa destitution au perchoir de l’Assemblée nationale. Je comprends sa réaction.

 

S’agissant des groupes armés, beaucoup sont de ceux qui pensent que Meckassoua entretient des liens étroits avec les leaders. Que pensez-vous de cela ?

 

Je vous le dis et je le répète. Ce n’est pas nouveau et un important chef rebelle a déjà publiquement confirmé cela. Vous êtes le seul à vous poser la question encore sur cette vérité. Je ne pense pas mais partant de la déclaration de ZOUNDECKO qui a confirmé mes soupçons, je tire la conclusion qu’il a des liens avec les leaders des rébellions.

Ces derniers temps en Centrafrique, les agitations viennent de partout, n’est-ce pas le même scenario de la venue de la horde des Sélékas qui se reproduit ?

 

C’est ce que l’on constate tous. Mais rassurez-vous, le Centrafrique est un pays béni de Dieu. Nous avions connu l’apocalypse avec l’avènement de la Seleka parrainée par certains hommes politiques. Aujourd’hui encore, certains ennemis de la paix pactisent avec d’autres groupes armés pour le même scénario. Croyez-moi, c’est le peuple qui se lèvera comme un seul homme pour barrer la route à leurs manœuvres. Le Président TOUADERA a été sur la base d’un programme politique qu’il est en train de mettre en œuvre avec la satisfaction générale. L’engouement ayant suivi son élection démontre que le peuple ne veut plus de la rébellion comme moyen d’accession au pouvoir.

 Monsieur Sani Yalo je vous remercie

 

Je vous en prie monsieur le journaliste !

 

Affaire à suivre…

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Mondafrique – Quel bilan faites-vous des dix ans de pouvoir d’Ali Bongo ? JGNA – « Le peuple Gabonais, en se prononçant massivement en » ...la suite
Aux abois, le Président élu des Centrafricains Touadéra semble faire feu de tout bois en ce moment : voyage éclair au nord-est de la RCA, milices » ...la suite
"La Centrafrique est gouvernée à 80% par les groupes armés" Abdou Karim Meckassoua, Ministre sous la présidence de François Bozizé pendant 6 » ...la suite
Soixante (60) ans après les indépendances et près de trois décennies- toute une génération pour ainsi dire- d’errements, en politique de pilot » ...la suite
Un régime politique qui laisse massacrer sa jeunesse n’a pas d’avenir . Museler l’opposition démocratique n’est pas une solution à la crise » ...la suite
La situation de notre pays avant l’Accord de Paix À la suite du retour à la démocratie et au multipartisme consacré par les élections group » ...la suite
Après avoir fait le constat- plutôt amer- suivi d’un diagnostic sérieux de l’état de délabrement- un état de délabrement marqué par la dé » ...la suite
Après le massacre de civils dans le nord-ouest de la Centrafrique par des membres d’un groupe rebelle, les inquiétudes sur la survie de l’accord » ...la suite
L’échec et la catastrophe annoncés de la politique sans vision ni cap de Touadéra s’étalent jour après jour sous nos yeux , devenus secs à » ...la suite
C'est un symbole fort : en Centrafrique, les FACA forces armées centrafricaines se sont réinstallées le 18 mai à Kaga-Bandoro, une ville tenue par » ...la suite