Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Livres & Médias » Centrafrique. Pas de poursuites judiciaires contre les deux journalistes de l’AFP à Bangui
Centrafrique. Pas de poursuites judiciaires contre les deux journalistes de l’AFP à Bangui

 

18/06/2019 (AFP)

 

Lors d’une manifestation de l’opposition, samedi 15 juin à Bangui, interdite par les autorités, deux journalistes français travaillant pour l’Agence France Presse (AFP) en Centrafrique avaient été brutalement interpellés et leur matériel confisqué ou détruit.

Aucune poursuite judiciaire n’est engagée contre les deux journalistes français de l’AFP travaillant en Centrafrique, a annoncé ce mardi 18 juin le porte-parole du gouvernement centrafricain. Les deux professionnels avaient été brutalement interpellés samedi 15 juin à Bangui au moment de la dispersion d’une manifestation interdite de l’opposition

« Il n’y a pas de poursuites judiciaires contre eux », a déclaré Maxime Ange Kazagui, contacté à Bangui depuis Libreville. Les deux journalistes avaient été menacés oralement de poursuites pour « couverture de manifestation interdite ». Le porte-parole a ajouté que le ministre de la Justice, Flavien Mbata, avait « donné pour instruction de retrouver » le « matériel et effets personnels » des deux journalistes dérobés ou détruits au moment de leur violente arrestation.

« Nous faisions juste notre travail »

« Nous sommes soulagés », a déclaré l’un de ces deux journalistes, Charles Bouessel (27 ans), tout en réclamant la restitution de son matériel. « C’est une bonne chose qu’il n’y ait pas de poursuites d’autant que nous faisions juste notre travail. Je travaille comme journaliste en Centrafrique par amour du pays depuis deux ans. J’espère que les autorités vont me restituer mes effets et prendre des sanctions contre les policiers qui nous ont agressés sans raison », a déclaré l’autre journaliste, Florent Vergnes (30 ans).

Les deux journalistes de l’Agence France-Presse n’ont toujours pas récupéré leur matériel ainsi que leurs biens personnels. Accrédités pour travailler dans ce pays, ils ont déclaré avoir été retenus plus de six heures et auditionnés trois fois, après avoir été arrêtés et battus à plusieurs reprises par des membres de l’Office centrafricain de répression du banditisme (OCRB)

L’AFP, qui a vivement condamné « les violences policières injustifiables dont ont été victimes » ses deux journalistes, a officiellement protesté lundi 17 juin auprès des autorités centrafricaines.

 

1 commentaire

N
CES DEUX JOURNALISTES ONT ETE BATTUS PAR DES POLICIERS DE L'ORCB ET LEURS MATERIELS VOLES OU CONFISQUES LORS D'UNE MINIFESTATION "INTERDITE". POURTANT, ILS COUVRAIENT SIMPLEMENT CETTE MANIFESTATION DANS LE CADRE DE LEUR FONCTION. DES POLICIERS QUI NE CONNAISSENT AUCUNE NOTION DE LA LIBERTE DE PRESSE. PEUT T'ON SEULEM FONCTION. DES POLICIERS QUI NE CONNAISSENT AUCUNE NOTION DE LA LIBERTE DE PRESSE. PEUT T'ON SEULEMENT CROIRE A UNE IGNORANCE DE CETTE NOTION ? UNE CHOSE EST SÛRE, LE COMPORTEMENT DE CES FLICS N'EST QUE LE REFLET DE LA BARBARIE PURE DONT-ILS INCARNENT. C'EST SOUVENT DES GENS RECRUTES SANS VRAI NIVEAU SCOLAIRE ET EN CARENCE INTELLECTUELLE. ILS ONT PROCEDE AINSI A L'INTERPELATION MUSCLEE ET VIOLENTE DE CES JOURNALISTES PAR EXCES DE ZELE AVEC EN TOILE DE FOND, UN COMPORTEMENT XENOPHOBE ET DE JALOUSIE CONTRE CES PERSONNES D'UNE AUTRE COPULEUR. UNE ENQUÊTE DOIT ÊTRE OUVERTE CONTRE CES POLICIERS AUTEURS DE CES FAITS AFIN DE LES PUNIR ET DE LEUR EXIGER ENSUITE UNE FORMATION DE COURTE DUREE POUR LES EMMENER A COMPRENDRE LE BON SENS DE LEUR MISSION VIS A VIS DU PUBLIC. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Cinq ans après sa mort en République Centrafricaine, un film sur la photojournaliste angevine, Camille Lepage, sortira en salles le 16 octobre proch » ...la suite
La fille de l’ancien dictateur de Centrafrique, autrice du « Château de l’ogre », tourne la page d’une histoire éloignée des contes de fée » ...la suite
Le 20 mai, une religieuse franco-espagnole était retrouvée assassinée en Centrafrique, où elle était missionnaire. Dans ce pays où des groupes a » ...la suite
Deux journalistes français de l'AFP ont été violemment interpellés puis molestés par la police, samedi, alors qu'ils couvraient une manifestation » ...la suite
Wakat Séra s’interroge : « la République centrafricaine renoue-t-elle avec le cycle de violences sanglantes ? Le mercure de l’insécurité qui » ...la suite
Organisé par la Direction de la communication et de la presse du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, un séjour de découverte du » ...la suite
« Fin du suspense hier à Addis-Abeba, s’exclame le site d’information centrafricain Ndjoni Sango, où le gouvernement centrafricain et les 14 gr » ...la suite
Une diplomatie, assurément singulière, et, par bien des aspects, inédite, car elle part de la connaissance et de l'implication dans les nombreux pa » ...la suite
Dans son livre Au château de l’Ogre (Flammarion), Marie-France Bokassa, fille de l'ex dirigeant de Centrafrique, Jean-Bedel Bokassa, raconte son en » ...la suite
Une pièce expliquant avec humour le fonctionnement de la nouvelle Cour pénale spéciale sera jouée dans tout le pays, après la première à Bangui » ...la suite