Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

RCA : Vive tension au Pk5 suite à un malentendu entre les groupes armés

 

https://www.radiondekeluka.org jeudi 11 juillet 2019 15:51

 

Des tirs à l'arme légère et parfois lourde ont secoué mercredi soir et jeudi le Pk5. Des sources concordantes parlent d'un malentendu entre deux groupes armés de ce secteur tourné en affrontement. Des morts et des blessés sont signalés. Les activités demeurent paralysées dans le grand marché au moment où nous mettons sous presse cette information.

Tout a commencé à la suite d'un bras de fer entre deux groupes armés dudit secteur. L'un des groupes, dirigé par une femme aurait imposé de l'argent en guise de taxes à un vendeur d'essence mais ce dernier s'y est opposé, c'est donc cette goutte d'eau qui a débordé le vase.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, alors que ce vendeur avec sa famille étaient en train de faire la prière, ces hommes armés ont pris d'assaut le domicile et y ont jeté une grenade.  Le bilan provisoire fait état d’un mort et plusieurs blessés. D'autres sources parlent d'au moins 3 morts.

Un deuxième groupe armé entre en action et dit défendre la victime. La situation est devenue alors confuse. Il est difficile de dire avec exactitude ce qui se passe en ce moment à cause de la tension encore forte dans ce secteur.

Toutefois, des informations en notre possession font savoir que certains membres des comités locaux de paix du 3ème arrondissement appuyés par des imams mènent la médiation entre les belligérants pour un retour au calme.

Contacté, le porte parole de la Minusca, Vladimir Montéiro a indiqué que des casques bleus sont déployés depuis hier nuit au km5 pour assurer la protection des populations civiles et calmer la situation. Ils opèrent en collaboration avec les Forces de Sécurité Intérieure, basées dans les quartiers environnants selon le porte-parole de la mission onusienne.

 

 

 

RCA : Le gouvernement optimiste pour une levée totale de l’embargo sur les armes

 

https://www.radiondekeluka.org jeudi 11 juillet 2019 12:13

 

Bangui attend avec optimisme la décision du comité de sanction au sujet de l’embargo sur les armes à destination de Centrafrique. C’est ce qu’a indiqué le porte-parole du gouvernement Ange Maxime Kazagui ce 10 juillet à Bangui.

Les groupes armés composant la Séléka se sont emparés du pouvoir le 24 mars 2013. Devant les exactions poussant les Nations Unies à craindre le génocide, le comité de sanction de l’ONU a décidé de l’embargo sur les armes à destination de la République Centrafricaine assortie des conditions à remplir pour sa levée.

Plus de 6 ans après, beaucoup d’effort ont été enregistrés. Ce qui justifie l’espoir du gouvernement post accord de Khartoum de voir l’embargo levé pour permettre à l’armée de se doter des moyens létaux. « Avec le travail accompli, on peut déjà espérer la levée de l’embargo sur les armes en RCA » a martelé Ange Maxime Kazagui ce 10 juillet lors d'une conférence de presse conjointe Gouvernement-Minusca.

En janvier 2019, à l’appel de plusieurs organisations, les centrafricains ont pris d’assaut la rue pour exiger des Nations Unies et autres Etats amis, la levée totale de l’embargo.

La Réponse du comité de sanction n’a pas tardé. L’embargo a été prorogé jusqu’au mois de septembre de la même année. Là encore, la République Centrafricaine devra remplir certaines conditions pour prétendre à cette levée.

L’espoir de la République est d’autant plus justifié par la montée en puissance des FACA formées par l’EUTM et par les instructeurs russes. A quelques mois de l'évaluation, l’attente des centrafricains est très forte de voir l’embargo levé.

 

 

RCA : 315 éléments du BIT 4 formés par les russes désormais opérationnels

 

https://www.radiondekeluka.org mercredi 10 juillet 2019 13:37

 

L’Armée centrafricaine se renforce de plus en plus. 315 soldats du 4ème Bataillon d'Infanterie Territorial ont achevé ce mardi 9 juillet une formation de 3 mois assurée par les instructeurs russes au Centre de Béréngo dans la Lobaye.

Ces militaires centrafricains de la 8ème promotion formés par les instructeurs russes en mission en Centrafrique sont désormais capables d'assurer la sécurité des biens et des personnes sur l'ensemble du territoire. Après 3 mois de formation, 13 des 315 soldats ont reçu des certificats. Un signal fort pour la Fédération de Russie qui accompagne l'Etat dans la restructuration des Forces de défense et de sécurité.

"L'équipe de spécialistes russes a déjà formé 2700 éléments des Forces Armées Centrafricaines, 250 policiers et 240 gendarmes", a précisé Vladimir Titorenko, ambassadeur russe en Centrafrique. Le Haut Représentant de la Fédération de Russie promet que "dans deux ou trois semaines, nous attendons l'arrivée de la deuxième partie des armements et munitions qui vont renforcer davantage les capacités des FACA".

Face à l'embargo qui pèse encore sur les armes à destination de la République Centrafricaine, l'ambassadeur Titerenko indique que "la Russie se prononce pour l'assouplissement de  la levée totale de l'embargo sur les armes à destination de la RCA".

Le Président Faustin Archange Touadéra s'est réjoui de cette coopération militaire avec la Fédération de Russie. "Je suis satisfait des formations qui se déroulent. Ils sont au centre de Bérengo pour apprendre la manipulation des armes fournies par la Fédération de Russie" ajoutant que "les soldats avaient commencé à Bangui avec la formation EUTM". Le déplacement du chef de l'Etat à Béréngo vise à "encourager" les FACA et leur rappeler qu'elles doivent désormais être plus proche de la population, c'est-à-dire être "une armée de proximité" comme il l'avait souhaité.

Une nouvelle équipe de militaires va prendre la relève toujours pour une période d'apprentissage de trois mois. La Fédération de Russie compte livrer la seconde cargaison de l'armement à la République Centrafricaine dans un bref délai pour appuyer le redéploiement de l'armée nationale.  

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’axe Baoro-Berberati distant de plus de 200 km se trouve dans un état de dégradation très avancée. Rouler sur cette route est un calvaire. Les » ...la suite
En Centrafrique, après Birao et Pissi, deux villes de la préfecture de Vakaga dans l'extrême nord-est du pays, le Front populaire pour la renaissan » ...la suite
C’est l’une des voix les plus critiques, en France, sur la question du passé colonial, mais pas forcément l’une des plus écoutées. Son derni » ...la suite
C’est un rapport qui fait froid dans le dos. En effet, dans son dernier rapport, l’ONG Invisible Children dénonce plus de 300 attaques contre des » ...la suite
Un projet pour leur insertion sociale a été initié par les organisations humanitaires mais il a échoué. Installés en 2013 sur le site de Gaou » ...la suite
Le Soudan a décidé jeudi de fermer ses frontières avec la Libye et la Centrafrique pour des raisons de sécurité, la première mesure du genre pri » ...la suite
Trois importantes bases des 3R dans l’Ouham-Pende, ont été détruites ce jeudi 26 septembre par des forces onusiennes. L’information a été con » ...la suite
Après avoir réussi le test de la couverture santé universelle à Pissa dans la préfecture de la Lobaye, le Président TOUADERA a procédé la sema » ...la suite
Le travail de redéploiement de l’autorité de l’État se poursuit. Après une tentative avortée dans le weekend de déploiement des Forces armé » ...la suite
Le gouvernement a tiré la sonnette d'alarme ce 16 septembre 2019 à l'ouverture officielle de la rentrée scolaire 2019-2020. Le Premier ministre, Fi » ...la suite