Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Afric’ actu : La Russie pour sécuriser l’Afrique ?
Afric’ actu : La Russie pour sécuriser l’Afrique ?

 

 

Par Le Challenger 12 Juil 2019

 

Dans la foulée de la nomination en juin 2019 du nouvel Ambassadeur de Russie au Mali est signé, en marge du Forum militaire et technique, un Accord militaire entre les deux pays. Au mois de mai dernier, le chef de l’Etat de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, était accueilli en grande pompe en Russie. Il retourna dans son pays avec un Accord militaire dans la besace. Moscou enverra des conseillers militaires à Brazzaville pour assurer la  formation des hommes et le maintien de la logistique. Le même mois de mai, le bureau de la Représentation du ministère russe de la Défense au Soudan a été ouvert en vue de la formation de l’Armée soudanaise.

Des accords de coopération militaire sont déjà signés avec une vingtaine de pays africains, dont la RD Congo, l’Éthiopie et le Mozambique. De son côté le Nigéria, en réaction au blocus imposé par les Etats-Unis sur les ventes d’armes, s’est retourné vers la Russie pour s’offrir des avions de combat. L’Algérie est le plus gros client militaire de la Russie sur le continent. L’Egypte, qui bénéficiait de l’aide militaire américaine depuis la fin de sa guerre contre Israël, redevient un important client de la Russie.

On se rappelle : la confirmation de militaires russes en Centrafrique au mois de janvier avait ouvertement embarrassé Paris. Devant la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat, le Gouvernement d’Edouard Philippe n’avait pas manqué de dénoncer “une présence active de la Russie, récente, significative, antifrançaise”.

Une présence africaine que la Russie confirme avec le déploiement de 175 experts militaires, dont cinq instructeurs en Centrafrique, et ce, à la demande de la présidence centrafricaine. La Russie serait-elle en train d’offrir une alternative aux préoccupations sécuritaires en Afrique ?

Rappelons que l’ex-Union soviétique fut un soutien militaire majeur sur le continent africain, notamment pour le Mali, jusqu’à ce que son poids économique et politique diminue avec la fin de la guerre froide à la fin des années 90. Mais force est aujourd’hui de reconnaître que la Russie, l’héritière de l’empire soviétique, est en train de  multiplier les voies et moyens pour  rétablir et renforcer sa coopération militaire sur le continent africain.

D’après le SIPRI, le pays de Vladimir Poutine a reçu ou livré, entre 2016-2017, des commandes provenant de l’Angola, de la Guinée équatoriale, du Burkina Faso, du Cameroun, du Ghana, du Mali, du Nigeria, des deux Soudan. Notamment pour les hélicoptères de transport et de combat, les avions de combat et les systèmes de missiles sol-air.

Pour des experts militaires, l’équipement russe serait relativement bon marché en plus d’être robuste et fiable. Ce qui le rendrait attrayant pour les pays africains.

 

Gaoussou M. Traoré

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
C’est un rebondissement dans l’affaire des violences sexuelles commises en République de Centrafrique par des casques bleus gabonais et burundais » ...la suite
Patron du Quai d’Orsay, Jean Yves Le Drian assume publiquement sa proximité avec le dictateur tchadien Idriss Déby qui règne sans partage depuis » ...la suite
Le riche homme d'affaires russe surnommé "le cuisinier de Poutine" - Evgueni Prigozhin - a les doigts dans les tartes. Dans les années 1990, il a » ...la suite
Selon un projet de rapport rédigé en 2017 et divulgué par The New Humanitarian, l’Organisation des Nations unies a bâclé son enquête sur des a » ...la suite
Avec un certain retard, la France a pris conscience de la montée en puissance de la diplomatie russe en Afrique La forte progression des échanges » ...la suite
République centrafricaine: le Représentant spécial explique au Conseil de sécurité la nécessité d’adopter « une posture robuste » pour prot » ...la suite
A quelques jours de l’expiration de l'exercice de la Minusca, Mankeur Ndiaye a demandé, le 25 octobre, devant le Conseil de sécurité, un mandat » ...la suite
Le président Faustin-Archange Touadera a demandé à son homologue Vladimir Poutine lors du sommet Russie-Afrique à Sotchi, de lui fournir davantage » ...la suite
L’ex-président centrafricain François Bozizé, évincé du pouvoir en 2013, par les rebelles de la Séléka, une coalition ethnique et religieuse » ...la suite
Plus d’un an avant des élections en Centrafrique, l’émissaire de l’ONU pour ce pays, le Sénégalais Mankeur Ndiaye, a mis en garde vendredi l » ...la suite