Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » CENTRAFRIQUE – Retour définitif de la paix : Mankeur Ndiaye liste les défis à relever par l’Onu
CENTRAFRIQUE – Retour définitif de la paix : Mankeur Ndiaye liste les défis à relever par l’Onu

 

https://www.lequotidien.sn  Par 12 juillet 2019

 

A côté des nombreux progrès réalisés par les émissaires et autres agents des Nations unies pour un retour définitif de la paix en Centrafrique, il y a un certain nombre de défis à relever. Le Représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en Rca, Mankeur Ndiaye, en a fait état lors de la Retraite annuelle de l’Unpol (Force de police des Nations unies intervenant en Centrafrique).

Aider à faire restaurer définitivement la paix en République centrafricaine (Rca) n’est pas une tâche facile pour le Représentant spécial du secrétaire général de l’Onu. Et Mankeur Ndiaye, qui en est conscient, a tenu à évoquer dimanche dernier, lors de la Retraite annuelle de l’Unpol (Force de police des Nations unies intervenant en Centrafrique), «un certain nombre de défis» auxquels lui et ses équipes restent confrontés, malgré «des progrès indéniables». (Voir par ailleurs). Aux yeux du diplomate onusien, «les tueries de Paoua par les 3R le 21 mai dernier constituent la violation la plus importante» de l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, signé le 6 février à Bangui. Mankeur Ndiaye relève aussi «des violences contre les populations civiles» qui sont le fait des groupes armés. Puisque, renseigne M. Ndiaye, «entre 50 et 70 actes de violation de l’accord sont commis chaque semaine sur l’ensemble du territoire national : violation de la liberté de circulation et taxations illégales. (…) Les Faca ont également érigé des barrages routiers pour prélever illégalement des taxes, en violation de l’accord».

Le chef de la Minusca (Mission des Nations unies en Rca) souligne aussi que «les progrès dans le lancement des Usms (Unités spéciales mixtes de sécurité)» buttent sur le retard noté dans le désarmement dont sont responsables les groupes armés. Conséquences : «Ces violations donnent du grain à moudre à ceux, parmi les acteurs politiques et la société civile, qui s’opposent à l’accord de paix et contestent la participation des représentants des groupes armés dans le gouvernement», constate l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise. Qui note aussi le manque «de moyens logistiques et de fonctionnement» pour «certaines structures importantes de mise en œuvre de l’accord, en particulier à l’intérieur du pays (Cmop et Cts), y compris notamment les frais de transport pour les participants».

 

«Continuer à redoubler d’efforts»


Le Représentant spécial du patron de l’Onu pour la Rca invite ses équipes à «continuer à redoubler d’efforts pour maintenir en vie les nombreux espoirs suscités par l’accord de paix». Parce que convaincu que «le chemin vers une stabilité quasi-totale du pays sera long, tortueux et difficile (…)».


Conscient du «rôle de Unpol et de la Force», le chef de la Minusca insiste sur le fait qu’«à Bangui et Bambari particulièrement, Unpol devra continuer à travailler main dans la main avec la Force, notamment dans le cadre de mécanismes conjoints tels que le Joint task force de Bangui et de Bambari (Jtfb), pour assurer la protection des civils». «Dans le cas de la capitale en particulier où nous avons le quartier général de la mission et les institutions du pays à protéger aussi, il faudra que nous revoyions ensemble les modalités d’appui aux Forces de l’ordre en tenant compte du contexte politique fragile actuel alors qu’on s’approche des élections et que les risques de violence pendant les manifestations publiques vont inévitablement se multiplier», suggère l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères.
Mankeur Ndiaye invite ses collaborateurs «à faire preuve de créativité dans les limites de nos moyens et de nos capacités pour remplir à bien notre tâche au service de la paix dans ce pays (…)».


mdiatta@lequotidien.sn

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Prudence avec la Russie La volonté de rapprochement avec la Russie annoncée par le président français à l’été doit encore se concrétiser. » ...la suite
La Centrafrique a besoin de 401 millions $ pour répondre à ses besoins humanitaires en 2020. C’est ce qu’a indiqué le Bureau des Nations unies » ...la suite
Le ministre de la défense a décidé de relever de ses fonctions le commandant du Bataillon camerounais de la Minusca. Joseph Beti Assomo explique » ...la suite
Le procès des crimes commis à Bangassou en 2017 s'est ouvert ce 15 janvier à Bangui, en Centrafrique. Kévin Béré Béré, l'un des commandants de » ...la suite
Deux chefs de milice et 29 de leurs hommes sont jugés pour leur responsabilité dans le massacre en 2017 de nombreux civils et le meurtre de 10 casqu » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a vivement condamné ce mardi les récentes violations de l'accord de paix du février 2019 par le groupe armé l'Union » ...la suite
En Centrafrique, l'ancien président Michel Djotodia qui s’est présenté comme « un homme de paix », a quitté Bangui lundi 13 janvier après un » ...la suite
Le comité d'enquête russe le confirme : un vol à main armée est à l'origine de l'assassinat de trois journalistes russes en République centrafri » ...la suite
Conditions posées par l'ex-président François Bozizé pour rencontrer le Président Faustin Archange Touadera (Voir Communiqué de la Présidenc » ...la suite
Trois cent quarante militaires formés par des instructeurs russes sont désormais autorisés à rejoindre les rangs des Forces armées centrafricaine » ...la suite