Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » RCA : Du rififi entre le syndicat de la police et le ministre de tutelle
RCA : Du rififi entre le syndicat de la police et le ministre de tutelle

RCA : Les policiers dénoncent l'octroi de la délivrance des documents administratifs à une entreprise étrangère

 

https://www.radiondekeluka.org mercredi 17 juillet 2019 15:00

 

Les policiers centrafricains sont montés au créneau pour dénoncer une décision des autorités de Bangui confiant la délivrance des documents administratifs, carte d'identité nationale, visas et autres à l'entreprise libanaise Al-Madina. Ils craignent que cela ne favorise l’infiltration de personnes dangereuses dans le pays.

Le syndicat autonome des policiers centrafricains n'est passé par quatre chemins pour pointer du doigt le Ministre de la Sécurité publique, Henri Wanzé-Linguissara, d'être à l'origine de cette manœuvre. "Le chef de département a confié la confection de la carte de séjour, de la carte d'identité nationale, des visas, de la déclaration de perte et laisser passer à une société libanaise Al Madina", a révélé Mathurin Barnabé Lamba, commissaire principal de police et secrétaire général du syndicat autonome des policiers centrafricains lors de leur Assemblée générale samedi le 13 juillet 2019 à Bangui.

Pour ces policiers mécontents, "c'est un manque à gagner pour l'Etat à un moment où le pays traverse une période critique".

Mathurin Barnabé Lamba a rappelé au chef de département de la Sécurité publique, une des ces récentes déclarations pour justifier l'interdiction d'un meeting de l'opposition. "La dernière fois, le Ministre lui-même a indiqué que les mercenaires sont dans le pays et si on donnait ce droit là à cette société libanaise, il y aura des terroristes qui vont venir et l'Etat n'aura pas main mise sur la gestion de la chose publique", a prévenu M Lamba.

Face à la faiblesse du pouvoir d'achat des centrafricains, le syndicat autonome des policiers centrafricains estime que le coût de la carte d'identité nationale par exemple a triplé ne favorisant la délivrance. "Une carte d'identité nationale qui coutait 5000 francs Cfa avec 10 ans de validité, la nouvelle société projette la faire délivrer à 15.000 francs Cfa avec une durée de 5 ans", a lâché le commissaire principal de police.

La question d'augmentation des frais de délivrance de la carte d'identité nationale et autres documents a été l'un des points inscrits à l'ordre du jour de l'Assemblée générale ayant motivé l'idée d'une menace de grève par la police.

Le Département de la Sécurité publique n’a pas encore réagi à cette inquiétude exprimée. Les policiers menacent par ailleurs de rentrer en grève d'ici deux semaines pour exiger l'application financière de leur statut particulier.

 

1 commentaire

N
MÊME SI LES FRAIS DE DELIVRANCE DES DOCUMENTS NATIONAUX: CARTES D'IDENTITE, TITRES DE SEJOUR, VISAS ETC AUGMENTENT EXCESSIVEMENT, LA N'EST PAS LE VRAI PROBLEME. LE VRAI PROBLEME LE PLUS GRAVE ET LE PLUS HUMILIANT EST QUE COMMENT LE PRESIDSENT DE LA REPUBLIQUE ACCEPTE QUE DES DOCUMENTS NATIONAUX SOIENT COMMERCIALISES EE COMMENT LE PRESIDSENT DE LA REPUBLIQUE ACCEPTE QUE DES DOCUMENTS NATIONAUX SOIENT COMMERCIALISES ET DELIVRES PAR DES ETRANGERS EN L'OCCURRENCE LES LIBANAIS QUI EN GENERAL SONT POURTANT REPUTES DE GRANDS TRUANDS ET CORRUPTEURS DANS LE PAYS ? EN PLUS DEPUIS DES DECENNIES ET JUSQU'AUJOURD'HUI, CEUX-CI SE COMPORTENT EN GRANDS MAÎTRES A TOUS LES NIVEAUX DANS LE PAYS ET MEPRISENT LES CENTRAFRICAINS EUX-MÊMES DANS LEUR PAYS COMME PENDANT L'ESCLAVAGE. LA DISTRIBUTION DES DOCUMENTS NATIONAUX AUX AYANTS DROIT RELEVE DE LA MISSION REGALIENNE DE L'ETAT. A CE TITRE ET EN VUE DE RESPECTER LA DIGNITE DES CENTRAFRICAINS, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L'ETAT DOIT DOIT PRENDRE IMMEDIATEMENT UN DECRET POUR SUSPENDRE DEFINITIVEMENT LA DECISION DONNANT LE POUVOIR A UNE ENTREPRISE PRIVEE DE GERER LA VENTE ET LA DISTRIBUTION DES DOCUMENTS NATIONAUX A LA POPULATION.

Merci à Centrafrique presse pour la diffusion de ce message.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Des dizaines de personnes ont été tuées le week-end dernier dans des affrontements intercommunautaires entre miliciens à Bria, ville diamantifère » ...la suite
Entre février 2019 et janvier 2020, 53 personnes ont été tuées par la rougeole en Centrafrique, a annoncé samedi le ministre de la Santé, appela » ...la suite
Des affrontements meurtriers intercommunautaires opposent depuis samedi soir des miliciens pour le contrôle de la ville de Bria, dans l'est de la Cen » ...la suite
Un projet de loi portant création de cette commission a été remis au chef de l’Etat. Celle-ci ne sera pas destinée à juger les crimes mais à a » ...la suite
En Centrafrique, le ministre de la Santé déclare une épidémie nationale de rougeole. Bangui et de nombreux districts sont touchés. Plus de 3 600 » ...la suite
La République centrafricaine connaît toujours une crise humanitaire grave et complexe. 2,6 millions de personnes ont besoin d'assistance et de prote » ...la suite
J’avais décidé de rencontrer, les parents d’élèves pour la première fois depuis que je suis chef de l’Etat, il y a treize ans aujourd’hui » ...la suite
En janvier puis avril 1979, en Centrafrique, un mouvement de protestation de lycéens est réprimé dans le sang. La contestation s'étend et conduit » ...la suite
Face aux multiples cas d’abus sexuel dont, sont victimes les mineurs qu’auraient commis certains responsables ecclésiastiques, l’Eglise Catholi » ...la suite
Relancée le 13 janvier à Bangui, la phase de sensibilisation consiste à présenter le réseau des volontaires pour la démocratie aux autorités co » ...la suite