Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Le Canada pressé de fournir des fonds à la Cour pénale spéciale en Centrafrique
Le Canada pressé de fournir des fonds à la Cour pénale spéciale en Centrafrique

 

OTTAWA 24 juillet 2019 — Le Canada subit des pressions pour contribuer à combler un déficit de 1 million $ US à la Cour pénale spéciale de la République centrafricaine, afin de lui permettre de continuer son travail dans ce pays ravagé par les violences intercommunautaires et les crimes de guerre.

L’organisme Human Rights Watch a publié mercredi un rapport dans lequel il demande au Canada et à plusieurs pays de contribuer à la préservation de ce tribunal sous-financé, largement considéré comme un élément clé du processus de réconciliation nationale dans ce pays déstabilisé par les violences depuis 2013.

L’auteure du rapport, Elise Keppler, estime que le Canada devrait apporter sa contribution pour un certain nombre de raisons, notamment sa politique étrangère résolument féministe.

Les dernières estimations des Nations unies font état, entre février et juin de cette année, de plus de 60 cas de violences sexuelles liées aux conflits, impliquant plus de 150 victimes. Les affrontements intercommunautaires se sont multipliés dans le pays entre 2013 et 2016 avant le rétablissement d’une paix toute relative, mais la poursuite des violences mine une série d’accords de paix fragiles.

Mme Keppler rappelle aussi que le Canada a fourni l’un des procureurs adjoints à la Cour pénale spéciale, une institution hybride — de compétence nationale, mais avec une aide internationale, car le système judiciaire de la Centrafrique a été en grande partie détruit au cours des années de conflit.

Dieudonné Detchou, un Canadien d’origine camerounaise, est substitut du procureur spécial international auprès de la Cour pénale spéciale de la République centrafricaine. M. Detchou avait été notamment procureur à la section des crimes contre l’humanité et crimes de guerre au ministère canadien de la Justice entre 2007 et 2016.

«Nous souhaiterions que le Canada obtienne un retour sur investissement encore plus important en s’engageant également à apporter une contribution financière à la Cour afin qu’elle dispose des ressources nécessaires pour que justice soit rendue aux victimes en République centrafricaine, où les crimes incluent massacres, viols et autres violences sexuelles à grande échelle», a déclaré Mme Keppler dans une entrevue depuis New York.

Le budget annuel de la Cour pénale spéciale se situe entre 12 et 13 millions $ US, contre 30 millions $ pour le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, a plaidé Mme Keppler.

La République centrafricaine est par ailleurs l’un des pays africains souvent cités comme destination possible pour un déploiement de Casques bleus canadiens, mais Ottawa n’a pas encore pris de décision.

Le rapport de Human Rights Watch exhorte également l’Allemagne, le Japon, la Suisse, la Norvège, le Danemark et la Suède à envisager un soutien financier à la Cour pénale spéciale.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Un ex-responsable de la garde du président centrafricain déchu François Bozizé a été mis en examen ce vendredi soir 18 septembre 2020, à Paris, » ...la suite
On s’approche tout doucement du 27 décembre 2020, date prévue pour les élections présidentielle et législatives en République centrafricaine. » ...la suite
Bangui, République centrafricaine, 03 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). A peine sa candidature à la présidentielle annoncée, Catherine » ...la suite
La chute d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) déposé le 18 août par un coup d’État militaire parachève l’échec de la communauté internationale » ...la suite
Tribune. En suivant en direct la mutinerie au Mali qui a conduit à la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », je me souvenai » ...la suite
Selon le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, ce qu’il faut aujourd’hui pour lutter » ...la suite
La connexion avec des groupes armés peuls du Sahel se rapproche dangereusement de Bangui. Il n’ y a guère que les protagonistes de l’Accord » ...la suite
Lu pour vous MANKEUR NDIAYE, un ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal qui dirige la mission de maintien de la paix de l'ONU en R » ...la suite
En cinq ans, d'exaction en exaction, la milice d'auto défense peule a étendu son emprise sur le nord-ouest du pays. Deux militaires de l'armée c » ...la suite
La France célèbre les 80 ans de l'appel du 18 juin 1940. Pour beaucoup de Français, les premiers mois de la France libre sont associés à l'exil » ...la suite