Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Centrafrique : l’attribution d’un marché public à une société libanaise crée la polémique
Centrafrique : l’attribution d’un marché public à une société libanaise crée la polémique

Lu pour vous

 

http://www.agenceafrique.com  Arsene Severin 26/07/2019

 

Les autorités en Centrafrique font face à de nombreuses critiques, suite à l’attribution du marché de la fabrication de la Carte Nationale d’Identité et d’autres documents administratifs à une société libanaise, Al-Madina.

Des voix se lèvent au sein de la société civile et de l’opposition pour dénoncer l’octroi de ce marché à une entreprise étrangère.

Il y a quelques jours, le Syndicat national de police a accusé le Ministre de la Sécurité publique, Henri Wanzé-Linguissara, d’être à l’origine de cette manœuvre, et a fait part de ses craintes face à cette nouvelle situation.

« C’est un manque à gagner pour l’Etat à un moment où le pays traverse une période critique », a souligné Mathurin Barnabé Lamba, commissaire principal de police et secrétaire général du Syndicat.

Les policiers mécontents craignent aussi que l’octroi de ce marché à une société étrangère ne favorise l’infiltration de personnes dangereuses dans le pays.

« La dernière fois, le ministre lui-même a indiqué que les mercenaires sont dans le pays et si on donnait ce droit là à cette société libanaise, il y aura des terroristes qui vont venir et l’Etat n’aura pas main mise sur la gestion de la chose publique », a prévenu Lamba.

Pour l’ensemble des citoyens, ce qui fait grogner le plus c’est l’augmentation des frais de délivrance de la carte d’identité nationale et d’autres documents. Al-Madina projette de délivrer la carte à 15.000 francs CFA avec une durée de 5 ans, alors que jusqu’ici elle coûtait 5000 francs CFA avec 10 ans de validité.

Certains évoquent une « arnaque d’Etat », citant des sources qui révèlent que l’Etat centrafricain touchera une somme de 7 000 francs CFA pour chaque carte d’identité nationale délivrée.

1 commentaire

S
Comment pouvez-vous attribuer 1 marché public, sans les règles de l'art du marché public, pour la gestion des données nationales d'identité des centrafricains à une entreprise étrangère ?

Où est votre notion du Nationalisme, du Protectionnisme des intérêts du Peuple Centrafricain Bantu Ubuntuvotre notion du Nationalisme, du Protectionnisme des intérêts du Peuple Centrafricain Bantu Ubuntu ?

Dans les faits vous avez vendu les centrafricains aux étrangers.
Nous sommes à peine 5 millions en R.C.A :
1 jour vous allez avoir comme informations que nous sommes passés à 15 millions d'une manière fictive, car les étrangers ont acquis la nationalité centrafricaine d'une manière gratuite sans connaître les mœurs et coutumes en R.C.A.

Même si le Goro que l'on vous donne, à cause de votre faiblesse de prostitution financière contre une signature apposée au bas d'1 document officiel avec les effigies et armories de la R.C.A, vous ne devriez pas accepter cela (ici ce n'est pas de l'injure, mais l'aspect caricatural de la situation qui prévaut à une indignation centrafricaine, qui ne correspond pas à la "DEVISE" centrafricaine).
Cela y va de la protection des données centrafricaines qui devrait être gérer par les administrés centrafricains de Nationalité centrafricaine en tant qu'Officier de l'Administration Centrafricaine, en tant que Police judiciaire.

Vous ne verrez jamais dans le monde un pays qui va donner la gestion des données sensibles de son pays à un ressortissant étranger d'1 pays tiers, non et non.

Si jusqu'à ce point en 2019, nous n'avons pas et nous n'avons plus le niveau d'une analyse objective des années 1970, alors nous sommes sur la pente descendante et cela est grave, à moins que vous ne voyez pas le gravissime de la question et du sujet de cette gestion de carte nationale d'identité par 1 étranger, attention à votre légèreté qui va coûter chère aux centrafricains, à cause des Goros. ATTENTION !!!! Peut-être c'est pour préparer d'une manière biaisée les élections de 2020 ?

Nous ne pouvons pas mettre en danger toute la Nation centrafricaine à cause des Goros et des ambitions démesurées de certains qui cherchent l'argent facile ? Ooooooohhhhhhhhhhhh ? Hein ?

Vous devriez virer et retirer cette société étrangère illico presto et laisser les centrafricains faire ce travail dont ils sont aussi capables de le faire, même s'il faut mettre des triples contrôles pour exécuter l'impression d'une carte d'identité numérique, les centrafricains en sont capables.

SOYEZ RESPONSABLES !!!!!!
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La résistance aux médicaments contre le paludisme va-t-elle s'étendre à l'Afrique ? C'est la question que posent des scientifiques africains, regr » ...la suite
Pendant l'été, certaines églises françaises reçoivent le renfort de prêtres étrangers pour pouvoir animer les messes quotidiennes. Le diocèse » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) se réjouit de la tenue d’ » ...la suite
Après une période trêve, les CNS ont mis la barre haute. Ils ont déguerpi mardi 20 août 2019, les commerçants qui occupent la voie publique au m » ...la suite
La population de ces mammifères a diminué de quelque 40% entre 1985 et 2015. Beaucoup craignent une "extinction silencieuse" des girafes en Afri » ...la suite
Fils de l’ex-empereur de Centrafrique, Jean-Serge Bokassa est revenu au château de Villemorant à Neung-sur-Beuvron pour la première fois. C’ » ...la suite
Le premier congrès du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique de Centrafrique (REFELA) a ouvert ses travaux mercredi 14 août 2019 à Bangui. Du » ...la suite
C’est désormais chose faite ! La deuxième phase de livraison d’armes promises par la Fédération de Russie à la République Centrafricaine est » ...la suite
Les 183 parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) se préparent » ...la suite
Après de houleux débats, le code électoral, rejeté une première fois par la Cour constitutionnelle et renvoyé pour modification devant le Parlem » ...la suite