Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : le procès des auteurs des massacres de Bocaranga et de Paoua confié à la CPS
Centrafrique : le procès des auteurs des massacres de Bocaranga et de Paoua confié à la CPS

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 31-07-2019

 

Le procès des trois présumés auteurs des massacres dans les villages situées dans le nord-ouest de la République centrafricaine (RCA) est confié à la Cour pénale spéciale (CPS), a annoncé lundi soir Eric Didier Tambo, le procureur général près de la cour d'appel de Bangui, la capitale centrafricaine.

Tambo a signifié que les faits reprochés aux auteurs des massacres, que ce soit ceux qui ont été livrés où ceux qui sont encore en fuite, sont graves et constitutifs des crimes de guerre.

D'après le procureur, une enquête avait été ouverte par le parquet de la Bouar (nord-ouest), ayant permis à des magistrats et une équipe de la police de la mission onusienne en Centrafrique MINUSCA de se rendre sur le terrain et constater les faits, qui aujourd'hui, relèveraient de la compétence de la CPS.

Pour rappel, le 21 mai dernier, des éléments du groupe armé 3R (Retour, réclamation, réconciliation) ont investi trois villages dans les villes centrafricaines de Bocaranga et de Paoua (nord-ouest) et ont tué 46 personnes. Sous la pression du gouvernement et de la MINUSCA, le groupe armé a livré trois présumés auteurs, signalant par ailleurs que bien d'autres sont en cavale.

Les autres présumés auteurs, coauteurs et complices qui sont en fuite seront poursuivis jusque dans leur dernier retranchement, se fondant sur les accords de coopérations judiciaires dans la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et les pays de la région des Grands lacs, a souligné M. Tambo.

La CPS est une juridiction spéciale et hybride composée à la fois de magistrats internationaux et nationaux mise en place en 2015 pour juger les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre commis en République centrafricaine à compter de janvier 2003. F

 

Source: Agence de presse Xinhua

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
A Bangui a débuté vendredi 23 août la réunion de concertation entre les parties signataires de l’Accord politique pour la paix et la réconcilia » ...la suite
Le représentant spécial de l'ONU en Centrafrique a menacé ce vendredi de sanctionner «strictement» les violations de l'accord de paix signé en f » ...la suite
L'Union africaine (UA) a averti jeudi les acteurs cherchant à faire obstacle à la mise en œuvre du dernier accord de paix en République centrafric » ...la suite
À la fin du mois de juillet, le mouvement rebelle d'Abdoulaye Miskine avait déjà exigé la démission du président centrafricain Faustin-Archange » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) encourage la jeunesse centra » ...la suite
« Les violences dans ce pays ont diminué des deux tiers en un an», affirme Mankeur Ndiaye qui, depuis le 1ermars 2019, est le chef de la Minusca » ...la suite
Six ex-combattants d'un groupe armé ont écopé de lourdes peines d'emprisonnement mardi et mercredi lors de la session criminelle 2019 organisée pa » ...la suite
Le rapport à mi-parcours du groupe d’experts des Nations unies sur la Centrafrique a été rendu public. Il fait le point sur la période coïncida » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire Alfred Yekatom Rombhot est prévue le 19 septembre à la Cour pénale internationale. Les av » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire Alfred Yekatom Rombhot est prévue le 19 septembre à la Cour pénale internationale. Les av » ...la suite