Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » NOTE D’INFORMATION MINUSCA
NOTE D’INFORMATION MINUSCA

 

BAISSE DES INCIDENTS D’ABUS ET VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME EN RCA DURANT LE PREMIER SEMESTRE 2019

 

Bangui, le 07 août 2019 - Une baisse du nombre d’incidents et de victimes des abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire a été enregistrée en République centrafricaine au cours du premier semestre 2019 par rapport à la même période en 2017 et 2018. L’information a été rendue publique mercredi en conférence de presse par Musa Gassama, directeur de la Division des Droits de l’Homme et Représentant du Haut-commissaire de l’ONU aux Droits de l’homme.

 

« 565 incidents d’abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté 1082 victimes ont été documentés par nos services », a déclaré Musa Gassama. Au premier trimestre 2018, « 1674 incidents occasionnant 2821 victimes avaient été constatés tandis qu’au premier trimestre 2017, il y a eu 1097 incidents et 1956 victimes », a-t-il poursuivi. Cette baisse du nombre d’incidents et de victimes s’explique par l’absence d’affrontements entre groupes armés rivaux et la réduction du nombre d’attaques massives contre les civils, « à l’exception des violences  graves par des éléments de 3 R dans les villages de Koundjili, Lemouna et Bohong, dans la préfecture de l’Ouham-Pendé, le 21 mai dernier. Selon ce responsable, les préfectures les plus affectées sont l’Ouham-Pendé, le Mbomou, la Ouaka et la Mambéré-Kadei.

 

Faisant le point sur les auteurs de ces abus et violations, le directeur de la Division des Droits de l’Homme, a indiqué que la majorité a été commise par des éléments des groupes armés. « Ils sont les premiers responsables des abus et des violations des droits de l’homme (536 sur 565). Les agents de l’Etat sont auteurs présumés de 29 violations », a indiqué ce responsable, ajoutant que « pour ce qui est des meurtres, il y a eu 241 civils tués par les groupes armés notamment le 35, l’UPC et le FPRC ».

 

En réaction aux préoccupations des journalistes sur les mesures prises par la division de droit de l’homme en vue d’empêcher les groupes armés de continuer de commettre ces violations sur la population civile, le directeur de la Division des Droits de l’Homme et Représentant du Haut-Commissaire de l’ONU aux Droits de l’homme, a indiqué que sa division continue de documenter les faits tout en formulant des recommandations au Gouvernement,  à la communauté internationale et aux groupes armés. «  Tous les deux/trois mois, je me réunis avec le Ministre de la Justice pour aborder ces questions. Concernant les groupes armés, nous partageons les données avec eux tout en les sensibilisant et en leur expliquant leurs responsabilités pour mettre fin à ces pratiques ».

 

Pour sa part, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a annoncé la réhabilitation en cours du commissariat de 3eme arrondissement de Bangui,  sur financement de la composante Police de la MINUSCA, en vue de opérationnalisation.

 


Strategic Communication & Public Information Division

MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda
BP : 3338, Bangui, Central African Republic
Mail : publicinformation-minusca@un.org
Website: https://minusca.unmissions.org │
Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions/
Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR
Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/

Connect with UN Peacekeeping on social media:

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Il s’agit d’un pas important vers la justice pour les victimes de crimes commis dans le cadre du conflit depuis 2012 Le procès de deux dirigea » ...la suite
Le procès de deux ex-dirigeants « anti-balaka » qui s’ouvrira le 9 février à la Cour pénale internationale (CPI) sera le premier à être tenu » ...la suite
Arrêté en Centrafrique le 20 janvier, Mahamat Saïd a été transféré hier soir au siège de la Cour pénale internationale, à La Haye. Le parcou » ...la suite
Il s’appelle Mahamat Said Abdel Kani. C’est un ancien chef rebelle de l’ex-Séléka, du nom de cette milice à majorité musulmane qui, avec sa » ...la suite
Un manifeste pour les droits humains, destiné aux candidats à l’élection présidentielle en République centrafricaine (RCA), a été lancé par » ...la suite
La Cour Pénale Spéciale de Centrafrique fait face ces derniers jours à une vague de critiques, notamment de certaines organisations internationales » ...la suite
Amnesty International a dénoncé jeudi l’impunité des chefs des milices qui contrôlent les deux tiers de la Centrafrique et ne sont pas déféré » ...la suite
Ces actes coercitifs, dirigés contre une institution judiciaire internationale et ses fonctionnaires, sont sans précédent et constituent de graves » ...la suite
L’ONG des droits humains Amnesty International a appelé à « redoubler d’efforts » pour rendre pleinement opérationnelle la Cour pénale spéc » ...la suite
Les mines d'or exploitées par des entreprises chinoises à Bozoum (nord de la Centrafrique) représentent un danger pour les droits humains des popul » ...la suite