Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Centrafrique : Un ministre accuse le maire de Bangui de détournement
Centrafrique : Un ministre accuse le maire de Bangui de détournement

Le maire de Bangui accusé de malversation financière

 

https://www.bbc.com/afrique/region-49327530  13 août 2019

 

C'est le ministre centrafricain de l'Administration du territoire, qui a accusé l'actuel Maire de Bangui, grand allié du président Touadéra, de malversation financière.

Selon le ministre, sur plus de 2 milliards FCFA de recettes perçues, seulement 13 millions ont été investis en faveur de la population, soit un taux de 0,6% pour l'ensemble du montant.

selon le correspondant de la BBC, Un rapport du Ministère de l'Administration du territoire publié la semaine dernière à Bangui, note que la masse salariale et les "assimilés" de 2018, occupent plus de 141% des recettes propres de la commune.

Augustin Yangana Yahoté, en charge de l'Administration du territoire explique que la goutte d'eau qui a débordé le vase, est le rejet du compte administratif de la Mairie de Bangui.

La présidentielle fixée au 27 décembre en Centrafrique

Un consensus trouvé en Centrafrique

 

Interrogé, le Maire de la ville de Bangui, mis en cause dans cette affaire, qui s'est réservé de tout commentaire pour l'instant, a révélé qu'il y'a beaucoup de contre-vérités dans le rapport produit par son ministère de tutelle.

Il a promis de réagir après s'être entretenu sur le sujet avec le Président de la République, son allié du second tour de la Présidentielle de 2016.

L'on signale que le phénomène de détournements chroniques qui affecte tous les secteurs de l'administration publique en Centrafrique a amené la Haute Autorité à la Bonne Gouvernance à faire une dénonciation publique début août, annonçant des actions judiciaires.

Le Ministre remet le sort de l'actuel maire entre les mains des inspections générales d'Etat et des Finances.

 

 

Centrafrique : Un ministre accuse le maire de Bangui de détournement

 

https://africtelegraph.com  BY: ABDOULAYE TRAORE 13 AOÛT 2019

 

Émile-Gros Raymond Nakombo, maire de Bangui, est accusé par le ministre centrafricain de l’Administration du territoire de malversation financière.

Le ministre en charge de l’administration du territoire a chargé le maire de Bangui. Il l’accuse d’être l’auteur de malversations financières.

Sur plus de 2 milliards FCFA de recettes perçues, rapporte BBC, seulement 13 millions ont été investis en faveur de la population, soit un taux de 0,6% pour l’ensemble du montant.

Le maire de Bangui n’a pas fait de commentaire pour le moment et souhaite s’entretenir avec le Chef de l’Etat Archange Touadera avant de réagir.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La résistance aux médicaments contre le paludisme va-t-elle s'étendre à l'Afrique ? C'est la question que posent des scientifiques africains, regr » ...la suite
Pendant l'été, certaines églises françaises reçoivent le renfort de prêtres étrangers pour pouvoir animer les messes quotidiennes. Le diocèse » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) se réjouit de la tenue d’ » ...la suite
Après une période trêve, les CNS ont mis la barre haute. Ils ont déguerpi mardi 20 août 2019, les commerçants qui occupent la voie publique au m » ...la suite
La population de ces mammifères a diminué de quelque 40% entre 1985 et 2015. Beaucoup craignent une "extinction silencieuse" des girafes en Afri » ...la suite
Fils de l’ex-empereur de Centrafrique, Jean-Serge Bokassa est revenu au château de Villemorant à Neung-sur-Beuvron pour la première fois. C’ » ...la suite
Le premier congrès du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique de Centrafrique (REFELA) a ouvert ses travaux mercredi 14 août 2019 à Bangui. Du » ...la suite
C’est désormais chose faite ! La deuxième phase de livraison d’armes promises par la Fédération de Russie à la République Centrafricaine est » ...la suite
Les 183 parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) se préparent » ...la suite
Après de houleux débats, le code électoral, rejeté une première fois par la Cour constitutionnelle et renvoyé pour modification devant le Parlem » ...la suite