Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » La conférence de la CITES s'apprête à renforcer les règles du commerce des espèces sauvages
La conférence de la CITES s'apprête à renforcer les règles du commerce des espèces sauvages

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 14-08-2019

 

Les 183 parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) se préparent à adopter des décisions et résolutions qui élargiront et renforceront le régime mondial du commerce des espèces sauvages, à l'occasion de la conférence triennale mondiale de la CITES qui se tiendra du 17 au 28 août à Genève.

Au total, 56 nouvelles propositions ont été soumises par les gouvernements, visant à modifier le degré de protection accordé par la CITES aux animaux et aux plantes sauvages qui font l'objet de commerce international, a indiqué la CITES dans un communiqué.

Parmi les propositions, beaucoup veulent instaurer l'obligation d'obtenir des permis de commerce, dans le cadre d'une inscription à l'Annexe II de la CITES, pour que le commerce d'espèces exposées à des risques reste durable. D'autres recommandent l'interdiction de toutes les transactions commerciales de spécimens d'espèces menacées d'extinction en les inscrivant à l'Annexe I. D'autres encore apportent des preuves qu'une population s'est stabilisée ou a augmenté et peut être transférée en toute sécurité de l'Annexe I à l'Annexe II.

Les nouvelles règles sur le commerce des espèces sauvages qui seront examinées à la conférence de la CITES concernent une grande diversité de mammifères, d'oiseaux, de reptiles, d'amphibiens, d'arbres et autres plantes, a précisé le communiqué.

"La CITES fixe les règles du commerce international des espèces de faune et de flore sauvages. C'est un instrument puissant, en mesure d'assurer la pérennité et de réagir à la perte rapide de biodiversité - ce que l'on appelle souvent la sixième crise de l'extinction - en prévenant et inversant la tendance au déclin des populations d'espèces sauvages", a déclaré Ivonne Higuero, secrétaire générale de la CITES.

"Il est vital de disposer de règles claires et applicables, fondées sur une science rigoureuse et des politiques efficaces pour protéger nos trésors naturels et atteindre les Objectifs de développement durable à l'horizon 2030, adoptés par les gouvernements de la planète", a souligné Mme Higuero.

En mai dernier, le Rapport d'évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques a confirmé qu'à travers le monde, les espèces et les écosystèmes disparaissent rapidement. La surexploitation directe des organismes vivants (chasse, pêche et exploitation forestière non durables ou illégales, notamment) est l'un des principaux facteurs directs du déclin des espèces. F

Source: Agence de presse Xinhua

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La résistance aux médicaments contre le paludisme va-t-elle s'étendre à l'Afrique ? C'est la question que posent des scientifiques africains, regr » ...la suite
Pendant l'été, certaines églises françaises reçoivent le renfort de prêtres étrangers pour pouvoir animer les messes quotidiennes. Le diocèse » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) se réjouit de la tenue d’ » ...la suite
Après une période trêve, les CNS ont mis la barre haute. Ils ont déguerpi mardi 20 août 2019, les commerçants qui occupent la voie publique au m » ...la suite
La population de ces mammifères a diminué de quelque 40% entre 1985 et 2015. Beaucoup craignent une "extinction silencieuse" des girafes en Afri » ...la suite
Fils de l’ex-empereur de Centrafrique, Jean-Serge Bokassa est revenu au château de Villemorant à Neung-sur-Beuvron pour la première fois. C’ » ...la suite
Le premier congrès du Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique de Centrafrique (REFELA) a ouvert ses travaux mercredi 14 août 2019 à Bangui. Du » ...la suite
C’est désormais chose faite ! La deuxième phase de livraison d’armes promises par la Fédération de Russie à la République Centrafricaine est » ...la suite
Après de houleux débats, le code électoral, rejeté une première fois par la Cour constitutionnelle et renvoyé pour modification devant le Parlem » ...la suite
C'est le ministre centrafricain de l'Administration du territoire, qui a accusé l'actuel Maire de Bangui, grand allié du président Touadéra, de » ...la suite