Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Centrafrique : Des leaders des groupes armés attendus à Bangui pour le suivi de l’Accord de paix



BANGUI, 19 aout 2019 (RJDH)—Les leaders des groupes armés signataires de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation (APPR) sont conviés le 23 aout à Bangui pour la réunion de suivi de mise en œuvre de cet accord, a appris RJDH des sources officielles.

L’article 30 alinéa 3 de l’Accord de paix, signé le 06 février 2019 prévoit des concertations régulières avec les représentant des groupes armés sous l’égide du Comité Exécutif de Suivi. Six mois après la signature de cet accord, le bilan à mi-parcours s’impose.

Selon les informations RJDH, il sera question d’évaluer les engagements de chaque des parties signataires et de voir l’avancement du processus de paix, voulu par la population Centrafricaine.

Dans une lettre d’invitation adressée aux responsables des groupes armés cosignée par le premier ministre Firmin Ngrebada et le Représentant Spécial du Président de la Commission de l’Union Africaine et  Chef de la Misac Mathias Bertino Matondo, cette réunion de concertation qui se tiendra à Bangui vendredi 23 aout, réunira chacun des groupes armés signataires.

« Pour ceux qui résident en provinces, le Comité Exécutif de Suivi prendra les dispositions nécessaires en termes de sécurité, de transport aller-retour ainsi que de séjour à Bangui », précise la lettre d’invitation.

Dans l’accord de paix, le gouvernement compte 21 engagements et les groupes armés de leur coté 10 engagements. Six mois après la signature de l’accord, la mise en œuvre reste timide alors que certains groupes armés continuent de commettre des exactions sur la population, n’ont toujours pas enlevé toutes les barrières et libéré les bâtiments administratifs même si des observateurs notent une volonté de part et d’autre.

Cette rencontre de taille intervient après celle organisée à Addis Abeba en mai 2019 après la contestation de l’équipe du gouvernement par les groupes armés et certains leaders politiques.

Fridolin Ngoulou.

 

 

Centrafrique : Plus de deux millions de personnes assistées par les humanitaires en premier semestre 2019



BANGUI, le 19 aout 2019 (RJDH)--- La Journée humanitaire mondiale célébrée ce 19 aout pour rendre hommage aux efforts humanitaires déployés en Centrafrique. En ce jour, le bureau des affaires humanitaires en Centrafrique (OCHA) défend les intérêts de l’ensemble de la communauté humanitaire et indique que la RCA reste un environnement hostile pour le travail humanitaire dans le pays. Selon le chiffre d’OCHA, plus de deux millions de personnes sont assistées par les acteurs humanitaires dans le pays en premier semestre 2019.

La Journée humanitaire mondiale 2019 est organisée en Centrafrique autour du thème « rendre hommage aux femmes humanitaires », par rapport à leur contribution indéfectible à l'amélioration du monde. La campagne de cette année soutient la reconnaissance des femmes dans le renforcement de la réponse humanitaire ainsi que dans les efforts de protection en vertu du droit international.

La République Centrafricaine reste l’un des environnements les plus dangereux au monde pour les travailleurs humanitaires. Entre janvier et mai 2019, trois d’entre eux ont été assassinés dans l’exercice de leur fonction. Le 30 avril dernier, le total des personnes déplacées internes en RCA était estimé à 612 025 individus composés respectivement de 202 620 personnes sur des sites de déplacés internes et 409 405 personnes estimées dans les familles d’accueil.

C’est une journée symbolique pour les femmes, selon Virginie Baïkoua Ministre des Affaires humanitaires en Centrafrique, car tous les jours, les femmes sont au front pour aider et donner l’espoir aux personnes vulnérables, « étant mères, celles-ci travaillent avec leur cœur et à tous les hommes qui s’engagent également pour aider notre pays. Grace à l’accord de paix et de réconciliation du 6 février, on dénote une baisse des exactions faites contre les personnels humanitaires. Cet accord a pris en compte la libre circulation des humanitaires et c’est pour nous un moyen de travailler pour le relèvement de notre pays », a déclaré Virginie Baïkoua.

Le coordonnateur par intérim d’OCHA, Jean François  Aguillera se félicite de l’amélioration des conditions sécuritaires dans le pays, « nous faisons tout pour venir en aide à plus de 2 millions de personnes vulnérables sur les plus de quatre millions d’habitants que compte la Centrafrique. La situation est de moins en moins délicate et nous prenons ce qui se passe à l’intérieur du pays très au sérieux. Nous avons noté une légère amélioration de la situation humanitaire contrairement aux années précédentes depuis les accords de paix. L’action humanitaire en Centrafrique reste pertinente d’où l’importance pour nous, de célébrer cette journée », s’est-il exprimé.

Au premier semestre 2019, les humanitaires ont porté assistance à deux millions de  centrafricains vulnérables. L’aide humanitaire en Centrafrique repose essentiellement sur les volets sanitaire, éducatifs, nutritionnel, sécuritaire et logistique. Les zones les plus sensibles du pays sont entre autres, le centre et le Sud-est de la République Centrafricaine

Rolf Domia

 

 

Centrafrique : 5 milliards de FCFA destinés à la construction d’une base logistique et logements des FACA à 22km de Bangui 



BANGUI, le 17 Aout 2019 (RJDH) ---Une base logistique et des logements des Forces armées centrafricaines sera construite à pk 22, route de Damara, sortie nord de la capitale. La cérémonie de la pose de première pierre a été présidée par le chef de l’Etat Faustin Archange Touadera ce 16 aout 2019. Le cout des travaux s’élève à hauteur de 5milliards de francs CFA.

Le site couvre une superficie de 176 hectares destinés à accueillir  5 entrepôts  de 140 mètres de bureaux administratifs, un garage d’entretien et de réparation ainsi que deux aires de stationnement. Il est également prévu des fermes agricoles pour l’autoconsommation des troupes, des champs de tirs. Ce site est situé au village Liton à 22 kilomètres de Bangui, axe Damara.

La construction de cette base militaire selon Marie Noëlle Koyara, Ministre de la Défense nationale, est un impératif pour la République Centrafricaine, « la construction de cette base logistique des Forces Armées Centrafricaines constitue un impératif majeur dans notre pays. En raison non seulement de l’extension de Bangui liée à une croissance rapide de la population mais aussi de la nécessité de détenir les capacités opérationnelles indispensables à l’accomplissement de sa mission régalienne », explique la Ministre de la Défense.

Cette base logistique représente la reconstruction de l’armée nationale dit le Président de la République Faustin Archange Touadera, « nous avons opté pour une armée de garnison. Nos bases se situent en pleine ville et ne sont plus adaptées à la nouvelle situation. C’est pour cela que nous avons choisi cette base de pk22 pour y implanter. Ce n’est que le début, nous sollicitons toujours l’appui de nos partenaires pour qu’on arrive à mettre en œuvre cette division aujourd’hui celle qui est la mieux adapte à la situation de notre pays pour être plus proche de la population, des menaces et couvrir l’ensemble de notre territoire», a lancé le président de la République.

Les travaux de construction de cette nouvelle base militaire dont la durée est de 12 mois sont financés par le gouvernement et l’Union Européenne en Centrafrique.

Paméla Dounian-doté

 

 

* Centrafrique : Retour au calme à Boda après le contrôle minier qui a couté la vie à un collecteur de diamant 



BODA le 17 Août 2019(RJDH) --- Les activités ont repris à Boda dans la Lobaye après une vive tension hier vendredi 16 aout 2019. Des jeunes ont manifesté en réaction contre le service du contrôle de la brigade minière dans la localité à l’endroit des opérateurs économiques. Le bilan a fait un mort selon des sources autoritaires contactées par le RJDH ce 17 aout 2019.

Selon le maire de Boda Boniface Katta contacté par le RJDH, les activités reprennent depuis la matinée du samedi 17 aout après le mouvement de mécontentement d’un groupe de jeunes qui protestait contre le système de contrôle de la brigade minière. La mort d’un collecteur de la place, dont son diamant a été saisi par une équipe de la brigade minière en provenance de Bangui a provoqué un mouvement de colère, mais pour le moment, la situation est stable, confie le président de la délégation spéciale de la ville de Boda.

 « Le calme est finalement revenu dans la ville de Boda après la tension qui a monté d’un cran hier. La population vaque librement à ses activités depuis ce matin, les cultivateurs vont au champ, les commerçants ont ouvert leurs boutiques, le marché est ouvert et la vie a repris après une peur qui a terrifié la ville dans la tombée de la nuit », a confié le maire.

Après l’incendie du véhicule de la gendarmerie nationale, une équipe mobile a été déployée depuis dans la ville et va enquêter sur le sujet pour identifier les auteurs de cet acte, « depuis hier soir jusqu’à ce matin du samedi 17 août, l’équipe de la gendarmerie de Bangui en collaboration avec le commandant de Compagnie de Boda patrouille dans la localité et ses environs pour garantir la sécurité. Il était question aussi de mener des enquêtes sur l’acte », a-t-il ajouté.

De sources bien informées, cet opérateur économique après le saisi de son diamant et d’une importante somme d’argent a été transféré à l’hôpital de des soins médicaux. Il a rendu larme quelques minutes après son transfert à l’hôpital.

Fridolin Mamocko 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le gouvernement a tiré la sonnette d'alarme ce 16 septembre 2019 à l'ouverture officielle de la rentrée scolaire 2019-2020. Le Premier ministre, Fi » ...la suite
Le bilan des combats du samedi 14 septembre entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique s’élève désormais à trente-h » ...la suite
A trois mois et quelques semaines pour finir l’année 2019, la première session va débuter ce 23 septembre prochaine à la Cour d’Appel de Bangu » ...la suite
Les habitants d'une partie du 4ème arrondissement de Bangui appellent les autorités nationales au secours face à la montée de l'insécurité dans » ...la suite
Au moins 23 miliciens ont été tués, samedi 14 septembre, dans de nouveaux combats dans le nord-est de la Centrafrique entre deux groupes armés pou » ...la suite
Le député de Bocaranga 3 et Président du parti MLPC, Martin Ziguélé, grand défenseur de l’accord politique pour la paix et réconciliation sig » ...la suite
Le bureau politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain(MLPC), dénonce le double langage de la MINUSCA. Pour le parti, la mission on » ...la suite
Plus de 500 nouvelles recrues poursuivent leur formation dans les rangs des FACA au Camp militaire Kassaï sur les techniques de combat mais aussi en » ...la suite
Ursula Mueller, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires et Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence a appelé à un financemen » ...la suite
Après avoir clos vendredi 30 août un contrôle qui a démarré le 26 à la prison centrale de Ngaragba, l’Inspection générale des services judic » ...la suite