Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Bangui s’inquiète de l’alliance du chef rebelle Abdoulaye Miskine avec un nouveau groupe armé
Bangui s’inquiète de l’alliance du chef rebelle Abdoulaye Miskine avec un nouveau groupe armé

Lu pour vous

 

https://www.jeuneafrique.com 19 août 2019 à 16h14 | Par Pacôme Pabandji - à Bangui

 

À la fin du mois de juillet, le mouvement rebelle d'Abdoulaye Miskine avait déjà exigé la démission du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra. Sa récente alliance avec d'autres mécontents de l'accord de paix inquiète Bangui qui redoute de nouvelles violences.

« Nos services de renseignement ont été alertés que (Abdoulaye) Miskine est en train de recruter des jeunes pour son mouvement rebelle depuis la ville d’Am Dafok », a déclaré à Jeune Afrique un conseiller de la présidence centrafricaine sous couvert d’anonymat. « Tout sera fait pour le stopper dans ses démarches », a ajouté ce conseiller.

Ces informations inquiètent Bangui qui redoute de nouvelles violences, dans un contexte où le processus de paix s’annonce de plus en plus compliqué. Plusieurs groupes armés, pourtant signataire de l’accord de paix, ne respectent pas ce dernier. « Ce serait regrettable que la population revive des violences armées malgré l’accord de paix », a-t-il souligné.

Fin juillet déjà, un communiqué du mouvement rebelle FDPC  exigeait « la démission immédiate » du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, à défaut de quoi le FDPC le menaçait de le « [démettre] par tous les moyens ». Le document était signé du « général » Abdoulaye Miskine, titre que le chef rebelle s’est auto-attribué.

Alliance de mécontents

L’influence du FDPC s’est accentuée dans l’extrême-nord de la Centrafrique depuis son alliance avec un nouveau mouvement rebelle, le Parti du rassemblement de la nation centrafricaine (PRNC). Créé par d’autres « généraux » auto-proclamés se disant mécontents des derniers accords de paix, ce mouvement est né en juin dernier d’une nouvelle scission au sein de l’ex-Séléka.

La Centrafrique peut néanmoins compter sur la communauté internationale. « Miskine n’a plus de crédibilité aux yeux de la communauté internationale pour avoir violé à plusieurs reprises l’accord de paix de Khartoum, dont il est lui-même signataire », a indiqué à Jeune Afrique un diplomate occidental en poste à Bangui.

« Tout le monde est d’accord sur le fait qu’il doit être arrêté mais c’est aux forces armées centrafricaines de le faire.  Et sans soutien, il ne pourra pas aller loin », a-t-il précisé. Selon les accords de Khartoum, la Minusca (la mission de l’ONU dans le pays) pourrait aussi avoir un rôle à jouer. D’après le texte, la force onusienne devait appliquer « des mesures temporaires d’urgence pour détenir tous ceux qui se livreraient directement ou indirectement à des actes qui violent les dispositions de l’accord ou de nature à compromettre la paix, la stabilité ou la sécurité de la République centrafricaine ».

Pour ce diplomate, cette nouvelle alliance est « purement de circonstances » et son seul « objectif est le banditisme » dont « les habitants feront les frais ».

 

1 commentaire

N
ABDOULAYE MISKINE:

VOILA UNE FOPIS DE PLUS EN PHOTO UN CONARD; UN HORS LA LOI DE MÊME QUE LES AUTRES CHEFS DE GUERRE QUI, JUSQU'AUJOURD'HUI FONT LA MERDE EN CENTRAFRIQUE. IL POSE FIEREMENT AVEC SON TREILLIS, ASSIS DEVANT SON PETIT BUREAU, PISTOLET SUR LA TABLE. OU VA LA CENTRAFRIQUE ? FAUT-IL ENCORE DILIS, ASSIS DEVANT SON PETIT BUREAU, PISTOLET SUR LA TABLE. OU VA LA CENTRAFRIQUE ? FAUT-IL ENCORE DIALOGUER AVEC CES VOYOUS ? NON, JE NE CROIS PAS. IL FAUT SEULEMENT LES FRAPPER ET TRES FORT AFIN QU'ILS LIBERENT CE BEAU PAYS. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
Un «godobe», enfant des rues en République centrafricaine, raconte ses rapports avec les militaires de l'opération Sangaris. Qu'est-ce que fair » ...la suite
Les affrontements entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. 24 miliciens ont été tués au nord-est de la Centrafrique, dans des combats e » ...la suite
L'assouplissement de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Centrafrique est une victoire symbolique pour le régime de Bangui. Mais il » ...la suite
L’Accord de Khartoum, signé le 6 février 2019, semble être sur le point de rejoindre les sept précédents accords de paix qui n’ont jamais pu » ...la suite
Une vingtaine de personnes dont un civil, ont perdu la vie dans les combats entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique d » ...la suite
(Ecofin Hebdo) vendredi, 13 septembre 2019 10:58 - Chassé du pouvoir en 2013 par les rebelles de la Séléka et abandonné par ses pairs, l’ex-pré » ...la suite
Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrass » ...la suite
Le président congolais Denis Sassou-Nguesso était reçu mardi 3 septembre à l’Élysée pour un déjeuner de travail avec le président Macron. S » ...la suite