Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » État d'urgence au Tchad: la fermeture des frontières préoccupe les commerçants
État d'urgence au Tchad: la fermeture des frontières préoccupe les commerçants

 

Par RFI Publié le 24-08-2019 Modifié le 24-08-2019 à 02:46

 

Le Tchad a fermé ses frontières avec le Soudan, la Libye et la Centrafrique. Une mesure prise dans le cadre de l'état d'urgence mise en place dans trois provinces du pays après des violences communautaires meurtrières notamment dans le Ouaddaï et le Sila. Objectif des autorités : rétablir la sécurité et mettre fin au trafic d'armes. Mais cette fermeture a-t-elle des conséquences sur l'économie du pays ?

Moins d'une semaine après la mise en place de l'état d'urgence, la fermeture des frontières avec le Soudan et la Centrafrique semble ne pas avoir d'impact sur l'économie locale, à en croire une autorité à l'est du pays.

Si l'axe le plus fréquenté à savoir Adré-Abéché reste ouvert pendant les 21 jours de l'état d'urgence, le transport de marchandises, lui, était déjà fortement ralenti depuis plusieurs semaines, rappelle Mahamat Saleh Yacoub, enseignant en économie à l'Ecole normale supérieure d'Abéché.

En cause selon lui : la crise soudanaise avec des contrôles douaniers renforcés. Mais aussi la saison des pluies qui rend les routes impraticables.

Résultat ? Les prix de produits de première nécessité ont augmenté. Il faut compter 40% plus cher pour un sac de sucre de 50 kilos. Car depuis la crise de Boko Haram au Nigeria, le Tchad se ravitaille principalement de l'autre côté de la frontière, au Soudan.

La crainte des commerçants est désormais que l'état d'urgence soit prolongé. Leur stock de farine, d'huile ou encore d'œufs, prévu pour tenir jusqu'à la fin de la saison des pluies, sera alors épuisé. Et l'est du Tchad risquerait selon eux, une pénurie de marchandises qui pourrait aussi toucher la capitale tchadienne.

Dès lors que ce sont des points de filtrage et non des points qui permettent les flux d’activité commerciale, cela va avoir des conséquences graves, d’abord sur le plan humanitaire par rapport à ces peuples qui vivent aux confins du territoire, (…) parce que ce sont des populations qui s’approvisionnent essentiellement de denrées alimentaires, de santé, de produits médicaux, qui proviennent du Soudan.

Le président de l'UNDR, l'Union des démocrates pour le développement et le progrès

23-08-2019 - Par Houda Ibrahim

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Pressés par la Beac, les Etats de la Cemac ont finalement cédés en transmettant près de 140 copies de conventions signées avec les opérateurs p » ...la suite
Le Cameroun prend déjà en charge plus de 500 000 réfugiés centrafricains, et voit cette population en détresse grossir de jour en jour. L’ONU q » ...la suite
C’est la résolution prise jeudi dernier au terme de la rencontre entre le ministre des Transports, celui du Commerce et les syndicats des transport » ...la suite
Les représentants de plusieurs pays africains de la région des Grands Lacs, réunis vendredi à Luanda en un mini-sommet sur la situation en Centraf » ...la suite
Idriss Deby réaffirme son "attachement au respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale" de la Centrafrique. Le chef de l'État tch » ...la suite
Un mois après l’audience accordée par Ali Bongo au ministre centrafricain des Affaires étrangères, Sylvie Baipo Temon, émissaire de son homolog » ...la suite
Les onze pays de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), réunis vendredi en sommet au Gabon, ont appelé à la fin "des cri » ...la suite
La RCA est un vaste pays enclavé se situant au cœur de l’Afrique Centrale. La position d’enclavement de la RCA constitue une contrainte majeure, » ...la suite
En Afrique Centrale, la question des infrastructures concernant les services de base (eau, énergie, télécommunications et transports) est au centre » ...la suite
Premier scrutin depuis la promulgation de la nouvelle Constitution et l’instauration du « régime présidentiel intégral », l’élection à la m » ...la suite