Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Centrafrique : Plus de 8000 déplacés après des combats entre deux groupes armés à l’extrême nord du pays



BANGUI, 03 septembre 2019 (RJDH)---Plus de 8000 personnes ont quitté leurs maisons suite aux affrontements qui ont opposé dimanche et lundi, dans la ville de Birao, deux groupes armés signataires de l’accord du 06 février.  Ces déplacés, selon des informations RJDH, seraient confrontés à de nombreux besoins d’urgence.

Selon des sources humanitaires bien informées, 8 500 personnes se trouvent depuis deux jours sur deux sites à Birao. Le premier site et le plus important est celui de la base de la Minusca qui compterait, selon les premières estimations, 5500 personnes. Le second s’est constitué à l’aérodrome où sont réfugiées au moins 3000 personnes.

Un leader communautaire qui se trouve le site de la Minusca évoque la présence de nombreuses femmes et enfants qui sont, d’après ses propres termes « traumatisés par les violences auxquelles nous avons assisté ces deux derniers jours ». La même source parle d’importants besoins d’urgence sur ledit site, « nous n’avons pas d’abris, les déplacés sont à la belle étoile livrés au froid et autres intempéries. Impossible d’avoir de l’eau potable qui était déjà difficile en temps normal. Le manger relève du miracle parce que les gens ont quitté leurs maisons dans la précipitation », explique ce notable.

Les mêmes besoins sont exprimés par un commerçant qui s’est retrouvé sur le site de l’aérodrome, « il y a problème d’eau, de tente et de latrine », confie-t-il sans autre commentaire. La communauté humanitaire semble encore sous l’embargo à l’heure actuelle sur la situation de Birao, selon une source que le RJDH a pu contacter. Mais des indiscrétions font état d’un possible acheminement d’aide humanitaire dans les prochains jours à Birao, « toutes les dispositions sont prises pour que les déplacés de cette ville reçoivent dans les prochains jours, l’aide d’urgence souhaitée », nous a expliqué une source humanitaire qui a requis l’anonymat.

La communauté humanitaire n’a pas encore évalué les besoins de ces 8 500 déplacés, un chiffre qui pourrait évoluer vu que de nombreuses personnes se seraient refugiées dans la brousse. Ce pic de violences à Birao pourrait compliquer le plan humanitaire qui, avant ce pic de violence, avait besoin de 430,7 millions de dollars pour sa mise en œuvre mais dont seulement 46 % des fonds ont pu être  mobilisés. Birao fait face à ces violences au moment où la sous-secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, Ursula Mueller se trouve en visite de travail dans le pays pour évaluer la situation.

Sylvestre Sokambi

 

 

Centrafrique : Le KNK appelle à la mise en place d’une plateforme de l’opposition démocratique



BANGUI, 03 septembre 2019 (RJDH)---Le KNK, dans une déclaration publiée le jeudi 28 aout dernier, appelle les partis politiques d’opposition à mettre en place une plateforme de l’opposition pour réfléchir sur les enjeux électoraux.

Le Gouvernement centrafricain a récemment fait fixer la date des prochaines élections générales dont le premier tour est prévu pour le 27 décembre 2020. D’où nécessité pour l’opposition centrafricaine de mettre en place une plateforme électorale selon le KNK.

« A l’occasion de la présentation du chronogramme de ces élections, le Rapporteur Général de l’Autorité Nationale des Elections (ANE), Julius Ngouade-Baba, a fait mention de certains impératifs liés au respect des étapes incompressibles dans le processus de préparation desdites élections », a indiqué d’entrée le KNK.

Pour le KNK, la date fixée pour le premier tour des élections générales était conditionné par l’adoption de la Loi portant Code électoral ainsi que la Loi Organique sur l’ANE au plus tard fin mars 2019. A ce jour, le Code électoral vient, à peine, d’être promulgué alors que la Loi Organique sur l’ANE n’est toujours pas adoptée.

Outre ces points relevés, ont-ils souligné que, d’autres impératifs d’ordre technique s’imposent, «   La recomposition de l’ANE centrale et des ANE locales ainsi que la formation des nouveaux membres, l’enrôlement des électeurs, l’établissement des listes électorales fiables et l’acquisition de matériels électoraux, etc », a relevé le parti KNK.

A cela s’ajoute la question de la mobilisation des ressources nécessaires au financement de ces élections ainsi que la situation sécuritaire toujours volatile en dépit de la signature de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République Centrafricaine (APPR-RCA) du 06 février 2019 se posent également avec une grande acuité.

Au regard de tous ces retards, le KNK craint un glissement électoral, « à l’évidence, les conditions du strict respect du calendrier électoral prévu pour le 27 décembre ne sont pas réunies. D’où, l’inéluctabilité d’un glissement électoral et par conséquent l’ouverture d’un vide constitutionnel », peut-on lire dans la déclaration.

C’est au regard de cette situation que le Kwa Na Kwa invite les autres formations politiques à s’atteler urgemment à la mise en place d’une Plate-Forme de l’Opposition démocratique en vue de mener des réflexions sur cette question précise ainsi que d’autres préoccupations liées à la « gouvernance chaotique » du régime du Professeur Faustin - Archange Touadera.

Vianney Ingasso

 

 

Centrafrique : Les  inspections académiques de l’Ouest et du Nord-Est du pays dotées en tables-bancs



BANGUI, 3 Septembre 2019(RJDH) --- 3300 tables-bancs ont été remis aux inspections académiques de l’Ouest et du Nord-Est par la Direction Générale de l’Institut National de Recherche et d’Animation Pédagogie (INRAP) dimanche 1er septembre à Bangui, en prélude de la rentrée scolaire prévue pour le 16 septembre prochain. 

La livraison des tables bancs aux inspections académiques de l’Ouest et du Nord-Est arrive à point nommé consacrant la prochaine rentrée scolaire le 16 septembre prochain.

Samuel Feizounam Ouanfio, Directeur Général de l’INRAP, estime que le gouvernement se voit obligé d’améliorer les conditions d’études des enfants dans les villes intérieures du pays, « c’était l’année dernière lors du lancement de la rentrée scolaire que le président de la République a demandé que nos écoles soient dotées en tables bancs et en manuels scolaires. C’est ainsi que cette année le premier ministre a fait de ce slogan une des priorités du gouvernement. Une dotation budgétaire de 548 millions FCFA est mise à la disposition du ministère de l’enseignement primaire et secondaire pour acquérir ces tables bancs », a-t-il expliqué.

La répartition des tables bancs a commencé le dimanche 1er septembre avec l’inspection académique de l’Ouest que le camion est déjà bien chargé pour le départ. S’en suivra ensuite l’inspection académique du Nord-Est. Pour les acheminer, selon le directeur général de l’INRAP, les élus des circonscriptions concernées sont sollicités par le département de l’éducation, « certains élus de la Nation ont déjà commencé à acheminer ces tables bancs dans leurs circonscriptions respectives », a précisé Samuel Feizounam Ouanfio. 

Le gouvernement annonce aussi la livraison des deux autres vagues avant la rentrée scolaire prévue le 16 Septembre 2019 sur toute l’étendue du territoire centrafricain.

Bienvenue Marina Moulou-Gnatho

 

Centrafrique : Le Haut Conseil de Communication appel les journalistes a s’implique d’avantage dans le  traitement des sujets sur le VBG.

BANGUI, 03 Septembre 2019 (RJDH) --- Les media centrafricains traitent moins les sujets liés aux questions sur les VBG. Un faible constat de production relevé dans le rapport de monitoring rendu public par le Haut Conseil de la Communication (HCC) lundi 2 septembre.

Les media centrafricains consacrent peu d’espace dans leur production aux questions liées aux violences basées sur le genre (VBG) dans le pays. C’est la substance du rapport de monitoring du Haut Conseil de la Communication (HCC) du mois de juin dernier présenté hier à Bangui, appelant la presse nationale à diversifier les sujets qu’elle traite afin de créer une relation de confiance avec les victimes centrafricaines.

Pour le Haut conseil de Communication, le choix de la thématique sur les VBG reste et demeure une opportunité pour les Medias d’être encore plus proche de la population. Blandin Songuel, Haut Conseiller, « la nécessité de réunir les journalistes c’est surtout pour les amener à s’impliquer dans la campagne médiatique dans la lutte contre les VBG. C’est désormais une réalité planétaire qui touche profondément la Centrafrique. Les statistiques que nous avons à notre portée indiquent que le taux des VBG a encore augmenté de 21 % dans le pays. Donc le VBG est une réalité existentielle en Centrafrique qu’il faut combattre et tenter d’arrêter ce phénomène qui ne vise que les femmes et c’est pourquoi nous avons pensé au niveau du Haut Conseil de Communication (HCC) que le rôle majeur de la presse est indispensable dans cette lutte » a précisé le Haut Conseiller. 

Une Initiative a été prise, selon lui, au niveau du Haut conseil de la Communication pour amener les medias à traiter plus les sujets des VBG, « Une initiative a été déjà prise dans ce sens en réunissant les journalistes, c’est déjà le premier départ. Le second est de les accompagner à  jouer leur rôle d’interface avec les partenaires, essayer d’amener les partenaires à s’intéresser à la presse en donnant les moyens à pour qu’ils s’impliquent d’avantage dans ce travail parce que le HCC trouve que la question des VBG est déjà une priorité à mettre en avant. Ce rapport qui est rendu est un rapport thématique qui ne concerne que particulièrement les VBG et cette question sera prise en compte par le Gouvernement de ramener  les choses telle qu’elle est pour que la paix sociale revienne »  indique  Blandin Songuel

Les résultats obtenus de cette étude indiquent que les sujets traités en lien avec les violences basées sur le genre dans la presse écrite restent limités à 13 %, la presse électronique 9 %, par les medias audiovisuels publics 59 % contre 41 % pour les medias privés.

 Paméla Dounian-Doté

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le gouvernement a tiré la sonnette d'alarme ce 16 septembre 2019 à l'ouverture officielle de la rentrée scolaire 2019-2020. Le Premier ministre, Fi » ...la suite
Le bilan des combats du samedi 14 septembre entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique s’élève désormais à trente-h » ...la suite
A trois mois et quelques semaines pour finir l’année 2019, la première session va débuter ce 23 septembre prochaine à la Cour d’Appel de Bangu » ...la suite
Les habitants d'une partie du 4ème arrondissement de Bangui appellent les autorités nationales au secours face à la montée de l'insécurité dans » ...la suite
Au moins 23 miliciens ont été tués, samedi 14 septembre, dans de nouveaux combats dans le nord-est de la Centrafrique entre deux groupes armés pou » ...la suite
Le député de Bocaranga 3 et Président du parti MLPC, Martin Ziguélé, grand défenseur de l’accord politique pour la paix et réconciliation sig » ...la suite
Le bureau politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain(MLPC), dénonce le double langage de la MINUSCA. Pour le parti, la mission on » ...la suite
Plus de 500 nouvelles recrues poursuivent leur formation dans les rangs des FACA au Camp militaire Kassaï sur les techniques de combat mais aussi en » ...la suite
Ursula Mueller, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires et Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence a appelé à un financemen » ...la suite
Après avoir clos vendredi 30 août un contrôle qui a démarré le 26 à la prison centrale de Ngaragba, l’Inspection générale des services judic » ...la suite