Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » FACA : plus de 500 nouvelles recrues en formation au Camp Kassaï
FACA : plus de 500 nouvelles recrues en formation au Camp Kassaï

 

 

https://www.radiondekeluka.org vendredi 30 août 2019 07:46

 

Plus de 500 nouvelles recrues poursuivent leur formation dans les rangs des FACA au Camp militaire Kassaï sur les techniques de combat mais aussi en administration pour une durée de 3 mois. Ils sont encadrés par les conseillers militaires de l'EUTM-RCA et des encadreurs centrafricains.

Ces 500 nouvelles recrues renforcent leurs capacités aux notions de Droit Humanitaire International (DHI), de prévention des violences sexuelles mais aussi aux techniques de combat, exercices de tirs et en informatique. Cette session de trois mois est assurée par des instructeurs FACA, sous la supervision des conseillers techniques de l’EUTM-RCA. Le Chef d’État major des FACA et le Commandant de l’EUTM-RCA en visite au Camp militaire Kassaï mardi 27 août 2019 ont apprécié le niveau des nouvelles recrues.

"Toute la formation continue ainsi que l'entrainement opérationnel des bataillons. Une armée pour qu'elle soit opérationnelle, il faut d'abord qu'elle soit bien formée", s'est félicité Général Éric Peltier, Commandant de l'EUTM-RCA, promettant qu'il aura aussi "la formation des sous-officiers".

Insistant sur le Plan National de la Défense validé par le Président de la République, Faustin Archange Touadéra, pour la reconstruction de l'armée, Général Eric Peltier rassure que les choses "progressent doucement mais surement". L'officier général français met l'accent sur "la formation des jeunes engagés au Camp Kassaï à Bangui et à Bouar qui devra terminer au mois d'octobre 2019".  L'EUTM-RCA a dans le cadre de sa mission, formé plus de 1000 recrues au Camp militaire de Kassaï et à la garnison de Bouar.

Le Chef d'Etat-major des Forces Armées Centrafricaines, Général Zéphirin Mamadou souligne l'engagement du Chef de l'Etat, Faustin Archange Touadéra, a créé une armée de proximité. "Dans la cadre de cette formation, le Président de la République nous a instruit de bien former les soldats avant de les déployer sur l'ensemble du territoire. Comme a souhaité le Chef de l'Etat, l'armée doit être proche de la population", a indiqué Général Zéphirin Mamadou.

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

LA MINUSCA SOUTIENT LA MONTEE EN PUISSANCE DES FORCES DE SECURITE INTERIEURE CENTRAFRICAINES

 

Bangui, 4 septembre 2019 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) réaffirme son soutien à la montée en puissance des forces de sécurité intérieure (FSI) centrafricaines, composées de la Police et de la Gendarmerie, dans le cadre de l’appui à l’extension de l’autorité de l’Etat, a indiqué mercredi à Bangui, le Chef de la composante Police de la MINUSCA, le Général de Division Pascal Champion.

 

« La Police de la MINUSCA envisage pour l’exercice 2019/2020, la mise en œuvre de 17 projets à impact rapide au profit de la Gendarmerie, 22 au profit de la Police et trois projets mixtes au profit de la Police Technique et Scientifique et de l’Unité Spéciale Anti-Fraude”, a indiqué le Général Champion. Selon le Chef de la composante Police, divers matériels tels que des menottes, casques, boucliers et gilets pare-balle ont été déjà commandés et devraient être livrés entre septembre et octobre 2019 afin d’appuyer le déploiement des Compagnies Régionales de Sécurité (CRS) dans les villes de Berberati et Bangassou, des Escadrons de Gendarmerie Mobile (EGM) dans les villes Bouar et Bambari et des équipes projetables d’interventions. 

 

Au cours de la conférence de presse hebdomadaire, le Chef de la composante Police a indiqué que depuis 2014, 149 projets ont été réalisés ou sont en cours, par la MINUSCA et les partenaires techniques et financiers de la RCA. « De juillet 2014 à juin 2019, l’UNPOL a entrepris de nombreuses sessions de recyclage des policiers et gendarmes sur le terrain à Bangui et en province. Un total de 8225 personnels des FSI ont été formés, soit en moyenne 1645 FSI par an », a-t-il indiqué, citant, entre autres, l’appui à l’élaboration d’un Plan de renforcement des capacités et de développement et d’un Plan global de redimensionnement et de redéploiement.

 

Pour le Chef de la composante Police, “ces différents projets entraineront une augmentation quantitative et qualitative de la présence de la Police et de la Gendarmerie dans les différentes régions du pays”. “L’objectif d’ici à 2023 est la couverture de l’ensemble territoire national par les FSI pour rendre effectif la restauration de l’Autorité de l’Etat », a-t-il dit, précisant que pour l’instant, 71% des effectifs sont à Bangui, 23% à l’Est et 5% vers le Centre du pays. Le plan de renforcement des capacités des FSI prévoit le recrutement de 2500 policiers et 2500 gendarmes sur 5 ans.

 

De son côté, le porte-parole de la MINUSCA Vladimir Monteiro a souligné que la Mission continue de suivre attentivement la situation à Birao, trois jours après les violents affrontements entre combattants du FPRC et du MLCJ. « Des contacts ont eu lieu entre le Représentant spécial du Secrétaire général avec les garants, les autorités centrafricaines ainsi que les leaders des deux groupes armés en vue d’un retour à la normale », a-t-il souligné. Il a rappelé que conformément à leur mandat, les Casques bleus les casques bleus ont établi quelques points de contrôle dans la ville tout en poursuivant leur mission de protection des civils avec des patrouilles. Mardi, la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général et Coordonnateur humanitaire, Denise Brown, s’est rendue sur place avec d’autres responsables humanitaires pour évaluer la situation sur le terrain face aux risques de crise humanitaire.

 

Le porte-parole a également indiqué que la MINUSCA suit la situation à Mingala et que la Force a survolé la ville, en vue d’une prochaine intervention de casques bleus afin de rassurer la population de la localité traumatisée par la présence d’éléments armés de l’UPC. A cet effet, il a rappelé l’engagement pris par les parties, notamment les groupes armés, lors de la réunion d’évaluation de l’Accord de paix les 23 et 24 août à Bangui, en particulier la cessation des violences. Tout en soulignant que l’Accord prévoit des dispositions pour les cas de violations, le porte-parole a rappelé le mandat de la MINUSCA qui l’autorise à recourir à la force pour protéger la population civile en cas de menace.

 

D’autre part, le porte-parole a annoncé la poursuite du programme de réduction de violence communautaire (CVR), notamment à Bria où une campagne au quartier Ndourou a permis de récupérer trois armes lourdes, 10 AK47, 20 armes artisanales ainsi que des munitions tandis qu’ à Bambari, plusieurs infrastructures dont des marchés, un centre de formation et un poste de santé construits dans le cadre du projet, ont été remises aux communautés. « La troisième phase du CVR à Bambari démarre au cours de ce mois de septembre », a-t-il ajouté.

 

Strategic Communication & Public Information Division

MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda

BP : 3338, Bangui, Central African Republic

Mail : publicinformation-minusca@un.org

Website: https://minusca.unmissions.org │

Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions

Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR

Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le gouvernement a tiré la sonnette d'alarme ce 16 septembre 2019 à l'ouverture officielle de la rentrée scolaire 2019-2020. Le Premier ministre, Fi » ...la suite
Le bilan des combats du samedi 14 septembre entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique s’élève désormais à trente-h » ...la suite
A trois mois et quelques semaines pour finir l’année 2019, la première session va débuter ce 23 septembre prochaine à la Cour d’Appel de Bangu » ...la suite
Les habitants d'une partie du 4ème arrondissement de Bangui appellent les autorités nationales au secours face à la montée de l'insécurité dans » ...la suite
Au moins 23 miliciens ont été tués, samedi 14 septembre, dans de nouveaux combats dans le nord-est de la Centrafrique entre deux groupes armés pou » ...la suite
Le député de Bocaranga 3 et Président du parti MLPC, Martin Ziguélé, grand défenseur de l’accord politique pour la paix et réconciliation sig » ...la suite
Le bureau politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain(MLPC), dénonce le double langage de la MINUSCA. Pour le parti, la mission on » ...la suite
Ursula Mueller, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires et Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence a appelé à un financemen » ...la suite
Après avoir clos vendredi 30 août un contrôle qui a démarré le 26 à la prison centrale de Ngaragba, l’Inspection générale des services judic » ...la suite
Birao et ses alentours sont toujours sous tension hier dans l’extrême nord-est du pays, après les combats déclenchés dimanche par la mort du fil » ...la suite