Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Augmentation du capital de la BDEAC : Les actionnaires traînent le pas
Augmentation du capital de la BDEAC : Les actionnaires traînent le pas

Lu pour vous

 

https://www.gabonreview.com par Loic Ntoutoume /  / 16 septembre, 2019

 

Annoncé depuis 2015, le projet d’augmentation de capital de la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC), à 1 200 milliards de francs CFA, se heurte aux blocages de certains actionnaires qui tardent à formaliser leurs souscriptions, malgré le dépassement de la dernière échéance fixée au 30 juin 2017.

Les choses trainent pour l’augmentation du capital de la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC). Plus de quatre ans après la résolution du 24 juin 2014 de l’assemblée générale extraordinaire de la Banque, la collecte de 1 200 milliards de francs CFA, n’a toujours pas été bouclée.

Selon la BDEAC, au 31 décembre 2018, «l’augmentation de capital n’a toujours pas été totalement souscrite et le calendrier de libération n’a pas été respecté». Face aux besoins énormes des Etats de la sous-région, cette augmentation de capital devrait permettre à la BDEAC de soutenir les projets lancés par les Etats membres, notamment dans les domaines de l’agro-alimentaire, de la transformation du bois et de la réalisation des études destinées à la restructuration des filières porcine et avicole.

Bien que l’ensemble des actionnaires de la catégorie A (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) disposant chacun de 8,48% des parts de l’actionnariat ont signé et transmis leurs bulletins de souscription à la banque d’un montant global de 33,526 milliards de FCFA, seuls le Gabon et la Guinée équatoriale ont entièrement libéré leur capital, respectivement 5,482 milliards de FCFA et 4,876 milliards de FCFA.

Cependant, l’état de souscription et de libération du capital se présente comme suit : Cameroun (capital restant dû : 1,072 milliard de FCFA) ; Centrafrique (restant dû : 6,936 milliards de FCFA) ; Congo (capital restant dû : 3, 250 milliards de FCFA) et Tchad (capital restant dû : 3,250 milliards de FCFA). Ce qui correspond à un capital dû de 14,510 milliards de FCFA sur les 33,526 milliards de FCFA attendus de cette catégorie d’actionnaires.

S’agissant des actionnaires de la catégorie B, selon la BDEAC, à l’exception de la Banque des États de l’Afrique Centrale, du Maroc et de la Commission de la Cemac qui ont rempli les diligences attendues, les autres actionnaires, notamment la France, la Banque africaine de développement et la Libya Africa Investment Portfolio n’ont pas encore formalisé leur souscription. Cette catégorie d’actionnaires doit libérer un montant total de 19,743 milliards de FCFA, afin de permettre le bouclage effectif de cette opération.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Pressés par la Beac, les Etats de la Cemac ont finalement cédés en transmettant près de 140 copies de conventions signées avec les opérateurs p » ...la suite
Le Cameroun prend déjà en charge plus de 500 000 réfugiés centrafricains, et voit cette population en détresse grossir de jour en jour. L’ONU q » ...la suite
C’est la résolution prise jeudi dernier au terme de la rencontre entre le ministre des Transports, celui du Commerce et les syndicats des transport » ...la suite
Les représentants de plusieurs pays africains de la région des Grands Lacs, réunis vendredi à Luanda en un mini-sommet sur la situation en Centraf » ...la suite
Idriss Deby réaffirme son "attachement au respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale" de la Centrafrique. Le chef de l'État tch » ...la suite
Un mois après l’audience accordée par Ali Bongo au ministre centrafricain des Affaires étrangères, Sylvie Baipo Temon, émissaire de son homolog » ...la suite
Les onze pays de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), réunis vendredi en sommet au Gabon, ont appelé à la fin "des cri » ...la suite
La RCA est un vaste pays enclavé se situant au cœur de l’Afrique Centrale. La position d’enclavement de la RCA constitue une contrainte majeure, » ...la suite
En Afrique Centrale, la question des infrastructures concernant les services de base (eau, énergie, télécommunications et transports) est au centre » ...la suite
Premier scrutin depuis la promulgation de la nouvelle Constitution et l’instauration du « régime présidentiel intégral », l’élection à la m » ...la suite