Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Président de la République centrafricaine: "Pas de stabilité en Europe s'il n'y en a pas en Afrique"
Président de la République centrafricaine:

Lu pour vous

 

https://www.breitbart.com  par THOMAS D. WILLIAMS, PH.D.16 sept. 2019

 

Le président de la République centrafricaine, déchirée par la guerre, a averti dimanche que la stabilité en Europe était conditionnée à la stabilité en Afrique car "tout est connecté". Si les propos du président Faustin-Archange Touadéra évoquaient d’abord les problèmes de l’Europe liés aux vagues de migrants en provenance d’Afrique, il a ensuite suggéré des interconnexions entre divers domaines de développement. «Il n'y aura pas d'écologie intégrale sans paix et il n'y aura pas de paix sans écologie intégrale», a déclaré Touadéra. En outre, «dans un pays, la paix sera assurée si tous les citoyens ont accès aux soins de santé».

L’homme politique africain s’exprimait à Madrid lors d’une conférence intitulée «Rencontre pour la paix», organisée par la communauté catholique de Saint-Egidio. Dans son discours, Touadéra a souligné la nécessité de "rétablir le lien essentiel entre l'Afrique et l'Europe", tout en proposant que le désarmement, les soins de santé universels et l'abolition de la peine de mort soient des conditions essentielles pour la paix. "Ce que l'Europe a fait aujourd'hui est un rêve en Afrique", a déclaré Touadéra. "Paix sans frontières n'est pas simplement un titre magnifique, mais une belle perspective à regarder."

La République centrafricaine connaît une guerre civile permanente depuis 2012, qui montre peu de signes de ralentissement, et les tensions sont aggravées par le conflit religieux entre les combattants de la Séléka musulmane et les milices chrétiennes anti-balaka. «La République centrafricaine est une maison dans laquelle de nombreuses armes sont entrées. Nous allons donc lancer un programme de désarmement», a déclaré Touadéra, insistant sur le fait que «le sang de notre peuple versé injustement nous presse de ne pas commettre la même erreur futur."

Le président africain a également souligné que la guerre est évitable mais que la paix exige un effort concerté de tous. «La guerre et la violence ne sont pas un destin inévitable», a-t-il déclaré, mais la paix ne peut jamais être considérée comme acquise, mais nécessite une vigilance constante. «C’est comme construire une maison qui a toujours besoin d’entretien car sinon, elle serait à la merci du vent», a-t-il déclaré.

1 commentaire

M
Il a bien raison!

Mon commentaire

Dans la même catégorie
M.Martin ZIGUELE président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain ( MLPC) a été reçu en audience en début d’après-midi du 28 janv » ...la suite
En Centrafrique, l’ancien président François Bozizé s’est adressé pour la première fois à la presse lundi 27 janvier. Malgré plusieurs appa » ...la suite
Paul Crescent Beninga, porte-parole du Groupe de Travail de la Société Civile (GTSC), demande la démission du gouvernement de tous les ministres is » ...la suite
L’Algérie a dénoncé jeudi les décisions «unilatérales des gouvernements de la République centrafricaine et de Sao Tomé-et-Principe d'ouvrir » ...la suite
entré en décembre à Bangui dans des conditions encore méconnues, François Bozizé n’avait pas encore été reçu à la présidence, alors que l » ...la suite
Sollicitée par le Président de la République pour un échange de points de vue sur la situation du pays, l'ancienne chef de l'Etat de la Transition » ...la suite
Le retour inattendu de deux ex-présidents centrafricains, principaux initiateurs d’une guerre civile qui perdure –François Bozizé et celui qui » ...la suite
Après le retour rocambolesque de l’ancien président François Bozize ( 2003-2013), le 15 décembre 2019, c’est maintenant au tour de l’ancien » ...la suite
Le Président Touadera reçoit l'ex Chef d'Etat de transition au Palais de la Renaissance » ...la suite
Lors de son discours à l’occasion du Nouvel An, Faustin-Archange Touadera a révoqué le sujet de la présidentielle 2020, sans oublier les législ » ...la suite