Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Crash récurrent d’hélico de l’Armée : Faut-il rester muet face à la Grande Muette ?
Crash récurrent d’hélico de l’Armée : Faut-il rester muet face à la Grande Muette ?

Lu pour vous

 

https://senegal7.com

 

Au Sénégal, y a-t-il un secteur de la vie nationale qui soit inamovible au point de ne jamais faire l’objet d’introspection en cas de pépin ? En effet la réponse ne saurait couler de source car les zones d’ombre qui entourent cette affaire, et le mutisme béat des plus hautes autorités du pays laisse à penser que la grande Muette serait intouchable à tout point de vue. Mais devrait-on pour ce faire rester muet face à une Grande Muette aux hélicos meurtriers ?


La Grande Muette réputée professionnelle et dont la devise est “sauver où périr” élève la nation Sénégalaise au summum de son intégrité territoriale. Nos Jambars assurent non seulement la sécurité de nos frontières mais aussi ne cessent de monnayer leur expertise dans les grands foyers de tension de la géostratégie mondiale. Que ce soit sous la bannière des Nations Unies ou de l’Union Africaine ou autres, nos Jambars sont presque présents partout dans les grands foyers de tension du monde. Mais cette consécration grandeur nature ne doit point occulter les travers qui minent ce secteur stratégique de la vie nationale. Un hélicoptère de l’armée s’est écrasé en mars 2018 aux larges de Missirah dans une zone de mangroves. Le bilan fait état de 6 morts et 14 blessés. Moins d’un an et 8 mois , un autre hélico de l’armée s’est encore écrasé en Centrafrique dans le cadre d’une mission Onusienne. Ce qui relance avec acuité le mode d’acquisition de notre flotte au sein de la Grande Muette.

Car, en l’espace d’un an, plus de10 personnes en majorité militaires sont mortes par crash d’hélico. Et pourtant, aucune autorité de la République n’a daigné s’attaquer à cette nébuleuse qui prend de plus en plus des proportions inquiétantes pour nos Jambars. On ne peut rester muet face à une Grande Muette qui opte pour le mutisme dans un contexte où tout devrait s’éclairer d’un jour nouveau. Et pourtant ,il suffit d’un peu pour que les ces mêmes autorités planchent sur le sort de certains opposants. Demain pour sûr, il fera jour. Diantre !


Assane SEYE-Senegal7

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En effet, un meeting organisé à Boy-Rabe dans le 4eme arrondissement de Bangui sur le terrain de Ndress2 le 7 Décembre 2019 autour d’une petite c » ...la suite
L'Office National du Matériel (ONM) a entrepris au centre-ville de Bangui, la réhabilitation de certaines rues en état de dégradation très avanc » ...la suite
Chers frères et sœurs dans le Christ, Notre archidiocèse a vécu des moments importants ces derniers temps : D’abord la rentrée pastorale di » ...la suite
Lundi matin, les membres de l’association Cap Centrafrique se sont retrouvés sur un parking pour le départ du premier container destiné à Sibut. » ...la suite
247 soldats gabonais du 5e Bataillon de réserve déployés en novembre 2018 au sein de la Mission onusienne dans ce pays et arrivés en fin de missio » ...la suite
A peine de retour de mission à Bangui, le Cardinal Dieudonné Nzapalainga a choisi le cadre d’une conférence de presse, ce mercredi 4 décembre, p » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a indiqué mercredi qu’ell » ...la suite
Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a décoré dimanche six experts chinois de l'agriculture à l'occasion de la célébration à B » ...la suite
Le chef de l'État Félix Tshisekedi qui a séjourné dimanche 1er décembre à Bangui en République Centrafricaine, a été élevé à la dignité d » ...la suite
Félix Tshisekedi qui était dimanche 1er décembre, à Bangui, en Centrafrique, s'est rendu ce lundi à Zongo. Cette ville congolaise frontalière de » ...la suite