Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » RCA : Les avancées et les violations de l'Accord de paix à l'ordre du jour des garants et facilitateurs
RCA : Les avancées et les violations de l'Accord de paix à l'ordre du jour des garants et facilitateurs

 

https://www.radiondekeluka.org  mercredi 9 octobre 2019 12:14

 

Les garants et facilitateurs de l'Accord politique pour la paix et la réconciliation du 6 février appellent chaque partie au respect des engagements pris. La mission d'évaluation conduite par Smaïl Chergui et Jean Pierre Lacroix, respectivement Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'Union Africaine et Secrétaire général adjoint chargé des Opérations de paix des Nations Unies, a noté ce 6 octobre des avancées ainsi que des faiblesses, 9 mois après la signature de cet accord.

Ces facilitateurs et garants se félicitent de la mise en œuvre des recommandations qui a permis la réduction des violences sur l'ensemble du territoire. "Entre juin et octobre 2018, 597 incidents répertoriés, 1777 victimes, notamment de la part des groupes armés. Pour la même période en 2019, il y a, 304 incidents et 494 victimes", ont noté Smaïl Chergui et Jean Pierre Lacroix.

Il y a encore du chemin à faire selon la communauté internationale. "Aujourd'hui, les FACA se redéploient. La plupart des préfets et sous-préfets sont déployés", ont-ils constaté estimant que "l'Etat se restaure".

Pour Smail Chergui et Jean Pierre Lacroix, ces progrès relevés ne suffisent pas. La réponse est évidemment négative pour les garants et facilitateurs. "Il y a des progrès qui sont quand même clairs. Est-ce que ça suffit ? Est-ce que nous sommes au bout du chemin ? Evidemment Non !", s'est exclamé Jean Pierre Lacroix.

"Nous déplorons et condamnons de manière très ferme toutes les violations qui ont été portées à cet Accord", a indiqué Smail Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union Africaine, poursuivant que les garants et facilitateurs sont "résolus pour continuer à appuyer la mise en œuvre de l'Accord mais également utiliser l'article 35 de l'Accord évoquant des sanctions".

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union Africaine met en garde contre la violation de l'Accord. "Ceux qui croient qu'ils peuvent violer l'Accord ou perturber sa mise en œuvre, trouveront la communauté internationale en face d'eux", a martelé Smail Chergui, précisant que cela est valable pour "les signataires et ceux qui n'ont pas signé quels qu'ils soient".

Cette rencontre de haut niveau est la deuxième après la signature de l'Accord politique pour la paix et la réconciliation entre le gouvernement et les 14 groupes armés.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Selon le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, ce qu’il faut aujourd’hui pour lutter » ...la suite
La connexion avec des groupes armés peuls du Sahel se rapproche dangereusement de Bangui. Il n’ y a guère que les protagonistes de l’Accord » ...la suite
Lu pour vous MANKEUR NDIAYE, un ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal qui dirige la mission de maintien de la paix de l'ONU en R » ...la suite
En cinq ans, d'exaction en exaction, la milice d'auto défense peule a étendu son emprise sur le nord-ouest du pays. Deux militaires de l'armée c » ...la suite
La France célèbre les 80 ans de l'appel du 18 juin 1940. Pour beaucoup de Français, les premiers mois de la France libre sont associés à l'exil » ...la suite
La République de Centrafrique a réalisé « des progrès importants pour faire avancer les réformes politiques», a assuré le secrétaire généra » ...la suite
A la suite de la décision du Conseil d'Etat vendredi, le chercheur François Graner revient sur sa victoire pour obtenir l'accès aux archives sur le » ...la suite
Les garants et facilitateurs de l'accord de paix du 6 février 2019 entre l'Etat centrafricain et les rebelles ont fermement condamné mercredi les d » ...la suite
Ce mardi matin, en Centrafrique, c’est en toute discrétion qu’a été transféré depuis l’aéroport de Bangui une personnalité recherchée pa » ...la suite
Comment expliquer l’afflux soudain de nouveaux dossiers devant la Cour pénale spéciale (CPS) ? Le tribunal mixte – qui reste sans procès cinq a » ...la suite