Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RFI
Nouvelles nationales sur RFI

Centrafrique: le FPRC perd une troisième ville dans l'extrême nord-est du pays

 

Par RFI Publié le 15-10-2019 Modifié le 15-10-2019 à 04:05

 

En Centrafrique, après Birao et Pissi, deux villes de la préfecture de Vakaga dans l'extrême nord-est du pays, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique de Nourredine Adam a été chassé lundi matin de la petite localité de Am-Dafock, située à la frontière avec le Soudan, à une soixantaine de kilomètres de Birao.

Le FPRC a cédé à la suite d'une offensive lancée par un autre groupe armé, le MLCJ, du ministre délégué chargé justement des Groupes armés, Gilbert Toumou Déa. L'offensive du MLCJ, le Mouvement des libérateurs centrafricains, a débuté vers 4h30 du matin et a duré d'une à trois heures selon les sources. Les près de 3 000 habitants de Am-Dafock avaient été prévenus de l'imminence de cette attaque, ils ont fui dès dimanche vers le Soudan voisin.

« Djandjawides soudanais et des rebelles tchadiens… »

Pour le porte-parole du FPRC, Siddick Ali, leurs combattants qui tenaient la ville ont été attaqués par une coalition regroupant des combattants du MLCJ, ceux d'un nouveau groupe armé le PRNC créé récemment, ainsi que « des Djandjawides soudanais et des rebelles tchadiens ». « Ils ont été attaqués sur deux fronts et ont dû battre en retraite », a expliqué Siddick Ali.

« Faux ! » a réagi de son côté le chef du MLCJ et ministre en charge des Groupes armés. Il parle d'une « offensive de ses combattants et de jeunes membres de la communauté Kara ».

La Minusca n’a pas réagi

Gilbert Toumou Déa assure que « la situation dans les trois villes de Birao, Pissi et Am-Dasock est sous contrôle » et appelle le gouvernement centrafricain à redéployer « des forces de défense et de sécurité dans l'immédiat pour sécuriser définitivement ces zones récupérées par ses forces ».

Le FPRC de son côté a lancé un avertissement après ce qu'il qualifie de « nouvelle violation de l'accord de paix de Khartoum, sans que ses garants ne réagissent ». « Nous ne serons pas responsables des conséquences que cela va entraîner », a menacé son porte-parole Siddick Ali.

La Minusca ne veut pas réagir pour l'instant, mais elle annonce avoir renforcé les patrouilles à Birao et avoir survolé la zone de Am-Dafock.

 

 

Rwanda: première visite officielle de Paul Kagame en Centrafrique

Par RFI Publié le 15-10-2019 Modifié le 15-10-2019 à 01:09

Le président Rwandais sera à Bangui ce mardi 15 octobre où il doit s’entretenir avec son homologue centrafricain. C’est la première visite officielle de Paul Kagame en République Centrafricaine depuis l’élection de Faustin Archange Touadéra en 2016, même si les deux chefs d’États se sont déjà rencontrés à plusieurs reprises.

Au programme de cette visite, la signature de plusieurs accords bilatéraux. Du côté du gouvernement rwandais, on évoque des accords dans le secteur économique et dans le secteur minier, ainsi qu’un renforcement de la coopération militaire, même si des discussions étaient encore en cours lundi.

Paul Kagame sera en tout cas accompagné, entre autres, de sa ministre du Commerce, du directeur du Comité rwandais des mines du pétrole et du gaz, du chef d’état-major de l’armée et de représentants de diverses entreprises, assure une source gouvernementale.

Troisième contingent le plus important de la Minusca

Objectif de la visite: le renforcement des relations bilatérales. Les deux chefs d’État devraient également lancer une commission conjointe mixte, qui prévoit des rencontres régulières entre des délégués des deux pays.

Le Rwanda est déjà un partenaire stratégique important de la République centrafricaine. Le contingent rwandais étant le troisième contingent le plus important au sein de la Minusca, avec plus de 1 300 militaires et policiers.

Avec cette visite, Kigali semble poursuivre une stratégie d’ouverture vers les pays d’Afrique francophone après s’être longtemps concentré sur l’Afrique de l’Est. Il y a trois ans, le Rwanda a réintégré la Communauté Économique des États d’Afrique Centrale, qu’il avait quitté en 2007.

 

 

RCA : Paul Kagame attendu ce mardi à Bangui

 

https://www.radiondekeluka.org mardi 15 octobre 2019 10:16

 

Le président rwandais, Paul Kagamé, est attendu ce 15 octobre 2019 à Bangui, capitale centrafricaine. Cette première visite vise le renforcement des liens bilatéraux entre le Rwanda et la République Centrafricaine.

La visite de ce 15 octobre va permettre au président rwandais Paul Kagame de renforcer les relations bilatérales entre son pays et le Centrafrique. Selon les autorités de Bangui, l’évolution du Rwanda aujourd’hui dans plusieurs domaines, notamment : le social, l'économie, la défense nationale  et bien d’autres, doit être un exemple à copier. Au cours de sa visite, Paul Kagame touchera du doigt les réalités auxquelles la République Centrafricaine fait face afin d’apporter son appui multiforme au pays.

Son agenda prévoit une rencontre avec les ressortissants et militaires rwandais en RCA.

En marge de son tête à tête avec le centrafricain Faustin Archange Touadéra, le Président rwandais rencontrera les hommes d’affaires de son pays pour décrocher des investissements. La signature de contrats et de conventions entre les deux Etats sur le plan économique, diplomatique et militaire est aussi au menu de cette visite d'un jour.    

Selon le ministre Porte-parole de la présidence, Albert Yaloké Mokpème, le Rwanda a beaucoup contribué dans la pacification de la RCA en proie à l’insécurité. Pour preuve, les soldats rwandais sont dans la Mission onusienne en Centrafrique et certains assurent la sécurité du Président Touadéra.

Yaloké Mokpèmea par ailleurs indiqué que le Rwanda est l’un des pays qui a ouvert son académie militaire aux Forces Armées Centrafricaines (FACA), à la suite de l’appel du Président Faustin Archange Touadéra.

C’est depuis l’an 2000 que Paul Kagame est devenu le président de la République du Rwanda, pays victime de la crise inter communautaire entre Hutu et Tutsi soldée par la perte de millions de vies en 1994. Aujourd’hui, le Rwanda connait un essor sur le plan social, économique et militaire. 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dr Pierre Somsé, Ministre de la Santé a indiqué au RJDH qu’il n’est pas atteint de Covid_19. Plusieurs informations ont confirmé la positivit » ...la suite
Signé le 6 février 2019 à Bangui, l'accord de paix conclu entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés actifs dans le pays, souffre de » ...la suite
Si la signature de l’accord de paix en février 2019 avait permis une diminution des actes de violences sur le terrain, les incidents sécuritaires » ...la suite
Le gouvernement fixe la période d’établissement de la liste électorale pour le 22 juin 2020 selon le décret n°20.182 signé par le président d » ...la suite
La ville de Obo dans le Haut-Mbomou, secouée le 20 mai 2020 par des affrontements entre les Forces armées centrafricaines et les combattants de l'UP » ...la suite
Les arrestations de membres de groupes armés, signataires de l’Accord de Khartoum, par la MINUSCA, ouvre une nouvelle période pleine d’incertitu » ...la suite
Les députés centrafricains viennent d'acter ce 25 mai 2020, la loi interdisant les emballages et sachets en plastique non biodégradables. Une avanc » ...la suite
La situation sécuritaire à Obo est au centre de préoccupation des leaders politiques et de la société civile. Ils appellent tous à une action po » ...la suite
La Mission des nations unies en Centrafrique (Minusca) a arrêté un chef de guerre et huit de ses miliciens, impliqués dans les tueries qui ont fait » ...la suite
C'est dans un communiqué officiel publié en date du 17 mai que les autorités centrafricaines ont fait une mise au point sur les accusations contre » ...la suite