Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Pourquoi Poutine a réuni toute l’Afrique dans la ville russe de Sotchi
Pourquoi Poutine a réuni toute l’Afrique dans la ville russe de Sotchi

Chars d'assaut et kalachnikovs: la Russie étale ses armes pour séduire l'Afrique

 

Sotchi (Russie) (AFP) le  24/10/2019 à 17h06

 

Kalachnikovs dernier cri, systèmes de défense anti-aérienne et programmes de reconnaissance faciale: le complexe militaire russe a exposé au premier forum Russie-Afrique toute sa panoplie pour charmer le continent africain, qui pèse lourd dans son carnet de commandes.

"L'Afrique représente 40% du volume du portefeuille de commandes actuelles, à la fois en termes de valeur et de livraisons de différents types d'armes et d'équipements militaires", a assuré à l'AFP Alexandre Mikheev, patron de Rosoboronexport, la société publique russe chargée des ventes d'armements.

Dans les allées du premier forum économique russo-africain à Sotchi, où Vladimir Poutine a reçu depuis mercredi plus de quarante chefs d'état et de gouvernement africains, les stands des entreprises d'armement se taillent la part du lion.

Le conglomérat étatique Rostec, qui comprend l'essentiel du complexe militaro-industriel russe, est représenté notamment par l'entreprise Kalachnikov, le fabricant de système anti-aériens et de blindés Almaz-Antey et le producteur de munitions Pribor.

Des hommes d'affaires russes et africains se pressent pour manipuler les derniers fusils automatiques, se faire prendre en photo l'arme au poing ou feuilleter le "catalogue d'armes d'infanterie et moyens de combat rapproché" traduit en français et portugais pour l'occasion.

"L'Afrique du Sud utilise des modèles plus anciens. Si vous voulez garder les mêmes munitions, elles seront compatibles avec ces nouvelles armes. On les adapte aux besoins de nos clients", vante un représentant du stand en aidant un homme à prendre en main une kalachnikov dernier cri.

"C'est léger!", s'exclame-t-il, avant de glisser: "Je suis médecin en Afrique du Sud mais ça m'intéresse personnellement", puis de s'éloigner pour participer à un panel sur la coopération médicale.

Derrière lui, une représentante de Rosoboronexport chante les louanges du système de reconnaissance faciale "le plus précis du monde" pour garantir "des frontières sûres", "protéger l'infrastructure d'état" et "combattre le trafic illégal".

- 12 milliards de dollars de contrats -

"Nous avons environ 12 milliards de dollars de contrats signés et payés. Vingt pays (africains) travaillent aujourd'hui avec la Russie. Cette année, nous livrons neuf pays africains", dont le Rwanda, le Mozambique, l'Ouganda et l'Angola, reprend le chef de Rosoboronexport.

Selon lui, près de "80% de ce que l'Afrique nous achète est de l'équipement aérien: des hélicoptères de combat, des avions, les systèmes (de défense antiaérienne) Tor, Bouk et S-300", précise-t-il.

"Plus de 900 hélicoptères produits par Russian Helicopters sont enregistrés dans des pays africains. C'est près du quart des hélicoptères du continent", a pour sa part indiqué le PDG de Russian Helicopters dans un communiqué.

Une grande partie de ces contrats concerne également la formation de personnel dans le cadre des accords de coopération militaire signés entre la Russie et des pays africains, ainsi que des programmes de "modernisation et réparation" d'armements anciens.

A l'issue de la première journée, l'Ethiopie a acheté un système de défense antimissile Pantsir-S1, un produit qui intéresse également le Cameroun. Mais aucun contrat d'envergure n'est prévu lors du forum, précise Rosoboronexport.

Ce n'est pas faute de demande: le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a réclamé mercredi à Vladimir Poutine de renforcer l'aide militaire russe à la Centrafrique, avec notamment des livraisons d'"armes plus lourdes".

Depuis 2018, la Centrafrique reçoit des armes russes grâce à assouplissement de l'embargo pesant sur ce pays ravagé par une guerre civile.

Le président namibien Hage Geingob a également dit au président russe que son armée "étaient intéressée par l'aide de conseillers militaires russes".

Mercredi, Vladimir Poutine a indiqué que la Russie continuerait à aider les pays africains en effaçant leurs dettes. Une méthode déjà utilisée par Moscou pour mettre le pied dans la porte en Algérie et en Libye dans les années 2000, effaçant la dette en échange de gigantesques contrats d'armement.

Le patron de Rosoboronexport confirme cette méthode de "soutien étatique" pour les contrats d'armement : "L'effacement des dettes, des prêts octroyés par l'Etat, le versement d'acomptes provisionnels, des prêts de banques russes", énumère-t-il.

"Tout dépend du partenaire, de ses capacités (financières). Nous voyons au cas par cas. Pour nous, même un contrat à 20 ou 30.000 euros est important pour fournir des pièces de rechange ou former des spécialistes".

 

 

Pourquoi Poutine a réuni toute l’Afrique dans la ville russe de Sotchi

 

https://fr.sputniknews.com https://fr.sputniknews.com Par Sofia MelnitchoukGalia Ibraguimova 15:16 23.10.2019(mis à jour 10:43 24.10.2019)

 

Le premier sommet Russie-Afrique est considéré comme un événement de politique internationale grandiose. Il a réuni pratiquement tous les leaders de l’un des plus grands continents du monde. Pourquoi Moscou considère-t-il cette partie du monde comme une terre d’opportunités?

L’Afrique, peuplée par plus d’un milliard d'habitants, est riche en gisements de diamants, d’or et de pétrole. Les États-Unis, la Chine et l’Europe se disputent depuis des années le droit de mettre en valeur ces ressources naturelles.

Quoi qu’il en soit, les actualités mondiales ne mentionnent l’Afrique que s’il s’agit d'épidémies, de guerres ou de crises économiques. Le secteur touristique constitue ces dernières années le seul aspect positif de l’image du continent. Cependant, lui aussi fait face à beaucoup d’idées reçues: maladies terribles, crime débridé, animaux sauvages et mœurs culturelles extravagantes des locaux...

Dans tous les cas, les idées des Africains sur le monde extérieur se forment souvent elles aussi sur la base de stéréotypes. S’ils ont certaines connaissances sur l’Europe et l’Amérique depuis la colonisation, leur idée de la Russie est très vague.

Le sommet Russie-Afrique qui s’est ouvert à Sotchi devrait permettre aux politiciens, aux hommes d’affaires et aux citoyens ordinaires de mieux se connaître. Le forum met l’accent sur la coopération économique, mais son ordre du jour ne se limite pas à cette dernière.

L’énergie, la science, l’éducation, le transport, les investissements et le génie civil: toutes ces questions seront examinées par les participants au sommet du 23 au 24 octobre.

Les liens traditionnels

Le sommet Russie-Afrique a attiré les leaders de plus de 40 États africains. Ces derniers sont accompagnés par les représentants du monde des affaires, des structures étatiques et des organisations intergouvernementales - notamment une délégation de l’Union africaine. Grâce à cette liste très solide de participants, le sommet a été qualifié de «sans précédent» et «marquant» longtemps avant son ouverture.

La première séance plénière du forum se déroule au parc de la science et des arts Sirius à Sotchi. Elle a été ouverte par les Présidents russe et égyptien, suite à leurs négociations bilatérales. Outre la coopération économique et commerciale, les leaders ont examiné le rétablissement des vols charter suspendus à la fin de l’année 2015 après la catastrophe de l’avion russe A-321 au-dessus du Sinaï.

Un autre sujet qui était évoqué par Vladimir Poutine et Abdel Fattah al-Sissi, est lié au Moyen-Orient: les chefs d’État ont débattu des moyens de prévenir la migration des terroristes de Daech* depuis la Syrie vers le continent noir. Il est à noter que, selon le Président russe, se sont habituellement les pays africains qui proposent de coopérer dans le domaine de la sécurité.

«Ils comprennent qu’il faut savoir protéger leur indépendance et leur souveraineté. Cela constitue un encouragement supplémentaire pour la coopération avec la Russie, qui a une expérience riche en matière de lutte contre le terrorisme», a expliqué Vladimir Poutine avant le sommet.

La prévention des menaces extrémistes est une motivation forte - mais pas du tout unique - des contacts entre les structures de force russes et africaines. La migration clandestine, la contrebande et le trafic de stupéfiants constituent des secteurs problématiques en Afrique, où l’expérience de Moscou est toujours en demande.

«Les traditions de notre coopération militaire et technique ont des racines profondes. Elle s’est formée encore dès les premières étapes de l’établissement des États africains et a joué son rôle dans la lutte des peuples du continent pour leur indépendance», estime le Président russe.

Selon lui, plus de 30 pays d’Afrique ont des accords avec la Russie dans ce domaine. Ces ententes prévoient la livraison d’un «large éventail d’armes» vers le continent, la formation des troupes et la maintenance du matériel militaire.

«Une partie des armes est transmise gratuitement. Mais il s’agit d’une pratique ordinaire, adoptée par tous les principaux pays du monde», a souligné Vladimir Poutine.

Au cours du sommet, la Russie devrait signer un accord de coopération militaire avec un autre pays africain: le Nigeria.

Les perspectives russes en Afrique

L’idée d’organiser en Russie un événement majeur réunissant les leaders des pays africains est apparue en Russie encore dans les années 1990. Les problèmes économiques de l’époque avaient cependant forcé Moscou à suspendre la coopération. La Russie avait même fermé ses ambassades et ses consulats dans certains pays. Les liens économiques et culturels sont tombés en désuétude. 

C’est au milieu des années 2000 que le Kremlin s’est de nouveau penché sur un retour éventuel en Afrique. Il a également organisé la première tournée de Vladimir Poutine dans la région. Le Président russe a visité l’Algérie, la Libye, l’Égypte, le Nigeria, la Namibie et l’Angola. La capitale éthiopienne, Addis-Abeba, a accueilli en 2011 le premier forum d’affaires Russie-Afrique.

«A l’époque soviétique, les relations de Moscou avec l’Éthiopie, tout comme avec les autres pays africains, avaient un élément paternaliste. Ce dernier s’expliquait par la guerre froide pendant laquelle une puissance majeure, l’URSS, s’opposait à une autre, les États-Unis. On octroyait donc cette aide à l’Afrique pour des raisons politiques et pas économiques», estime Evgueni Terekhine, ambassadeur russe en Éthiopie et représentant permanent de la Russie à l’Union africaine.

Selon lui, les relations entre la Russie et les pays africains ont atteint un niveau supérieur au début du millénaire. Il considère l’étape actuelle de la coopération comme un «partenariat mutuellement avantageux». Il souligne en même temps que le développement de ces liens pourrait être «plus dynamique».

«Le volume de la coopération économique russo-éthiopienne varie de 100 à 200 millions de dollars. Il pourrait augmenter mais fait souvent face aux stéréotypes. Les hommes d’affaires russes connaissent mal l’Afrique, n’y voient que la guerre, le désordre et la famine. Cela provoque la peur d’investir. Les entrepreneurs chinois et indiens y sont au contraire très actifs», explique Evgueni Terekhine.

L’ambassadeur espère que le sommet Russie-Afrique sera un encouragement puissant pour la coopération économique.

Le pragmatisme au lieu de la pression

En ce qui concerne l’intérêt de la Russie à développer ses liens avec le continent africain, Vladimir Poutine a souligné l’importance des bénéfices et du respect mutuel.

«Nous constatons que certains États occidentaux recourent à la pression, à l’intimidation et au chantage par rapport aux gouvernements des pays africains souverains. Ils utilisent ces méthodes pour rétablir leur influence perdue et leur position dominante dans leurs anciennes colonies. Quant à nous, nous voulons promouvoir des intérêts économiques communs avec nos partenaires africains», a affirmé le leader russe.    

Il a également évoqué les raisons de la restructuration des dettes datant de l’époque soviétique.

«La Russie a annulé 20 milliards de dollars de dettes des pays africains par rapport à l’URSS. C’était non seulement un geste de générosité, mais aussi un acte de pragmatisme. Beaucoup de pays africains étaient tout simplement incapables de payer les intérêts de ces crédits. C’est pourquoi nous avons décidé qu’il serait optimal pour tout le monde de faire repartir notre coopération d’une page blanche», a expliqué le président.

Il a souligné que tous les crédits étaient actuellement octroyés à l’Afrique selon les conditions du marché. Qui plus est, ce partenariat mutuellement avantageux porte déjà ses fruits. 

Ainsi, le rapport «Russie-Afrique: le partenariat commercial et économique à long terme», rédigé spécialement pour le sommet, indique que l’Afrique est le seul marché qui a élargi ses importations russes dans le contexte des sanctions contre Moscou.

«Si cette tendance perdurait, la Russie augmenterait bientôt sa part dans les importations totales de l’Afrique. Les domaines prioritaires sont le matériel agricole, les automobiles et les céréales», affirme le rapport.

La coopération entre l’UEEA et l’Afrique pourrait également s’avérer prometteuse. La plupart des pays du continent noir ont déjà une certaine expérience de participation aux ensembles d’intégration.

«Au final, tous ces programmes ne visent qu’une chose: aider les Africains à résoudre eux-mêmes les problèmes existants, ce qui permettra de renforcer les États africains, leur souveraineté et leur indépendance. Cela signifie que la situation dans le monde devrait être plus stable et plus prévisible», a souligné Vladimir Poutine.

*Organisation terroriste interdite en Russie

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Prudence avec la Russie La volonté de rapprochement avec la Russie annoncée par le président français à l’été doit encore se concrétiser. » ...la suite
La Centrafrique a besoin de 401 millions $ pour répondre à ses besoins humanitaires en 2020. C’est ce qu’a indiqué le Bureau des Nations unies » ...la suite
Le ministre de la défense a décidé de relever de ses fonctions le commandant du Bataillon camerounais de la Minusca. Joseph Beti Assomo explique » ...la suite
Le procès des crimes commis à Bangassou en 2017 s'est ouvert ce 15 janvier à Bangui, en Centrafrique. Kévin Béré Béré, l'un des commandants de » ...la suite
Deux chefs de milice et 29 de leurs hommes sont jugés pour leur responsabilité dans le massacre en 2017 de nombreux civils et le meurtre de 10 casqu » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a vivement condamné ce mardi les récentes violations de l'accord de paix du février 2019 par le groupe armé l'Union » ...la suite
En Centrafrique, l'ancien président Michel Djotodia qui s’est présenté comme « un homme de paix », a quitté Bangui lundi 13 janvier après un » ...la suite
Le comité d'enquête russe le confirme : un vol à main armée est à l'origine de l'assassinat de trois journalistes russes en République centrafri » ...la suite
Conditions posées par l'ex-président François Bozizé pour rencontrer le Président Faustin Archange Touadera (Voir Communiqué de la Présidenc » ...la suite
Trois cent quarante militaires formés par des instructeurs russes sont désormais autorisés à rejoindre les rangs des Forces armées centrafricaine » ...la suite