Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Gemmes, Seigneurs de guerre et Mercenaires: Le livre de jeu de la Russie en République centrafricaine
Gemmes, Seigneurs de guerre et Mercenaires: Le livre de jeu de la Russie en République centrafricaine

Lu pour vous

 

https://www.nytimes.com  Par Dionne Searcey Publié le 30 sept. 2019 Mis à jour le 24 oct. 2019 à 10 h 20

 

Après s'être mêlée aux élections américaines de 2016, la Russie utilise une tactique similaire en République centrafricaine. Mais comme il sème le chaos politique, il cherche aussi cette fois des diamants.

 

BANGUI, République centrafricaine - 30 sept. 2019 Le concessionnaire a tiré un rideau rose brillant et a saupoudré le contenu de deux enveloppes blanches sur son bureau: des diamants étincelants, dont plus de 100.

Certaines pierres précieuses sont vendues légalement, a-t-il expliqué. Mais beaucoup sont victimes de la traite par des rebelles qui se battent pour les mines, ce qui a alimenté un soulèvement qui a duré six ans et qui a tué des milliers de personnes et déplacé plus d'un million de personnes ici en République centrafricaine.

Maintenant, dans l’espoir de contrôler le commerce des diamants et de reconstituer le pays, le gouvernement s’est tourné vers un nouveau partenaire - la Russie -, ce que craignent certains législateurs comme un marché dangereux qui échange une menace contre une autre.

Des mercenaires russes se sont dispersés à travers le pays pour entraîner les soldats locaux. Le président de la République centrafricaine a installé un ancien espion russe comme principal conseiller à la sécurité. Les Russes ont invité les chefs de guerre à participer à des pourparlers de paix avec le gouvernement, contribuant ainsi à la conclusion d'un accord avec plus d'une douzaine de groupes armés pour mettre fin aux combats.

Et selon les responsables locaux et occidentaux, le principal responsable de l'implication de la Russie est Evgueni V. Prigozhin, un confident du président Vladimir V. Poutine, inculpé aux États-Unis l'année dernière, accusé d'avoir contribué au financement de la "guerre de l'information" perturber l'élection américaine de 2016.

Le gouvernement centrafricain a accueilli les Russes, estimant que la stabilité lui permettrait de vendre plus de diamants légalement et d'utiliser cet argent pour reconstruire le pays.

"La rébellion dans notre pays nous a coûté cher", a déclaré Albert Yaloke Mokpeme, porte-parole du président centrafricain. "Personne n'est venu à notre aide à l'exception de la Fédération de Russie."

"Avec l'aide de la Russie", a-t-il ajouté, "nous serons en mesure de sécuriser nos mines de diamants".

Le marchand de diamants, Arab Arab Koussay, qui dirige l’un des plus importants concessionnaires du pays, a placé les pierres précieuses sur son bureau et exprimé un point de vue similaire. "Nous ne pouvons pas tout contrôler dans ce pays", a-t-il déclaré.


Mais l’aide de la Russie a un coût. Ses représentants ont passé des accords avec le gouvernement pour extraire des diamants dans des conditions de commerce licite - un des nombreux signes montrant que l’influence russe dans le pays est étroitement liée aux profits qu’elle peut réaliser. Des membres du gouvernement centrafricain, des responsables occidentaux et certains chefs de guerre eux-mêmes se sont associés à des rebelles meurtriers pour obtenir des diamants dans des zones où le commerce est interdit, profitant ainsi de l'anarchie à laquelle ils ont été condamnés. . Image Plus généralement, le fait que des mercenaires russes entraînent les troupes de la nation a déconcerté certains législateurs. Les violations des droits de l'homme dans le pays sont si courantes que les Nations Unies ont imposé un embargo sur les armes à l'encontre des soldats centrafricains. Mais les entraîneurs russes ont également été accusés d'avoir commis des abus, notamment d'avoir rassemblé des passants innocents lors de balayages en masse. "Je continue de penser au type d'armée que nous aurons si elles sont entraînées par des Russes", a déclaré Hamadou Aboubakar Kabirou, membre du Parlement. M. Prigozhin a des liens avec des sociétés minières, de sécurité et de logistique installées dans le pays depuis 2017, selon des responsables des services de renseignement américains, des diplomates occidentaux et un analyste de la sécurité qui lui ont fourni des documents d'enregistrement le reliant à certaines entreprises. M. Prigozhin s'est également personnellement présenté à des pourparlers de paix avec des groupes rebelles il y a plusieurs mois, selon un chef de guerre présent.

Le rôle de M. Prigozhin dans le pays a déclenché des alarmes internationales. Trois journalistes russes ont été assassinés l'année dernière dans des circonstances suspectes alors qu'il enquêtait sur ses liens avec les mines de diamants et d'or. Le gouvernement centrafricain a déclaré qu’il enquêtait sur les décès, que des responsables russes avaient nié toute implication et que le porte-parole de M. Prigozhin avait refusé de répondre aux questions concernant les activités minières ou les opérations de sécurité des sociétés dans le pays.

Comme aux élections américaines, la bataille pour le contrôle du pays se poursuit également dans les médias et les médias sociaux. Alors que les mercenaires russes liés à M. Prigozhin affluaient dans le pays, des sites Facebook apparaissaient avec des thèmes pro-russes, montrant des photographies de résidents locaux vêtus de t-shirts portant un cœur rouge géant et le slogan «Russie 2018».

D'autres tactiques de puissance douce ont aidé les Russes à nouer des liens plus étroits, voire à en tirer profit. Des panneaux d'affichage ont poussé autour de la capitale, Bangui, avec des photos de soldats locaux sous un drapeau russe.

Une société minière liée à M. Prigozhin a construit des hôpitaux et des abattoirs, parrainé un tournoi de football et organisé un concours de beauté «Miss Centrafrique». Il a créé une station de radio axée sur le russe, avec une portée de diffusion plus étendue que la radio publique.


Et même fait un dessin animé de style propagande pour les enfants, avec un puissant ours russe fonçant dans une forêt hivernale, parcourant le monde et venant à la rescousse de ses amis en guerre dans la nation africaine. Selon des analystes et certains diplomates, la République centrafricaine a proposé à la Russie un projet qu’elle pourrait exporter dans d’autres pays riches en pétrole et en minéraux en échange de droits d’extraction. En Europe et aux États-Unis, la Russie a eu recours au piratage informatique, à la désinformation et à d'autres stratégies pour tenter de pénétrer et de déstabiliser les démocraties occidentales. Mais ici en République centrafricaine, les analystes disent que l'objectif semble différent: affirmer son importance mondiale et en tirer les bénéfices financiers. Alors que les États-Unis cessaient de s’engager avec l’Afrique, de retirer leurs troupes et de ne pas proposer d’agenda politique général, la Russie s’est fortement investie dans le continent, élargissant sa présence dans des pays instables dotés de ressources naturelles abondantes. Plusieurs pays du sud du Sahara ont demandé à la Russie de l’aider dans ses activités de sécurité. En mai, la Russie a annoncé son intention d'envoyer des spécialistes militaires en République démocratique du Congo. En Guinée, un ancien ambassadeur de Russie qui a félicité le président du pays - soutenant un changement constitutionnel lui permettant de briguer un troisième mandat - a récemment été nommé à la tête d’une grande société russe de l’aluminium opérant dans ce pays. M. Poutine a annoncé le premier sommet Russie-Afrique en octobre à Sochi.


"Ils rassemblent des amis et des alliés, et ils trouvent des environnements favorables pour vendre leurs marchandises et gagner des opportunités commerciales", a déclaré Judd Devermont, directeur du programme Afrique au Centre d'études stratégiques et internationales. "Ils utilisent la retraite américaine pour se présenter comme une puissance mondiale." En République centrafricaine, le tumulte a régné depuis 2012, lorsque les rebelles musulmans, fatigués d'être négligés par le gouvernement, ont envahi la capitale et procédé à un coup d'État. Des groupes chrétiens formés pour repousser les rebelles et la nation virée au génocide. Des élections ont eu lieu en 2016, mais des groupes armés violents continuent de se déchaîner contre quiconque se met en travers de leur chemin. Plus du quart de la population a fui son domicile. L’économie est paralysée et la majorité de la population vit dans la pauvreté. Malgré la richesse des diamants ici, la privation est souvent extrême. Sur un marché près des mines, certaines femmes vendaient chacune un seul oignon - coupé en quartiers, car elles n’avaient rien à offrir et les clients n’avaient de toute façon pas les moyens d’en acheter un entier. La République centrafricaine a connu quelques années de stabilité depuis sa libération du régime colonial français dans les années 1960. Beaucoup des vieux bouleversements ont également porté sur le contrôle des diamants. La nation en fourmille. On les trouve au fond de trous creusés par des hommes payés 3 dollars par jour. Ils sont assis dans le sol, à l'extérieur d'un campement délabré, où une fillette de 14 ans a été touchée au visage par des jets de balles tirés par les rebelles. En 2013, le Processus de Kimberley, l’effort international visant à empêcher les groupes armés de tirer profit du commerce du diamant, a qualifié les pierres du pays de «diamants de la guerre» et a interdit toutes les ventes du pays.

« C’est pour l’Etat», dit-il en le remettant dans sa poche, «pas pour moi».

L'année dernière, le président Faustin-Archange Touadéra a limogé son propre conseiller après la fuite d'une vidéo montrant ce dernier affichant des piles de centaines de diamants, d'une valeur de plusieurs livres, menant à son arrestation, ont annoncé des responsables gouvernementaux.

"Il ya toujours des fraudes: des collecteurs, des mines, du gouvernement", a déclaré Sylvain Marius N’Gbatouka, directeur de cabinet du ministère des Mines.

Les Russes sont entrés dans ce scénario difficile.

En octobre 2017, un an après que la France eut déclaré sa propre mission de maintien de la paix complète et généralement désengagée du pays, le président centrafricain s'était rendu à Sochi pour demander de l'aide à la Russie. Alors que les soldats de la paix des Nations Unies sont restés dans le pays, les soldats de son pays ne sont toujours pas autorisés à recevoir des armes et il s’est plaint publiquement du vide laissé par la France.

Plus tard ce mois-ci, Lobaye Invest, une société minière, était enregistrée à Bangui, suivie par une société de sécurité appelée Sewa Security Services 12 jours plus tard, selon les informations d'enregistrement de ces sociétés. Les deux sont affiliés à M. Prigozhin, selon des responsables américains du renseignement, des diplomates occidentaux et un ancien responsable du gouvernement centrafricain.

En décembre 2017, la Russie a alors fait pression pour obtenir une exemption à l'embargo sur les armes, imposé par les Nations Unies. Le mois suivant, le gouvernement russe a envoyé cinq entraîneurs militaires et 170 entraîneurs civils à Bangui.

Les employés de Sewa ont rejoint la garde présidentielle et, après une série de violences perpétrées par des groupes rebelles en 2018, Valeriy Zakharov, un ancien responsable des services de renseignement russes, a été installé en tant que principal conseiller à la sécurité du président du pays, M. Touadéra.

Le président a rapidement demandé des dizaines de mercenaires russes, qui se sont ensuite répandus dans des centres de formation à travers le pays.

Les responsables centrafricains ont commencé à distribuer un journal gratuit contenant des articles faisant valoir les intérêts de la Russie. Les responsables russes ont également visité les médias locaux, offrant formation, argent et équipement, ce que font également les responsables français et américains. Mais certains journalistes qui ont refusé l'aide de la Russie ont été menacés, selon Saber Jendoubi, un ancien journaliste de radio à Bangui qui vit maintenant en France. M. Jendoubi a déclaré avoir été pris au dépourvu et photographié par des agents russes lorsqu'il a commencé à poser des questions sur l'implication de la Russie dans les médias.

Le soutien russe parmi les législateurs a également augmenté. Les membres du Parlement réunis à l'extérieur de la capitale ont été soudoyés pour élire le président du Parlement, considéré comme hostile aux intérêts russes, selon un membre du Parlement et faisant état des paiements effectués par les législateurs.

Lobaye, la société minière liée à M. Prigozhin, a commencé à travailler dans des mines de diamants dans la petite bande du pays à partir de laquelle les gemmes peuvent être exportées légalement, ont déclaré des responsables gouvernementaux. Selon des diplomates, l'ambassadeur de Russie s'est plaint de ce que les activités là-bas produisaient peu.

À peu près au même moment, la société a payé une navette aux chefs de guerre pour les pourparlers de paix au Soudan entre groupes armés centrafricains. M. Prigozhin s'est également présenté aux réunions, selon le chef de guerre présent. Par la suite, le président de la nation a adressé une lettre de remerciement à M. Poutine, adressée à «M. Président et cher ami, ”pour avoir aidé à organiser les discussions, selon un exemplaire publié par les Nations Unies.

En février 2019, sous les yeux des responsables russes, plus d'une douzaine de groupes armés ont signé un accord de paix avec le gouvernement centrafricain. L'accord, que les Nations Unies soutiennent, met en place des chefs de guerre accusés de crimes de grande ampleur à des postes au sein du cabinet.

Lors du défilé du 1er mai, les chefs de guerre se sont assis aux côtés du président de la nation sous un mandat de V.I.P. tente, alors que les majorettes aux gants blancs et les membres du groupe passaient devant des tubas à gaine isolante. Des soldats nationaux masqués patrouillaient dans la rue et des mercenaires russes montaient la garde.

Les autorités américaines estiment maintenant à plus de 400 le nombre de mercenaires russes, dont certains se trouvent dans des zones contrôlées par les rebelles, où ils peuvent être vus en train de conduire dans des camionnettes blanches et de boire dans des bars locaux la nuit. Le ministère russe des Affaires étrangères n'a pas précisé le nombre de ses sous-traitants déployés en République centrafricaine, mais a souligné qu'ils avaient été envoyés en tant qu'instructeurs avec le consentement de l'ONU.

"Beaucoup d'entre eux ont déjà commencé à exécuter des tâches liées à la lutte contre les insurgés et à la surveillance des civils", a déclaré le ministère dans un communiqué.

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies en juin, Alexander Repkin, le représentant de la Russie, a insisté sur le fait que son pays espérait simplement « normaliser la situation sans agenda caché».

Selon des diplomates, des responsables locaux et deux chefs de guerre dont les groupes opèrent, les opérations minières russes ont été repérées dans des zones où les pierres précieuses sont considérées comme des diamants du sang. Les régions offrent les joyaux les plus abondants et les plus qualitatifs, régulièrement passés en contrebande par le Cameroun, le Tchad et le Soudan, ont déclaré des responsables gouvernementaux.

Un ancien responsable du gouvernement a déclaré que des mercenaires russes avaient piloté des avions privés - près d'un site où ils entraînaient des soldats locaux - et les avaient chargés de diamants. Les entrepreneurs russes creusent également des diamants près de la frontière soudanaise, selon des responsables locaux et des chefs de guerre.

"Ils concluent ces accords dans l'obscurité", a déclaré Hassan Bouba, un chef rebelle récemment nommé ministre dans le cadre de l'accord de paix et lié au commerce illégal des diamants.

Les trois journalistes russes enquêtant sur les liens de M. Prigozhin avec les mines de diamants et d’or ont été tués l’année dernière dans une mine où sont extraits ces diamants du sang, près de la ville de Bambari, un carrefour de la violence.

Les combats entre groupes rebelles près de là ont forcé les agriculteurs à se réfugier dans des camps délabrés où les gens n’ont que des chemises râpées, des robes déchirées et des pantalons déchirés. Dans une école pour orphelins, où la classe comptait en moyenne plus de 200 personnes, les enfants apprenaient des phrases en français: «J'ai faim» et «J'ai soif» étaient écrits sur un tableau noir.

Le président, M. Touadéra, a tenté de se rendre à Bambari pour une cérémonie cette année, malgré les avertissements des rebelles. Des coups de feu ont chassé les membres du cabinet et leurs contingents de sécurité, annulant le voyage.

Le lendemain, l'armée centrafricaine et ses entraîneurs de mercenaires russes ont procédé à des arrestations massives, balayant ainsi des dizaines de musulmans présumés faisant partie des combats, selon des habitants et un responsable de l'ONU.

Un propriétaire de magasin âgé de 38 ans a déclaré qu'il avait été arrêté par des soldats locaux qui l'avaient déposé au centre de formation russe à proximité. Au cours de quatre jours, il a déclaré avoir été ligoté, battu et coupé à plusieurs reprises par plus d'une douzaine de Russes en civil.

Quand il n’avouerait pas qu’il était un rebelle, l’un des Russes s’est blessé au doigt, a-t-il déclaré. A proximité, il a vu un autre homme, allongé dans une flaque de sang, avec deux doigts manquants. Les Nations Unies ont alerté le gouvernement centrafricain sur les allégations de « détention et de torture » perpétrées par des «individus de nationalité russe» et ont communiqué des documents à l'appui de leurs demandes à des responsables gouvernementaux.

Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié ces affirmations de "fictives".

"La Russie fournit son assistance dans le strict respect" du droit international afin de "parvenir à un règlement durable du conflit violent prolongé", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le porte-parole de M. Prigozhin a également rejeté les accusations. Dans une déclaration, il a déclaré que les forces françaises, qui ont également été accusées de violations des droits de l'homme dans le pays, ont payé un militant pour qu'il mentent au sujet de la torture, qualifiant cet incident "d'incident fictif discréditant les citoyens russes".

Pour l’instant, l’accord de paix que les Russes ont aidé à négocier semble s’être maintenu. Mais de nombreuses victimes d'atrocités se demandent si elles obtiendront justice, en particulier maintenant que les chefs de guerre sont au pouvoir et que des combattants rebelles sont intégrés à l'armée.

«C’est comme si la mort était devenue banale ici», a déclaré Pasquale Serra, une artiste de Bangui qui a participé à une cérémonie au cours de laquelle les familles placent des briques en cercle représentant leurs proches disparus.

Après que ce soit fini, les fonctionnaires ont pris les briques.

 

Eric Schmitt a contribué aux reportages de Washington; Jaime Yaya Barry de Dakar, Sénégal; et Oleg Matsnev de Moscou.

Correction: le 2 octobre 2019

Une image avec une version antérieure de cet article a été publiée par erreur. Il ne s'agissait pas d'une photo de Valeriy Zakharov, un ancien responsable des services de renseignement russes, qui a été supprimée.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Prudence avec la Russie La volonté de rapprochement avec la Russie annoncée par le président français à l’été doit encore se concrétiser. » ...la suite
La Centrafrique a besoin de 401 millions $ pour répondre à ses besoins humanitaires en 2020. C’est ce qu’a indiqué le Bureau des Nations unies » ...la suite
Le ministre de la défense a décidé de relever de ses fonctions le commandant du Bataillon camerounais de la Minusca. Joseph Beti Assomo explique » ...la suite
Le procès des crimes commis à Bangassou en 2017 s'est ouvert ce 15 janvier à Bangui, en Centrafrique. Kévin Béré Béré, l'un des commandants de » ...la suite
Deux chefs de milice et 29 de leurs hommes sont jugés pour leur responsabilité dans le massacre en 2017 de nombreux civils et le meurtre de 10 casqu » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a vivement condamné ce mardi les récentes violations de l'accord de paix du février 2019 par le groupe armé l'Union » ...la suite
En Centrafrique, l'ancien président Michel Djotodia qui s’est présenté comme « un homme de paix », a quitté Bangui lundi 13 janvier après un » ...la suite
Le comité d'enquête russe le confirme : un vol à main armée est à l'origine de l'assassinat de trois journalistes russes en République centrafri » ...la suite
Conditions posées par l'ex-président François Bozizé pour rencontrer le Président Faustin Archange Touadera (Voir Communiqué de la Présidenc » ...la suite
Trois cent quarante militaires formés par des instructeurs russes sont désormais autorisés à rejoindre les rangs des Forces armées centrafricaine » ...la suite