Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » En RCA, la demande d'armes de Touadera à Poutine fait jaser
En RCA, la demande d'armes de Touadera à Poutine fait jaser

Lu pour vous

 

https://www.dw.com 25.10.2019

 

Le président Faustin-Archange Touadera a demandé à son homologue Vladimir Poutine lors du sommet Russie-Afrique à Sotchi, de lui fournir davantage d'armes. En Centrafrique, la pertinence de cette demande fait débat.

 

Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU a eu lieu ce vendredi (25 octobre) à New York sur la situation en République centrafricaine. Pas de déclarations à la fin, nous indique notre correspondante sur place. Mais il s'agissait de faire un point de la situation.

L'Onu a récemment décidé d'alléger l'embargo sur les armes, imposé à ce pays. Un geste salué par les autorités qui se montrent préoccupées par la reconstruction de l'armée centrafricaine. C'est aussi dans cette logique que le président Faustin-Archange Touadera, présent au sommet Russie-Afrique à Sotchi (23 au 24 octobre) a demandé à son homologue Vladimir Poutine de lui fournir davantage d'armes. Une demande qui suscite diverses réactions en Centrafrique où la coopération militaire avec la Russie est suivie de très près.

Engagement militaire

La Russie s'engage militairement depuis quelques années dans ce pays en crise. Un engagement bien apprécié par la ministre centrafricaine de la Défense Marie-Noelle Koyara"Les Russes nous appuient en matière de formation au combat. C'est bien pour notre armée. Mais pour déployer cette armée sur le terrain, les soldats ont aussi besoin d'armes", explique la ministre.

A Sotchi, le président centrafricain a donc demandé que la Russie livre encore plus d'armes à son pays.

Mais en Centrafrique, certains s'interrogent. Le pays est en plein processus de paix avec les groupes armés qui écument le territoire national. Un accord de paix a été signé en février et des chefs de guerre ont obtenu des postes. Pourquoi donc demander encore plus d'armes ?

Réactions méfiantes

Djouma Narkoyo, ex-officier de l'armée centrafricaine qui a rejoint un groupe armé espère que ces armes demandées ne vont pas être retournées contre son groupe et contre les autres. "Nous, ça fait longtemps qu'on a tendu la main au gouvernement",assure-t-il.

"Si le gouvernement a vraiment envie de faire la paix, il n'a qu'à changer sa politique ! Toutes ces armes là c'est pour nous protéger, et non contre nous. Et s'il préfère amener ces armes contre nous, l'avenir aussi nous le dira !", affirme Djouma Narkoyo.

Méfiant lui aussi, Gervais Lakosso, acteur de la société civile centrafricaine pense que "la demande en elle-même ne pose pas un problème. Il faudrait bien que notre armée soit équipée. Et il y a des armes ! La Russie avait déjà fait deux dotations par le passé. Alors s'il (le président Touadera) demande des armes maintenant, on ne sait pas pourquoi faire. Il lui faudrait d'abord réviser sa politique !"

La Centrafrique devrait organiser des élections législatives et présidentielle entre 2020 et 2021. Mais le fait qu'environ 70% du territoire soit sous le contrôle des groupes armés fait douter de la tenue de ces scrutins à bonne date.

 

1 commentaire

S
Apparemment et visiblement certains centrafricains préfèrent le désordre et le chaos.

Vous ne pouvez pas à la fois avoir le beurre et l'argent du beurre pour entretenir cet état de chaos avec des groupes armés ayant des armes sophistiquées, par rapport aux FACA qui ont des armes légères.
pes armés ayant des armes sophistiquées, par rapport aux FACA qui ont des armes légères.

Armes lourdes pour une certaine légitimité qui est de l'ordre, qui revient à l'Etat centrafricain et non l'inverse.

Mais essayez de vous regardez et de regardez la situation en face de cette boue et du non-vouloir des groupes armés rebelles qui ne veulent pas déposer les armes. Ces groupes armés ne sont pas des enfants de chœurs.

Donc réarmer les FACA qui ont été désarmées à cause d'une hypothétique coup d'Etat, est tout à fait logique et normale.

Attention le fait d'être armé en tant que groupe armé ne fait pas d'1 groupe armé une situation légale, car ce désordre est issu de la Lune et du Soleil que les sponsors tordus ont proposé aux pions, qui pensaient gouverner, mais ont mis seulement 10 mois pour mettre la sécurité, l'économie déjà fragile de la R.C.A à genoux et même le risque de basculer la sous-région dans un effet domino de déstabilisation généralisée. D'où la convocation rapide de la CEMAC pour mettre 1 gouvernement de transition avec Catherine SAMBA-PANZA en R.C.A.

Qui sont les centrafricains qui ont peur de voir la PAIX revenir en R.C.A et de pouvoir travailler avec la sueur du front, à moins qu'ils veuillent toujours la situation de la mangeoire autour de la gamelle ?

Il faut savoir si vous voulez vraiment la PAIX, dans ce cas les groupes armés doivent dans l'absolu déposer les armes, réintégrer le processus de désarmement, de renvoyer les mercenaires dans leurs pays respectifs. Car les centrafricains Bantu Ubuntu n'ont pas proposé la Lune et le Soleil aux pions, loin de là. Ils n'ont qu'à se tourner vers leurs chefs de guerre et leurs sponsors qui leur ont proposé la Lune et le Soleil, que d'aller tuer, violer, voler les civils centrafricains. Prenez-vous en à vos mentors de groupes armés rebelles, c'est à eux qu'il faut demander des comptes pour des promesses qu'ils n'ont pas tenu.

Une arme lourde est tout à fait correcte et légitime pour 1 Etat qui se respecte dans 1 état de droit. La demande des armes lourdes à la fédération de Russie n'est pas négative pour la défense des biens et matériels et les personnes vivant sur le sol centrafricain.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L'ex-ministre des Finances et du Budget, Henri-Marie Dondra vient d'être nommé premier ministre après la démission de Firmin Ngrebada. Mais qui es » ...la suite
24 heures après la démission du premier ministre sortant Firmin Ngrebada, le président Faustin-Archange Touadéra a nommé ce 11 juin, Henri-Mari » ...la suite
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance de » ...la suite
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique i » ...la suite