Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : François Bozizé veut rentrer au bercail
Centrafrique : François Bozizé veut rentrer au bercail

Lu pour vous 

 

https://lanouvelletribune.info Par Rodrigue Gozoa - 26 octobre 2019

 

L’ex-président centrafricain François Bozizé, évincé du pouvoir en 2013, par les rebelles de la Séléka, une coalition ethnique et religieuse armée, s’était exilé en Ouganda. L’homme d’Etat, qui serait candidat aux prochaines élections présidentielles, serait empêché de revenir au pays par une circulaire du ministère des transports datant de 2016 et interdisant à toutes compagnies aériennes faisant trafic vers la Centrafrique, de le prendre à bord. Ce vendredi, les avocats de l’ancien président ont déposé à cet effet une requête auprès de la justice centrafricaine.

« Pour que le président Bozizé revienne dans son pays… »

Pour les avocats de François Bozizé, la requête déposée ce vendredi, était une occasion pour la Justice centrafricaine de statuer sur cette violation des « engagements internationaux des droits de l’homme, particulièrement les conventions internationales des droits de l’homme », que représentait la circulaire du ministère des transports en date de Novembre 2016.

La note circulaire du ministre des Transports et de l’Aviation civile, M. Théodore Jousso, interdisait formellement aux entreprises desservant la RCA de transporter M. Bozizé, parce que ce dernier ferait l’objet d’une sanction du Conseil de sécurité des Nations unies et serait considéré comme une source de troubles et d’insécurité sur le sol centrafricain.

Mais pour le collectif des avocats qui ce même vendredi, aurait tenu un point de presse dans la capitale du pays, Bangui, la circulaire du ministère des transports, pour justifier son édiction, aurait à tort fait recours aux conventions de Varsovie et de Chicago, « Car ces conventions édictent des règles en matière de transport des marchandises et autres, qui ne peuvent pas servir de base juridique pour interdire le retour du Président François Bozizé ».

Aussi selon Me Nicolas Tiangaye, Doyen des avocats de la défense de François Bozizé, le collectif aurait-il entamé une procédure en annulation de cette circulaire devant le tribunal administratif de Bangui. Avec la précision que si la requête ne passait pas, le collectif se verrait dans l’obligation d’envisager « d’autres procédures devant les juridictions internationales (…) Pour que le président Bozizé revienne dans son pays ».

 

 

Centrafrique: François Bozizé, l’ex-président prépare son retour pour la présidentielle

 

https://lemagafrik.com Par Marturin ATCHA 26 octobre 2019

 

L’ancien président centrafricain François Bozizé veut s’impliquer dans le processus de paix lancé dans son pays après l’accord de paix de février 2019. Mais avant son retour à Bangui, la circulaire interdisant les compagnies aériennes de l’embarquer doit être annulée. Vendredi dernier, ses avocats se sont lancés dans cette bataille juridique, saisissant le tribunal administratif pour obtenir justice.

Candidat déclaré à la présidentielle de 2020, l’ancien chef d’Etat François Bozizé doit pouvoir rentrer au pays avant fin décembre. C’est dans cette optique que ses avocats ont déposés deux recours devant le tribunal administratif de Bangui pour exiger l’annulation de la circulaire du ministère des transports à son encontre. Celle-ci intimait l’ordre aux compagnies aériennes de ne pas embarquer l’ex-président sous peine d’être sanctionnées.

Qualifiée de mesure est arbitraire et illégale par son entourage, cette disposition serait aussi un blocus pour l’application de l’accord de paix de Khartoum conclu en février 2019 et qui prévoit un statut particulier aux anciens présidents. A 73 ans, l’ancien putschiste rêve encore diriger ce pays miné par la guerre civile depuis sa chute. Récemment, il a été désigné candidat de son parti, la convergence nationale (Kwa Na Kwa) pour le scrutin présidentiel de l’année prochaine. Depuis son exile en Ouganda, Bozizé a désormais les yeux rivés sur le tribunal de Bangui qui décidera de son sort dans les prochaines semaines.

 

 

Centrafrique : François Bozizé veut rentrer au bercail

 

https://lanouvelletribune.info Par Rodrigue Gozoa - 26 octobre 2019

 

L’ex-président centrafricain François Bozizé, évincé du pouvoir en 2013, par les rebelles de la Séléka, une coalition ethnique et religieuse armée, s’était exilé en Ouganda. L’homme d’Etat, qui serait candidat aux prochaines élections présidentielles, serait empêché de revenir au pays par une circulaire du ministère des transports datant de 2016 et interdisant à toutes compagnies aériennes faisant trafic vers la Centrafrique, de le prendre à bord. Ce vendredi, les avocats de l’ancien président ont déposé à cet effet une requête auprès de la justice centrafricaine.

« Pour que le président Bozizé revienne dans son pays… »

Pour les avocats de François Bozizé, la requête déposée ce vendredi, était une occasion pour la Justice centrafricaine de statuer sur cette violation des « engagements internationaux des droits de l’homme, particulièrement les conventions internationales des droits de l’homme », que représentait la circulaire du ministère des transports en date de Novembre 2016.

La note circulaire du ministre des Transports et de l’Aviation civile, M. Théodore Jousso, interdisait formellement aux entreprises desservant la RCA de transporter M. Bozizé, parce que ce dernier ferait l’objet d’une sanction du Conseil de sécurité des Nations unies et serait considéré comme une source de troubles et d’insécurité sur le sol centrafricain.

Mais pour le collectif des avocats qui ce même vendredi, aurait tenu un point de presse dans la capitale du pays, Bangui, la circulaire du ministère des transports, pour justifier son édiction, aurait à tort fait recours aux conventions de Varsovie et de Chicago, « Car ces conventions édictent des règles en matière de transport des marchandises et autres, qui ne peuvent pas servir de base juridique pour interdire le retour du Président François Bozizé ».

Aussi selon Me Nicolas Tiangaye, Doyen des avocats de la défense de François Bozizé, le collectif aurait-il entamé une procédure en annulation de cette circulaire devant le tribunal administratif de Bangui. Avec la précision que si la requête ne passait pas, le collectif se verrait dans l’obligation d’envisager « d’autres procédures devant les juridictions internationales (…) Pour que le président Bozizé revienne dans son pays ».

1 commentaire

N
LE GENERAL BOZIZE YANGOUVONDA A LE DROIT DE RENTRER DANS SON PAYS. POURQUOI DOIT-ON L'EN EMPÊCHER ALORS QUE CEUX QUI REELLEMENT ONT COMMIS LES CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONTRE L'HUMANITE QUE SONT LES SELEKA ET LEURS CHEFS RESPECTIFS SONT LIBRES PUIS NOMMES CHEFS MILITAIRES A LA TÊTE DES DIFFERENTES REGIONS DU PAYS ? S RESPECTIFS SONT LIBRES PUIS NOMMES CHEFS MILITAIRES A LA TÊTE DES DIFFERENTES REGIONS DU PAYS ? ILS ONT REDUIT L'AUTORITE DE L'ETAT A NEANT. VOILA QUE CES GROUPES ARMES DEPUIS 2013 APRES BOZIZE SE LIVRENT AU PILLAGE DES MATIERES PREMIERES ET COMMETTENT SANS ARRÊT DES CRIMES DE GUERRE ET EXACTIONS DE TOUTES SORTES ETC. ILS ONT REDUIT L'AUTORITE DE L'ETAT A NEANT. JE NE COMPRENDS PAS POURQUOI LES CHEFS DE LA SELEKA ET LEURS GROUPES ARMES QUI ONT COMMIS TANT DE CRIMES ET CHAOS NE SOIENT PAS ARRÊTES ET REMIS A LA CPI ET PARADOXALEMENT, C'EST CE GRAND FILS DU PAYS, LE GENERAL BOZIZE CHASSE DU POUVOIR PAR CES BANDITS DE LA SELEKA QUI CURIEUSEMENT N' A PLUS AUJOURD'HUI LE DROIT DE RENTRER CHEZ LUI POUR SE PRESENTER COMME CANDIDAT AUX PROCHAINES ELECTIONS PRESIDENTIELLES. QUOI QU'IL EN SOIT, BOZIZE SERA CANDIDAT ET AUCUN CHEF DE GROUPE ARME MÊME NON ENCORE POURSUIVI PAR LA CPI, NE POURRA PRETENDRE DE RENTRER DANS LA COURSE AU POUVOIR POUR CE PAYS QU'ILS ONT COMPLETEMENT DETRUIT. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Bangui, République centrafricaine, 03 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). A peine sa candidature à la présidentielle annoncée, Catherine » ...la suite
La chute d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) déposé le 18 août par un coup d’État militaire parachève l’échec de la communauté internationale » ...la suite
Tribune. En suivant en direct la mutinerie au Mali qui a conduit à la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », je me souvenai » ...la suite
Selon le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, ce qu’il faut aujourd’hui pour lutter » ...la suite
La connexion avec des groupes armés peuls du Sahel se rapproche dangereusement de Bangui. Il n’ y a guère que les protagonistes de l’Accord » ...la suite
Lu pour vous MANKEUR NDIAYE, un ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal qui dirige la mission de maintien de la paix de l'ONU en R » ...la suite
En cinq ans, d'exaction en exaction, la milice d'auto défense peule a étendu son emprise sur le nord-ouest du pays. Deux militaires de l'armée c » ...la suite
La France célèbre les 80 ans de l'appel du 18 juin 1940. Pour beaucoup de Français, les premiers mois de la France libre sont associés à l'exil » ...la suite
La République de Centrafrique a réalisé « des progrès importants pour faire avancer les réformes politiques», a assuré le secrétaire généra » ...la suite
A la suite de la décision du Conseil d'Etat vendredi, le chercheur François Graner revient sur sa victoire pour obtenir l'accès aux archives sur le » ...la suite