Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » En RCA, la demande d'armes de Touadera à Poutine fait jaser
En RCA, la demande d'armes de Touadera à Poutine fait jaser

Lu pour vous

 

https://www.dw.com 25.10.2019

 

Le président Faustin-Archange Touadera a demandé à son homologue Vladimir Poutine lors du sommet Russie-Afrique à Sotchi, de lui fournir davantage d'armes. En Centrafrique, la pertinence de cette demande fait débat.

 

Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU a eu lieu ce vendredi (25 octobre) à New York sur la situation en République centrafricaine. Pas de déclarations à la fin, nous indique notre correspondante sur place. Mais il s'agissait de faire un point de la situation.

L'Onu a récemment décidé d'alléger l'embargo sur les armes, imposé à ce pays. Un geste salué par les autorités qui se montrent préoccupées par la reconstruction de l'armée centrafricaine. C'est aussi dans cette logique que le président Faustin-Archange Touadera, présent au sommet Russie-Afrique à Sotchi (23 au 24 octobre) a demandé à son homologue Vladimir Poutine de lui fournir davantage d'armes. Une demande qui suscite diverses réactions en Centrafrique où la coopération militaire avec la Russie est suivie de très près.

Engagement militaire

La Russie s'engage militairement depuis quelques années dans ce pays en crise. Un engagement bien apprécié par la ministre centrafricaine de la Défense Marie-Noelle Koyara"Les Russes nous appuient en matière de formation au combat. C'est bien pour notre armée. Mais pour déployer cette armée sur le terrain, les soldats ont aussi besoin d'armes", explique la ministre.

A Sotchi, le président centrafricain a donc demandé que la Russie livre encore plus d'armes à son pays.

Mais en Centrafrique, certains s'interrogent. Le pays est en plein processus de paix avec les groupes armés qui écument le territoire national. Un accord de paix a été signé en février et des chefs de guerre ont obtenu des postes. Pourquoi donc demander encore plus d'armes ?

Réactions méfiantes

Djouma Narkoyo, ex-officier de l'armée centrafricaine qui a rejoint un groupe armé espère que ces armes demandées ne vont pas être retournées contre son groupe et contre les autres. "Nous, ça fait longtemps qu'on a tendu la main au gouvernement",assure-t-il.

"Si le gouvernement a vraiment envie de faire la paix, il n'a qu'à changer sa politique ! Toutes ces armes là c'est pour nous protéger, et non contre nous. Et s'il préfère amener ces armes contre nous, l'avenir aussi nous le dira !", affirme Djouma Narkoyo.

Méfiant lui aussi, Gervais Lakosso, acteur de la société civile centrafricaine pense que "la demande en elle-même ne pose pas un problème. Il faudrait bien que notre armée soit équipée. Et il y a des armes ! La Russie avait déjà fait deux dotations par le passé. Alors s'il (le président Touadera) demande des armes maintenant, on ne sait pas pourquoi faire. Il lui faudrait d'abord réviser sa politique !"

La Centrafrique devrait organiser des élections législatives et présidentielle entre 2020 et 2021. Mais le fait qu'environ 70% du territoire soit sous le contrôle des groupes armés fait douter de la tenue de ces scrutins à bonne date.

 

 

NDLR : Lorsque les seigneurs de guerre et autres bandits armés qui écument nos provinces et se fournissent en armes et munitions de tout calibre, aussi bien armement léger que lourd, grâce aux fruits du racket en règle de nos compatriotes et du trafic éhonté de nos ressorces naturelles, personne ne leur pose la question de savoir contre qui ils ont l'intention de faire usage de cet arsenal qu'ils acquièrent librement dans certains pays voisins de la RCA et non soumis à embargo de la part communauté internationale. Pour peu qu'un chef d'état et président de la République, élu du peuple centrafricain, formule légitimement la demande d'approvisionnement en armement lourd pour permettre à ses forces armées de surcroît formées à présent par la communauté internationale notamment pays européens, USA et Fédération de Russie) d'assurer leur mission régalienne de protection du territoire national et de ses concitoyens, il est étrangement surprenant que cela puisse faire jaser. Que veut-on pour ce pour ce pays et son peuple ?  Les forces armées centrafricaines n'ont elles pas le droit d'être équipées comme toutes les armées du monde ? La prise en otage de l'arrière-pays centrafricain par les seigneurs de guerre dont certains sont manifestement protégés par quelques membres de la communauté internationale n'est plus supportable et doit prendre fin d'une façon ou une autre. 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Selon le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, ce qu’il faut aujourd’hui pour lutter » ...la suite
La connexion avec des groupes armés peuls du Sahel se rapproche dangereusement de Bangui. Il n’ y a guère que les protagonistes de l’Accord » ...la suite
Lu pour vous MANKEUR NDIAYE, un ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal qui dirige la mission de maintien de la paix de l'ONU en R » ...la suite
En cinq ans, d'exaction en exaction, la milice d'auto défense peule a étendu son emprise sur le nord-ouest du pays. Deux militaires de l'armée c » ...la suite
La France célèbre les 80 ans de l'appel du 18 juin 1940. Pour beaucoup de Français, les premiers mois de la France libre sont associés à l'exil » ...la suite
La République de Centrafrique a réalisé « des progrès importants pour faire avancer les réformes politiques», a assuré le secrétaire généra » ...la suite
A la suite de la décision du Conseil d'Etat vendredi, le chercheur François Graner revient sur sa victoire pour obtenir l'accès aux archives sur le » ...la suite
Les garants et facilitateurs de l'accord de paix du 6 février 2019 entre l'Etat centrafricain et les rebelles ont fermement condamné mercredi les d » ...la suite
Ce mardi matin, en Centrafrique, c’est en toute discrétion qu’a été transféré depuis l’aéroport de Bangui une personnalité recherchée pa » ...la suite
Comment expliquer l’afflux soudain de nouveaux dossiers devant la Cour pénale spéciale (CPS) ? Le tribunal mixte – qui reste sans procès cinq a » ...la suite