Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : l’envoyé spécial de l’ONU sollicite un mandat « adéquat »
Centrafrique : l’envoyé spécial de l’ONU sollicite un mandat « adéquat »

Lu pour vous

 

http://www.adiac-congo.com  Lundi 28 Octobre 2019 - 13:30

 

A quelques jours de l’expiration de l'exercice de la Minusca, Mankeur Ndiaye a demandé, le 25 octobre, devant le Conseil de sécurité, un mandat « approprié » pour accompagner les élections de 2020 dans le pays.

« Je sollicite donc du Conseil de sécurité, tel que recommandé par le secrétaire général dans son rapport, un mandat approprié pour la Minusca, afin qu’elle puisse fournir le soutien technique, logistique, sécuritaire et opérationnel nécessaire à la tenue des élections dans le respect des délais constitutionnels », a plaidé le chef de la mission de paix. Il a lancé un appel aux pays de la région afin qu'ils apportent leur appui indispensable « pour traduire le rêve de paix, de prospérité et de développement des Centrafricains en une réalité durable ».

Ainsi, le représentant spécial des Nations unies pour la Centrafrique a souligné que le contexte de mise en œuvre du prochain mandat de la Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) serait « non seulement dominé par la poursuite de l’appui à la mise en œuvre de l’accord de paix du 6 février, mais également par la préparation des élections présidentielle et législatives de 2020-2021 », avant de se féliciter des préparatifs en cours pour la tenue de ces élections, y compris l’adoption d’un nouveau code électoral, et la préparation de la cartographie des électeurs qui permettra ensuite leur enregistrement en janvier 2020. « Malgré ces pas encourageants, la tenue des élections aux dates prévues reste menacée par l’insuffisance des ressources techniques, financières et humaines », a averti Mankeur Ndiaye.

Selon lui, le manque de ressources financières, l’absence d’un mandat approprié de la Minusca et la persistance de l’insécurité suscitent des appréhensions au sein d’une partie de la classe politique centrafricaine quant à la faisabilité de ces élections sur l’ensemble du territoire et dans les délais de la Constitution.

« Il est vrai qu’un sérieux retard dans la tenue des prochaines élections pourrait créer une situation de vacance au sommet de l’Etat et conduire à une nouvelle transition politique que certains appellent de leurs vœux, mais qui serait, j’en suis convaincu, dommageable pour la consolidation de la démocratie et de la paix en RCA », a-t-il dit.

Mankeur Ndiaye a estimé important que « la communauté internationale se mobilise, afin que ces consultations se déroulent, selon le calendrier prévu, de manière libre, inclusive et équitable sur l’ensemble du territoire ».

« L’espoir d’une nouvelle ère »

L’année 2019 s’était ouverte avec l’espoir d’une nouvelle ère pour le peuple centrafricain avec l’accord de paix négocié à Khartoum, a affirmé le représentant spécial de l’ONU pour la Centrafrique, avant de signaler des avancées dans la mise en œuvre de ce texte.

Il a cité la création des mécanismes de suivi et des unités spéciales mixtes qui comprennent des membres des groupes armés, le désarmement des groupes armés, les consultations nationales pour la mise en place de la future Commission vérité, justice, réparation et réconciliation, et le lancement de plus de quatre cents projets de développement socioéconomique.

« En dépit de ces progrès, d’importants défis demeurent, défis qui, reconnaissons-le, entravent lourdement nos efforts collectifs de stabilisation de la RCA », a toutefois souligné Mankeur Ndiaye, évoquant « la situation tendue qui persiste dans le nord-est du pays depuis juillet », qui a entraîné le déplacement de plusieurs milliers de personnes.

Le chef de la Minusca s’est également inquiété des autres défis qui menacent les efforts de paix dans le pays, notamment les risques de violences liées à la transhumance qui va commencer avec l’arrivée de la saison sèche, la persistance de taxations illégales, la radicalisation du discours politique par certains acteurs et, dans une moindre mesure, les retards accumulés dans l’adoption de certains projets de lois prévus par l’accord de paix.

Il a, cependant, rassuré les membres du Conseil de sécurité que la Minusca, conformément à son mandat, continuera d'apporter aux parties signataires tout son appui politique et technique, et n’hésitera pas également à adopter une posture robuste face à ceux qui menacent la population civile, tel qu’elle l’a démontré dans le cadre de l’opération Anvil dans l’ouest du pays.

Josiane Mambou Loukoula

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Prudence avec la Russie La volonté de rapprochement avec la Russie annoncée par le président français à l’été doit encore se concrétiser. » ...la suite
La Centrafrique a besoin de 401 millions $ pour répondre à ses besoins humanitaires en 2020. C’est ce qu’a indiqué le Bureau des Nations unies » ...la suite
Le ministre de la défense a décidé de relever de ses fonctions le commandant du Bataillon camerounais de la Minusca. Joseph Beti Assomo explique » ...la suite
Le procès des crimes commis à Bangassou en 2017 s'est ouvert ce 15 janvier à Bangui, en Centrafrique. Kévin Béré Béré, l'un des commandants de » ...la suite
Deux chefs de milice et 29 de leurs hommes sont jugés pour leur responsabilité dans le massacre en 2017 de nombreux civils et le meurtre de 10 casqu » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a vivement condamné ce mardi les récentes violations de l'accord de paix du février 2019 par le groupe armé l'Union » ...la suite
En Centrafrique, l'ancien président Michel Djotodia qui s’est présenté comme « un homme de paix », a quitté Bangui lundi 13 janvier après un » ...la suite
Le comité d'enquête russe le confirme : un vol à main armée est à l'origine de l'assassinat de trois journalistes russes en République centrafri » ...la suite
Conditions posées par l'ex-président François Bozizé pour rencontrer le Président Faustin Archange Touadera (Voir Communiqué de la Présidenc » ...la suite
Trois cent quarante militaires formés par des instructeurs russes sont désormais autorisés à rejoindre les rangs des Forces armées centrafricaine » ...la suite