Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Minusca : Révélation sur l’échec de l’enquête sur les abus sexuels
Minusca : Révélation sur l’échec de l’enquête sur les abus sexuels

Lu pour vous

 

https://www.gabonreview.com par Loic Ntoutoume  3 novembre, 2019

 

Selon un projet de rapport rédigé en 2017 et divulgué par The New Humanitarian, l’Organisation des Nations unies a bâclé son enquête sur des accusations d’abus sexuel à l’encontre de soldats de la paix burundais et gabonais déployés à Dékoa, dans la préfecture de Kemo, en République centrafricaine, laissant tomber les victimes.

Un projet de rapport interne des Nations unies portant mention “brouillon confidentiel“, obtenu par The New Humanitarian et relayé par Associated Press, révèle une série d’erreurs commises par les enquêteurs et démontre pourquoi aucune poursuite n’a été intentée contre les soldats de la paix burundais et gabonais déployés à Dekoa, dans la préfecture de Kemo, dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca).

Selon le rapport de 50 pages commandé en 2017 par le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) des Nations unies, et soumis en avril de la même année, détaille les erreurs commises lors des enquêtes et expose comment les femmes et les filles présumées victimes ainsi que les enquêteurs de l’ONU ont été déçus dans le processus. Ce rapport indique que l’Unicef n’a pas réussi à recueillir des témoignages précis de victimes et a attendu des semaines avant d’informer l’organe d’enquête et de surveillance de l’ONU des allégations. De même,  l’ONU n’a pas réussi à assurer la sécurité de base des enquêteurs. Par ailleurs, l’atmosphère où les femmes et les filles qui portent les accusations a été qualifiée de «menaçante».

Selon ce rapport, le système de collecte et de stockage de l’ADN a contribué à la décomposition des échantillons, ruinant ainsi les chances d’identifier les auteurs présumés. En effet, une grande partie des échantillons a été prélevée de mars à mai 2016, puis  stockée à Bangui pendant des mois et n’a pas été livrée au bureau de Nairobi aux fins de l’enquête avant avril 2017. « La plupart étaient déjà pourris. Il n’est donc pas surprenant que des résultats positifs ne puissent pas être obtenus », indique le rapport sur les échantillons d’ADN.

Selon l’ONU, le BSCI a interrogé 139 personnes, examiné leurs comptes et identifié 16 auteurs possibles du Gabon et 25 du Burundi, à l’aide de photos et d’éléments de preuve corroborant. Sur les 139 victimes, 25 étaient des mineurs qui ont affirmé avoir été agressés sexuellement et huit demandes de paternité ont été déposées.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Prudence avec la Russie La volonté de rapprochement avec la Russie annoncée par le président français à l’été doit encore se concrétiser. » ...la suite
La Centrafrique a besoin de 401 millions $ pour répondre à ses besoins humanitaires en 2020. C’est ce qu’a indiqué le Bureau des Nations unies » ...la suite
Le ministre de la défense a décidé de relever de ses fonctions le commandant du Bataillon camerounais de la Minusca. Joseph Beti Assomo explique » ...la suite
Le procès des crimes commis à Bangassou en 2017 s'est ouvert ce 15 janvier à Bangui, en Centrafrique. Kévin Béré Béré, l'un des commandants de » ...la suite
Deux chefs de milice et 29 de leurs hommes sont jugés pour leur responsabilité dans le massacre en 2017 de nombreux civils et le meurtre de 10 casqu » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a vivement condamné ce mardi les récentes violations de l'accord de paix du février 2019 par le groupe armé l'Union » ...la suite
En Centrafrique, l'ancien président Michel Djotodia qui s’est présenté comme « un homme de paix », a quitté Bangui lundi 13 janvier après un » ...la suite
Le comité d'enquête russe le confirme : un vol à main armée est à l'origine de l'assassinat de trois journalistes russes en République centrafri » ...la suite
Conditions posées par l'ex-président François Bozizé pour rencontrer le Président Faustin Archange Touadera (Voir Communiqué de la Présidenc » ...la suite
Trois cent quarante militaires formés par des instructeurs russes sont désormais autorisés à rejoindre les rangs des Forces armées centrafricaine » ...la suite