Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

RCA : Gouvernement et Banque Mondiale évaluent des projets de fournitures d'eau et électricité

 

https://www.radiondekeluka.org vendredi 8 novembre 2019 15:30

 

Le gouvernement centrafricain et la Banque Mondiale se préoccupent de l’accroissement de l’accès à l’électricité et à l’eau potable dans le pays. Les villes de Bangui, Berbérati et Bambari doivent être dotés de champs solaires et de stations de pompage d’eau.

Les acteurs de mise en œuvre de ces projets ont passé au peigne fin ce 7 novembre 2019, le plan de l’installation du champ solaire et des stations de pompage d’eau prévues à Bangui la capitale, Berbérati (Mambéré Kadéï) et Bambari (Ouaka). Un calendrier précis a été établi pour faciliter l’accélération en 12 mois des travaux qui finiront en Décembre 2020.

« Ce sont des projets qui sont importants pour la population de Bangui et des autres régions du pays. Pour donner plus d’eau et d’énergie, nous avons décidé de faire avec les Ministres, un suivi continu de ces projets » indique Han Fresters, Représentant de la Banque Mondiale en Centrafrique. « Nous avons discuté avec tous les acteurs et établi un calendrier très précis » précise-t-il ajoutant que les différents acteurs doivent se retrouver « chaque 3 semaines ou chaque mois ».

Pour Han Fresters, « le travail qui est en train d’être fait sur le terrain » est satisfaisant et « la collaboration excellente » tout en rassurant « réaliser les travaux dans les délais prévus ».

Selon le Ministre du Plan, Félix Moloua,  « au mois de mai 2020, les travaux doivent commencer sur le terrain », justifiant l’intérêt de la rencontre avec les parties impliquées dans la réalisation des projets.

La prochaine rencontre est prévue pour la fin du mois de novembre 2019 et vise à évaluer les avancées réalisées à différents niveaux. Le Ministre Félix Moloua insiste par ailleurs sur le respect du chronogramme pour permettre à la population de bénéficier des retombées.

Toutefois, l’exécution de ces projets souffre encore de l’occupation des terrains d’installation du champ solaire par la Minusca à Bambari et par les tenants des titres fonciers à Berberati.

Ce projet d’installation de l’énergie solaire a été négocié auprès de la Banque Mondiale par le Président de la République, Faustin Archange Touadéra.

 

 

RCA : Le recensement électoral attendu en janvier prochain

 

https://www.radiondekeluka.org vendredi 8 novembre 2019 15:39

 

L'Autorité Nationale des Elections (ANE) table sur le mois de janvier pour lancer l'enrôlement des électeurs. L'innovation envisagée dans cette opération est l'inscription  numérique des électeurs. Cette phase a fait l'objet d'échange du 6 au 8 novembre entre l'ANE et les acteurs concernés.

Ces échanges sont lancés dans un contexte où le représentant du secrétaire général des Nations Unies Mankeur Ndiaye et la classe politique s'inquiète du financement du processus et des conditions sécuritaire dans le pays.

Julius Rufin Ngouadé-Baba, rapporteur générale de l'ANE, justifie la démarche par la volonté de mettre les parties prenantes sur le même niveau d'information. 

"Les élections, c'est l'affaire de tous. Et donc à chaque étape des grandes décisions que l'Autorité Nationale des Elections devrait prendre, nous pensions conférer avec les parties prenantes au processus électoral. Ainsi, donc l'option d'enregistrement des électeurs. Le fichier électoral devrait être informatisé et les cartes électorales devraient être imprimées avec photo" a fait savoir le rapporteur de l'ANE.

La société civile exprime des craintes devant la dégradation du tissu sécuritaire et le retard pris dans la mise en œuvre du programme. "Nous avons travaillé avec les techniciens pour explorer les divers techniques et options. Une option présente des avantages certains et nous pensons aller vers cette option mais nous voulons recueillir l'avis des acteurs impliqués dans le processus" a-t-il souligné.

Le 1er tour des élections sont prévues en Décembre 2020. Cette conférence a mobilisé acteurs politiques, pouvoirs publics et société civile. Elle intervient après le recrutement et la formation des agents cartographes à Bangui.

 

 

RCA : Près de 50 mille victimes des inondations attendent l’aide d’urgence selon la CRCA

 

https://www.radiondekeluka.org vendredi 8 novembre 2019 15:32

 

Les victimes des inondations en République Centrafricaine sont estimées à près de 50 mille à travers le pays selon la Croix Rouge Centrafricaine (CRCA). Plus de 7 morts sont déjà enregistrés ainsi que 25 blessés. Des chiffres donnés ce 7 novembre 2019 par Antoine Mbao-Bogo, président de cette institution humanitaire.

Le nombre de sinistrés ne cesse de s’accroître à Bangui et à l'intérieur du pays. La Croix Rouge Centrafricaine a déjà enregistré des blessés et des personnes portées disparues. Plus de 50 mille individus ont besoin d'assistance humanitaire d’urgence. « Aujourd’hui, nous avons près de 50 mille personnes affectées par les inondations. Il faut compter 7 personnes disparues et 25 blessés » a précisé Antoine Mbao-Bogo.

Selon le président de la CRCA, pour apporter un soutien aux victimes, « nous allons construire des abris et apporter un soutien psychologiqueNous sommes dans un pays où, les gens sont pauvres » a expliqué Antoine Mbao-Bogo citant en exemple « des veuves, des orphelins, des désœuvrés, des personnes à la retraite » confrontés aujourd’hui aux conséquences de cette catastrophe naturelle.

Suite à l’appel du Premier ministre Firmin Ngrébada, invitant à une mobilisation en faveur des victimes, la Croix Rouge Centrafricaine promet de collaborer avec le gouvernement pour une assistance soutenue. « En coordination avec le Ministère des Affaires Humanitaires, nous allons essayer de faire un bon travail pour alléger les souffrances de nos compatriotes », a lâché M. Mbao-Bogo.

Le Ministère de la Santé préoccupé par la situation sanitaire des sinistrés

Le quotidien des victimes des inondations installées sur les sites d’accueil aménagés à la SOCADA à Bangui et De Lacourt à Bimbo, inquiète le département de la Santé Publique. Après une enquête réalisée par le service du Centre d’Opérations d’Urgence en Santé Publique (COUSP), il ressort que les victimes installées sur les sites courent un risque d’épidémie de choléra. Face à ce résultat, le Ministère de la Santé et ses partenaires mettent des dispositifs sur ces sites afin de contrôler l’état sanitaire de ces déplacés internes.

« Nous avons enquêté sur le niveau de la promiscuité, le mode vie, l’accès aux soins. Le résultat sommaire nous révèle que les victimes sont vraiment exposées au risque de choléra. Vu ce risque, le secteur Santé a mis en place la surveillance épidémiologique des cas » a expliqué Dr Maurice Bawa, Coordonnateur du COUSP, bien qu’aucun cas n’a été détecté.

Sur ces sites, plus de 1000 moustiquaires sont déjà distribuées aux victimes ainsi que des médicaments contre certaines maladies. Ceci pour éviter certaines pathologies.

« Il y a des maladies courantes qu’il ne faut pas occulter notamment le paludisme, les maladies diarrhéiques, les infections respiratoires aigües. Et donc, il faut déployer des médicaments qui peuvent traiter ces maladies à savoir le Coartem, les antibiotiques, du paracétomol pour atténuer un peu la fièvre et également des SRO pour les cas de diarrhée » a précisé le coordonnateur du COUSP.

En plus des dispositifs sanitaires, le coordonnateur du Centre d’Opérations d’Urgence en Santé Publique appelle les victimes au respect de règles d’hygiène : se laver les mains avec de l’eau et du savon, assainir leur environnement.

Pour soutenir l’appui aux sinistrés, un concert de solidarité va être organisé samedi 9 novembre 2019 au Centre Culturel Catherine Samba-Panza à Bangui. L’objectif est de collecter des fonds pour une meilleure assistance aux personnes en difficulté.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Un épais silence plane sur les allées poussiéreuses de Birao. Seules de rares silhouettes y déambulent encore entre les cases vides et les haies d » ...la suite
L'Union Européenne (UE) a réitéré samedi 16 novembre 2019 son engagement à appuyer la protection de la faune et de la flore de la réserve nature » ...la suite
Trois semaines après l'occupation de Bambouti par les hommes de l'UPC, la Minusca considère cette avancée de violation des dispositions de l'accord » ...la suite
L’administration aéroportuaire de Bangui se modernise de plus en plus. Près d’un milliard 200 millions de francs Cfa ont servi à construire les » ...la suite
Le leader de l'Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), Ali Darassa continue de défier l’autorité de l’Etat malgré l’accord politique pour » ...la suite
Les pluies diluviennes qui ont causé le débordement du lit du fleuve Oubangui et entraîné des inondations, ont laissé derrière elles plusieurs f » ...la suite
Depuis une semaine, la Centrafrique est touchée par les inondations les plus graves de ces vingt dernières années, en raison d'une crue sans préc » ...la suite
Le gouvernement vole au secours des victimes des inondations de l’île Mbongossoua et de quartier Maya-Maya dans le 6ème arrondissement de Bangui. » ...la suite
Six ans après la guerre civile, le HCR prévoit de rapatrier 4 000 personnes en 2019. « Le Monde Afrique » a pris place à bord d'un convoi. « » ...la suite
Depuis la signature de l’accord de Khartoum, le 6 février dernier à Bangui, le retour à la paix est lent en République centrafricaine. Si certai » ...la suite