Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Centrafrique : La MINUSCA met en garde l’UPC à Alindao

 

BANGUI, le 22 novembre 2019 (RJDH)---La MINUSCA a mis en garde les combattants de l’UPC impliqués dans les tirs à l’arme automatique à Alindao ce jeudi en prenant à partie les Forces Armées Centrafricaines déployées dans la ville.

La ville d’Alindao a été secouée hier dans la soirée par des tirs à l’arme automatique. Les informations RJDH indiquent que les éléments des FACA et de l’UPC ont failli s’affronter. Pour l’heure, les raisons ne sont pas encore connues, selon une source proche du ministère de la défense jointe au téléphone par le RJDH.

Contactée, la MINUSCA a indiqué que la situation dans la ville est sous-contrôle des forces onusiennes et met en garde l’UPC contre toutes violences orientées vers les civiles et les forces de défenses et de sécurité, « la situation est calme pour le moment. Il y a eu, effectivement, des incidents après des tirs des éléments de l’UPC. En riposte, les FACA ont tiré en l’air. Tout est sous contrôle,  nous avons envoyé une patrouille pour vérifier la situation. Je puis vous dire que tout est calme », a confié au RJDH ce jour, Vladimir Monteiro porte-parole de la MINUSCA.

Face à ce genre d’attitudes, la MINUSCA met en garde les combattants de l’UPC présents dans la ville d’Alindao. « Encore une fois, nous rappelons aux groupes armés d’éviter le recours à des armes. Dans le cas contraire, nous serons obligés de prendre des dispositions par rapport à ce type de comportement », a-t-il prévenu.

Le gouvernement de son côté n’a pas encore réagi officiellement et les causes de ces tirs qui ont failli tourner à un affrontement entre les FACA et l’UPC ne sont pas encore connues.

 

Centrafrique : Un poste des Anti-Balaka proche du site PK 3 de Bria démantelé par la MINUSCA

 

BRIA, le 25 Novembre 2019 (RJDH)---Les casques bleus basés à Bria ont démantelé le samedi 23 novembre un poste de contrôle des miliciens antibalaka à Bria. Ces derniers mécontents ont manifesté vivement créant ainsi un climat de terreur sur le site des déplacés de PK3 de la ville.

L’opération des casques bleus visait un poste de police établi depuis quelque temps par les miliciens antibalaka à quelques mètres du site des déplacés de PK3 à Bria. De différentes sources locales et bien introduites ont indiqué que ce poste faisait office à lui de la gendarmerie et d’une quelconque juridiction.

« Ils se sont transformés en policiers et gendarmes. Ils jugent et tranchent les affaires civiles et autres. Ils emprisonnent les gens, organisent des procès comme au tribunal, rackettent les populations et perçoivent des taxes illégales », a rapporté au RJDH un déplacé du site de PK3 à Bria.

Après plusieurs plaintes formulées par les déplacés face à cette anarchie, « les forces mauritaniennes de la Minusca ont réussi à démanteler samedi dernier ce poste, deux  miliciens Anti-Balaka en faction ont été interpellés et leur poste a été complètement détruit », confie un autre habitant.

Enragés à cause de l’arrestation de leurs frères d’armes, les miliciens ont bouclé tout le secteur du PK3 pour exiger leur libération immédiate et sans condition.« Toute la journée du samedi, le secteur est paralysé, des détonations d’armes de fabrication artisanale et industrielle fusent de partout durant plusieurs heures, faisant fuir des milliers de personnes dans la brousse ».

Après des pourparlers engagés avec ces derniers, les barricades sont enlevées et les véhicules circulent librement et les commerces ont rouvert, « parce que les deux miliciens arrêtés ont été relâchés par les forces onusiennes dans le souci de ne pas envenimer la situation », témoigne une autorité locale.

Les activités ont repris le 24 novembre dans la ville après deux jours de paralysie.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Après une semaine d'enrôlement sur la liste électorale, l'Autorité Nationale des Elections (ANE) se félicite du perfectionnement de ses agents su » ...la suite
n Centrafrique, les personnes vivant avec le VIH/Sida craignent une aggravation de leur vulnérabilité avec la pandémie de coronavirus. Très peu de » ...la suite
Les obsèques officielles des éléments des forces de défense nationale tués le 21 juin 2020 dans une embuscade de 3R à Besson dans la Nana Mambé » ...la suite
En Centrafrique, après avoir reporté à plusieurs reprises le début de l’enrôlement des électeurs, l’Autorité nationale des élections, l’ » ...la suite
Prévues pour le 27 décembre 2020 en République centrafricaine, les élections générales se préparent au sein de tous les camps. Pour emboîter l » ...la suite
La République centrafricaine (RCA) a annoncé mardi 88 nouveaux cas de COVID-19, portant le nombre total d'infections à 3.051, selon un communiqué » ...la suite
Des élus de la nation ont boycotté ce jour l’ouverture de la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale pour exiger du Premier Ministre, l » ...la suite
La République centrafricaine se prépare à son tour, à rouvrir ses écoles, fermées depuis quelques mois dans le cadre des mesures restrictives po » ...la suite
Deux soldats centrafricains ont été tués et trois autres blessés par le groupe armé « 3R » (Retour, réclamation et réhabilitation), à l’ou » ...la suite
Un jour seulement après l'annonce par la Minusca d'une vaste opération militaire contre le mouvement 3R (Retour, Réclamation, Réhabilitation) de S » ...la suite