Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Le leader rebelle centrafricain Miskine toujours détenu au Tchad
Le leader rebelle centrafricain Miskine toujours détenu au Tchad

 

 

Par RFI Publié le 28-11-2019 Modifié le 28-11-2019 à 04:38

 

Les autorités tchadiennes ne doivent pas extrader Abdoulaye Miskine et ses compagnons. C’est ce que disent les avocats du président du Front démocratique du peuple centrafricain, un mouvement rebelle signataire des accords de Khartoum entre le gouvernement centrafricain et les mouvements rebelles. Lui et ses compagnons ont été arrêtés il y a dix jours alors qu’il venait de traverser la frontière entre la Centrafrique et le Tchad. Pour ses avocats, ils venaient solliciter une médiation du Tchad.

Les avocats des responsables de mouvements rebelles centrafricains indiquent que ceux-ci ont traversé la frontière en direction du Tchad pour demander une médiation avec le pouvoir de Bangui au sujet de la mise en œuvre des accords de Khartoum conclus en février dernier.

Malheureusement, ils n’ont pas été écoutés mais ont plutôt été interpellés et sont depuis détenus au secret, en toute illégalité, tempête Me Maxvelt Loalngar, un de leurs avocats : « L'accord entre les pays membres de la Cemac dispose qu'au bout de 72h l'étranger détenu sur le sol de l'État devrait être remis en liberté. À l'heure où nous parlons, nous n'avons pas accès à Abdoulaye Miskine et ses compagnons de fortune. Cela fait que cette détention est arbitraire, abusive, illégale. »

Les défenseurs des rebelles centrafricains font aussi remarquer qu’en tant que signataire des accords de Khartoum, Abdoulaye Miskine et ses compagnons ne devraient pas être poursuivis par l’État centrafricain.

« Vous vous souviendrez qu'en février dernier, il y a eu un accord signé entre l'État centrafricain et 14 groupes armés. Il a été stipulé très clairement que les chefs de ces mouvements-là ne devaient pas faire l'objet de poursuites. Aujourd'hui, on nous invente de toutes pièces des infractions qui n'ont nullement existé. C'est inadmissible. »

En attendant, les responsables de la rébellion centrafricaine restent hors de portée de la justice parce que toujours détenus par les services secrets.

 

 

NDLR: Etre signataire de l'Accord de paix ne donne pas qualité ni autorise à faire n'importe quoi et à se comporter en hors la loi. 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le président français Macron, qui tente de renvoyer la responsabilité des échecs du G5 Sahel sur les partenaires de la France, a été mal briefé » ...la suite
Depuis près de deux décennies, le continent africain assiste à une concentration de forces militaires étrangères sur son sol. La lutte contre le » ...la suite
De nombreux partenaires financiers de la Caritas Centrafrique, ont mis un terme aux contrats avec cette structure de l’église catholique. Ces déci » ...la suite
Alors que la France s’apprête, ce lundi 2 décembre, à rendre hommage aux treize militaires morts au Mali, Mondafrique revient dans une série de » ...la suite
Alors que la violence djihadiste s'intensifie au Mali, l'analyste Paul Melly se demande si la France peut persuader le reste de l'Europe de se joindre » ...la suite
Le récent déplacement du directeur Afrique et de l’Océan Indien (DAOI), Remi Maréchaux, s’inscrit dans le réchauffement des relations bilaté » ...la suite
Le 6 février 2019, le gouvernement centrafricain et 14 groupes rebelles signaient à Khartoum, sous l'égide de l'Union africaine, un "accord politiq » ...la suite
On devrait pas revoir de sitôt Patrice Edouard Ngaissona dans les affaires du football. L’ancien président de la fédération centrafricaine de fo » ...la suite
Les mercenaires russes de la compagnie privée Wagner qui soutiennent les troupes de l’ANL donnent un sérieux coup de main à l’offensive lancée » ...la suite
L’euphorie qu’avait provoquée l’arrivée des troupes françaises, en 2013, s’est estompée laissant place à un sentiment anti-français de p » ...la suite