Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : face à l’offensive russe, la France réagit
Centrafrique : face à l’offensive russe, la France réagit

Lu pour vous

 

https://lanouvelletribune.info/ Par Florian Guénet 27 novembre 2019

 

En visite à Bangui, le directeur Afrique du Quai d’Orsay a participé mardi dernier à une réunion relativement importante pour redéfinir et rappeler le rôle de la France en Centrafrique. Une relation qui, traditionnellement, s’est toujours bien déroulée, même si les derniers mois, la coopération entre les deux nations a connu quelques soubresauts.

Trois heures durant, les deux parties ont ainsi eu l’occasion de discuter de divers sujets, évoquant tour à tour les questions liées à la sécurité, la situation humanitaire ou la bonne gouvernance. L’idée était alors de remettre à plat les relations entre les deux pays, tendues depuis plusieurs mois à cause notamment de la présence russe sur le territoire que le gouvernement français voit d’un très mauvais œil.

Il y a quelques mois, le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s’en était d’ailleurs ému auprès de son homologue russe Sergueï Lavrov, invitant le Kremlin à laisser le président Touadéra à tenir et mettre en place ses engagements constitutionnels.

La France, soucieuse de son rôle en Centrafrique

Face à la menace russe et à la possibilité de perdre en influence sur le territoire, la France a donc décidé de répliquer et de s’impliquer le plus possible en Centrafrique. Un échange salué par Sylvie Baïpo-Temon, ministre centrafricaine des affaires étrangères, qui a souligné le caractère inédit de cette démarche.

De quoi lancer une nouvelle dynamique dans les relations entre les deux nations, symbolisées par ailleurs, par la rencontre entre les chefs d’État des deux nations, le 5 septembre dernier. Une manière de normaliser la politique commune d’autant que ce type de rencontre est amené à se réitérer tous les ans.

Une rencontre amenée à se répéter

Une idée à laquelle Rémi Maréchaux directeur Afrique du Quai d’Orsay adhère totalement. Selon ses dires, les relations entre la France et la Centrafrique viennent de connaître une subite avancée. 

Après un inventaire réalisé, des nouvelles questions ont été soulevées, notamment en ce qui concerne l’éducation supérieur ainsi que les besoins nationaux en matière de renforcement de la sécurité. Enfin, il convient de noter que le montant de l’aide allouée par la France à la Centrafrique est en hausse de 130 millions d’euros, en comparaison à 2019.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Selon le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, ce qu’il faut aujourd’hui pour lutter » ...la suite
La connexion avec des groupes armés peuls du Sahel se rapproche dangereusement de Bangui. Il n’ y a guère que les protagonistes de l’Accord » ...la suite
Lu pour vous MANKEUR NDIAYE, un ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal qui dirige la mission de maintien de la paix de l'ONU en R » ...la suite
En cinq ans, d'exaction en exaction, la milice d'auto défense peule a étendu son emprise sur le nord-ouest du pays. Deux militaires de l'armée c » ...la suite
La France célèbre les 80 ans de l'appel du 18 juin 1940. Pour beaucoup de Français, les premiers mois de la France libre sont associés à l'exil » ...la suite
La République de Centrafrique a réalisé « des progrès importants pour faire avancer les réformes politiques», a assuré le secrétaire généra » ...la suite
A la suite de la décision du Conseil d'Etat vendredi, le chercheur François Graner revient sur sa victoire pour obtenir l'accès aux archives sur le » ...la suite
Les garants et facilitateurs de l'accord de paix du 6 février 2019 entre l'Etat centrafricain et les rebelles ont fermement condamné mercredi les d » ...la suite
Ce mardi matin, en Centrafrique, c’est en toute discrétion qu’a été transféré depuis l’aéroport de Bangui une personnalité recherchée pa » ...la suite
Comment expliquer l’afflux soudain de nouveaux dossiers devant la Cour pénale spéciale (CPS) ? Le tribunal mixte – qui reste sans procès cinq a » ...la suite