Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Les Russes envoient des centaines de mercenaires en Libye
Les Russes envoient des centaines de mercenaires en Libye

Lu pour vous

 

By Nicolas Beau  mondafrique.com 28 novembre 2019

 

Les mercenaires russes de la compagnie privée Wagner qui soutiennent les troupes de l’ANL donnent un sérieux coup de main à l’offensive lancée le 4 avril par le maréchal Haftar pour mettre la main sur la Libye

Combien sont-ils? Les estimations sur le nombre de mercenaires russes envoyés en Libye aux cotés de l’ANL d’Haftar varient considérablement. Les « privés » appartenant à la compagnie russe Wagner, qui est intervenue notamment en Centrafrique, au Soudan et en Syrie avec une extrême brutalité, seraient près de 150 d’après des sources basées à Moscou, 500 pour des ONG libyennes et jusqu’à 2000 pour le département d’Etat américain.

Lors de la rencontre entre le maréchal Haftar et le ministre russe de la Défense, Segueï Choïgou, le 7 novembre 2018 à Moscou, le patron de Wagner, Evgueni Prigojine, était présent sur la photo.

Un scénario syrien

Un diplomate occidental basé à Tripoli, cité par le Monde (23/11), estime lui que près d’un millier de mercenaires russes combattrait aux cotés d’Haftar. « Tout cela est très préoccupant, note ce dernier, on risque un scénario de type syrien ».

Les forces loyales du gouvernement d’union nationale de Faiez Sarraj basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale sont désormais sur la défensive. L’intervention au sol des militaires russes et la livraison de drones performants venus des Emirats Arabes Unis, ont permis à l’ANL d’Haftar de marquer « des avantages modestes mais systématiques », note un chercheur allemand, Wolfran Lacher, cité lui aussi par « le Monde ».

Et la France dans tout cela?

Moscou n’a jamais digéré l’intervention occidentale en Libye en 2011, un bouleversement géo politique dont ils avaient été tenus à l’écart alors que Dmitri Medvedev présidait la Russie. Vladimir Poutine qui a le vent en poupe en Syrie et en Afrique est bien décidé à placer ses pions en Libye.

Les Américains s’alarment naturellement de la présence croissante des Russes. Les Français nettement moins; le silence de la diplomatie française est même étourdissant. Et pour cause, la politique française en Libye, menée notamment par Jean Yves Le Drian, chef de la diplomatie, est marquée depuis des mois par une totale duplicité; Paris soutient du bout des lèvres le gouvernement de Faïez Sarraj, mais soutient dans les coulisses du conflit libyen les forces d’Haftar.

Au nom d’une lutte contre le terrorisme qui a bon dos pour couvrir des arrangements moins glorieux du ministre français.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le président français Macron, qui tente de renvoyer la responsabilité des échecs du G5 Sahel sur les partenaires de la France, a été mal briefé » ...la suite
Depuis près de deux décennies, le continent africain assiste à une concentration de forces militaires étrangères sur son sol. La lutte contre le » ...la suite
De nombreux partenaires financiers de la Caritas Centrafrique, ont mis un terme aux contrats avec cette structure de l’église catholique. Ces déci » ...la suite
Alors que la France s’apprête, ce lundi 2 décembre, à rendre hommage aux treize militaires morts au Mali, Mondafrique revient dans une série de » ...la suite
Alors que la violence djihadiste s'intensifie au Mali, l'analyste Paul Melly se demande si la France peut persuader le reste de l'Europe de se joindre » ...la suite
Le récent déplacement du directeur Afrique et de l’Océan Indien (DAOI), Remi Maréchaux, s’inscrit dans le réchauffement des relations bilaté » ...la suite
Le 6 février 2019, le gouvernement centrafricain et 14 groupes rebelles signaient à Khartoum, sous l'égide de l'Union africaine, un "accord politiq » ...la suite
On devrait pas revoir de sitôt Patrice Edouard Ngaissona dans les affaires du football. L’ancien président de la fédération centrafricaine de fo » ...la suite
L’euphorie qu’avait provoquée l’arrivée des troupes françaises, en 2013, s’est estompée laissant place à un sentiment anti-français de p » ...la suite
En visite à Bangui, le directeur Afrique du Quai d’Orsay a participé mardi dernier à une réunion relativement importante pour redéfinir et rapp » ...la suite