Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » À la recherche des diamants de sang !
À la recherche des diamants de sang !

Lu pour vous

 

Bangui (République centrafricaine) – CNC – Le vice-ministre des finances de la Russie, Alexeï Moïsseïev a déclaré à Ria Novosti, une agence de presse contrôlée par le ministère de la presse et de l’information russe depuis 1991, qu’il souhaitait faire revenir dans la légalité les diamants centrafricains, en rendant ces derniers légaux au point de vue du processus de Kimberley.

 Ce processus de Kimberley dont il est question est un forum tripartite créé en mai 2000. Il réunit les Etats producteurs de diamants, l’industrie du diamant et la société civile. Son objectif est clair : créer un système international de certification des diamants afin d’empêcher la vente de « diamants de sang », c’est-à-dire des diamants extraits dans des zones de conflits et vendus par des mouvements armés pour se financer.

Le processus de Kimberley a donc comme ambition de fermer les portes du commerce international de diamants aux groupes armés qui entretiennent la violence dans une région du monde.

Lors des événements de 2013, la Centrafrique avait été interdite d’exporter ses diamants, et nous comprenons bien pourquoi ! L’exploitation des mines de diamants et la vente de ces derniers avait été une des principales sources de revenu des groupes armés, qui en ont profité pour semer la zizanie, et plonger la Centrafrique dans le chaos ! Trois ans plus tard, en 2016, les diamants issus de la zone sud-ouest de notre pays ont de nouveau obtenu la certification et ont été autorisés à la vente. Ce n’est pas le cas des diamants issus du Nord et du Sud.

C’est là qu’interviennent les fils de la Volga. Après avoir fait mains basses sur des mines de diamants du pays, les russes souhaitent dorénavant pouvoir les commercialiser. N’oublions pas, fils et filles de Centrafrique, que toutes nos mines de diamants ne sont pas à la main de personnes bien intentionnées. Si l’ours en possède une partie qu’il protège avec ses mercenaires, une autre partie de nos mines est encore aux mains des groupes rebelles ! Ne tournons pas les pouces autour du pot, autoriser la vente des diamants du nord et de l’est revient à financer directement les groupes armés, et pourrait mener à une situation semblable à celle de 2013, qu’aucun de nous ne souhaite certainement revivre !

Nous voyons bien ici l’objectif des russes, qui pour quelques millions de dollars n’hésiteront pas à laisser notre pays à nouveau à feu et à sang. Mais, n’oubliez pas, qui tend le piège du mensonge finit toujours par se faire mal.

De prime et de toute évidence, la certification des diamants des zones non-contrôlées de notre pays ne devrait pas être la priorité. Il serait bien nécessaire que la Centrafrique contrôle elle-même le secteur économique du diamant, afin qu’elle puisse en faire profiter la population. Et ce, avant que l’ours moscovite s’en soit emparé et qu’il ait envoyé chez lui toutes nos ressources naturelles… Car les intérêts de ce dernier semblent clairs. Qui vivra verra !

 A.R. Bria

Copyright2019CNC.

 

1 commentaire

J
Bien dit! Attention! Attention!

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Financé à hauteur de 5,3 milliard par la Banque Africaine de développement (BAD), en présence du président de la République Faustin Archange Tou » ...la suite
Début de solution à la crise des pièces de nouveau en circulation en Centrafrique. La Banque Centrale (BEAC) annonce l'approvisionnement pour palli » ...la suite
Selon Daniel Mackaire Eloung Nna, le secrétaire permanent du Secrétariat national de suivi du Processus de Kimberley, les artisans miniers installé » ...la suite
Les performances économiques en Centrafrique étaient bonnes en 2019 selon le Fonds Monétaire International (FMI). Cependant, le gouvernement doit e » ...la suite
La Russie va présider le Processus de Kimberley pendant toute l’année 2020. Cet organe tripartite censé lutter contre les diamants des conflits s » ...la suite
La Russie prend ce mercredi 1er janvier la présidence du processus de Kimberley, processus qui encadre le commerce du diamant en Afrique. Le Kremlin » ...la suite
Le Ministre des Mines et de la Géologie, Léopold M’boli-Fatrane a annoncé la tenue prochaine à Bangui, sous le très haut patronage du Présiden » ...la suite
Comment mieux tirer profit des contrats miniers octroyés aux investisseurs internationaux ? Les dirigeants africains viennent de solliciter la Facili » ...la suite
Le gouvernement centrafricain prévoit de baisser les taxes à l'exportation des pierres précieuses, à la fois pour lutter contre la fraude et augme » ...la suite
Depuis 1982, dans la forêt de Mbaïki (sud-ouest), des chercheurs s'intéressent au processus de régénération de la forêt dense humide. Hormis » ...la suite