Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » La Centrafrique cherche à mieux profiter de son secteur minier
La Centrafrique cherche à mieux profiter de son secteur minier

 

http://m.rfi.fr/ Par Stanislas Ndayishimiye  10/12/2019 

 

Comment mieux tirer profit des contrats miniers octroyés aux investisseurs internationaux ? Les dirigeants africains viennent de solliciter la Facilité africaine de soutien juridique. Un mécanisme qui débouche sur du concret.

La Centrafrique devrait réviser son code minier bientôt pour être plus attractive, avec les conseils du cabinet De Gaulle Fleurance & Associés. « Nous avons effectivement noté beaucoup d’incohérences dans la législation », affirme Bruno Gay, avocat au barreau de Paris. « Les textes d’application et la convention minière type. Selon nous, une législation de qualité, claire, intelligible et disponible est l’élément de base, l’élément fondamental qui permettra déjà de rassurer les investisseurs et de rendre d’ailleurs en pratique l’application de ces mêmes normes par l’administration beaucoup plus simple et beaucoup plus efficace. »

En mars 2018, la RDC, l’un des pays africains dont l’économie repose aujourd’hui en grande partie sur l’exploitation des matières premières, a révisé son code minier en augmentant la taxation des sociétés. Les multinationales ont eu du mal à accepter cette révision, qui interroge aussi les Congolais eux-mêmes.

Gabrielle Pero est chargée du programme mines au Forum des femmes pour la gouvernance des ressources naturelles. Pour elle, « la part du gouvernement revient à lutter contre les conflits d’intérêts aussi. On a constaté que les [femmes et hommes] politiques étaient beaucoup plus impliqués comme actionnaires dans les sociétés minières, etc. Ce qui affaiblit le rôle de l’Etat congolais à pouvoir lutter efficacement contre toutes les malversations, à la fraude fiscale liée à l’activité minière des multinationales. » 

Clarifier la législation, une des clés de la réussite

Avec une législation claire et des conventions minières sans ambiguité, Bruno Gay a un autre conseil à donner aux gestionnaires du secteur minier centrafricain face aux investisseurs. « Avoir confiance. Se souvenir à tout moment qu’on est un Etat souverain – ou des représentants d’un Etat souverain s’agissant des agents de l’administration – et que l’on est en train de travailler sur un processus d’octroi de ressources naturelles qui sont la propriété de l’Etat. », soutient-il. Puis d'ajouter « et surtout ne pas considérer que l’on est dans l’obligation de mettre en place un système ou des systèmes dérogatoires au profit des investisseurs ; d’une certaine façon de leur faire des cadeaux. Il n’y a pas de raisons, ce doit être des vrais partenariats gagnant-gagnant ! »

D’expérience, précise l’avocat, c’est souvent l’incohérence de la législation et des problématiques d’interprétation d’une convention minière qui permettent aux investisseurs d’obtenir des dérogations !

A part la nécessité de renforcer leurs législations, les États miniers doivent aussi se soucier de la formation des équipes et de la situation des infrastructures pour l’évacuation de leurs matières premières, transformées ou non transformées. Pour la République centrafricaine, le cabinet d’avocats De Gaulle Fleurance & Associés vient d’organiser une première session de formation des agents administratifs issus de tous les ministères concernés par le secteur minier. Elle s’est déroulée à Kigali au Rwanda, du 2 au 9 décembre 2019.

 

1 commentaire

N
Mais avec tous les risques que prennent ces centrafricains, creuseurs de carrières de mines appelés les nangbatas, que gagnent-ils au final dans ces travaux pénibles ? rien du tout sinon que des miettes que leurs patrons (souvent des étrangers) leur balancent. Ils travaillent sans couverture assurance-risque. Pour ons (souvent des étrangers) leur balancent. Ils travaillent sans couverture assurance-risque. Pour eux, c'est la pire souffrance: ils creusent en évoluant horizontalement dans des profondeurs perdues sans sécurité dans des poches privées souvent d'oxygène. Ils meurent par asphyxie ou enterrés vifs par un coup de grisou (éboulement de terre) et leurs corps ne seront jamais repéchés. Le site du grisou constitue leur tombe. La Centrafrique est un pays riche en diamants et or qui s'extraient du sous sol que par des villageois à la barre à mine, pioches et pelles avec les risques fréquents de drames mortels que cela comporte. Mais les vrais bénéficiaires de cette chaîne d'exploitation sont ceux se trouvant hors des trous des mines et des sites à risque. Ils paient à des prix extrêmement dérisoires entre les mains des nangbatas les produits dont-ils ont soutirés par leur risques et périls des profondeurs. Il s'agit de l'exploitation inhumaine de l'homme par l'homme. Or, il est connu que le diamant n'a pas un prix fixe; car du nangbata au chantier ou le diamant est pris presque gratuitement jusqu'au marché international à Anvers en Belgique, le prix d'un même diamant grimpe de manière vertigineuse. Dans tout ce remu menage très rentable pour les profiteurs, le gouvernement se tient qu'aux taxes perçues sur les sociétés exploitantes alors que ça devrait être lui de détenir le monopole d'exploitation avec tout le bénéfice du chantier jusqu'à l'exportation. Mais dans le cas actuel, si le gouvernement se limite seulement à la perception des taxes sur les mines, il doit par ailleurs aussi imposer un contrôle permanent et rigoureux auprès des sociétés exploitantes dans l'application et le respect des règles de sécurité des ouvriers creuseurs dans les chantiers. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Mercredi 15 avril, Pékin a accepté, avec les autres pays du G20, de geler, pour une année, une partie de la dette de 77 pays dont une quarantaine d » ...la suite
Beaucoup de pays africains sont notamment concernés par la mesure, permise par le Fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes. Le » ...la suite
En Centrafrique, alors que le grand forum minier, la SEMICA, s’est achevé la semaine dernière, au marché artisanal de Bangui les bijouteries esp » ...la suite
Une délégation du groupe nigérian, Dangoté group, du nom de l’homme le plus riche d’Afrique et 23eme fortune mondiale (25 milliards de dollars » ...la suite
L’interdiction qui pèse encore sur les exportations de diamants en provenance de la République centrafricaine (RCA) pourrait bientôt être levée » ...la suite
L’amélioration de la situation sécuritaire en république centrafricaine entraîne des perspectives économiques positives avec une croissance du » ...la suite
Le Groupement des Transporteurs Centrafricains a une nouvelle tête dirigeante. L’opérateur économique, Sani Yalo en est le nouveau président. » ...la suite
À l’instar des autres pays du Bassin du Congo, la République centrafricaine (RCA) prend part à l’atelier régional sur la protection et le suiv » ...la suite
Au moins 1000 participants sont attendus les 17 et 18 mai prochain à Bangui, la capitale centrafricaine au Forum Africa developpement for Bangui, un » ...la suite
Sous le Haut Patronage de SE Pr. Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, le Gouvernement de la République Centrafricaine à travers » ...la suite