Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : 401 millions $ sont nécessaires pour le Plan de réponse humanitaire 2020 (OCHA)
Centrafrique : 401 millions $ sont nécessaires pour le Plan de réponse humanitaire 2020 (OCHA)

Centrafrique : 401 millions $ sont nécessaires pour le Plan de réponse humanitaire 2020 (OCHA)

 

(Agence Ecofin)  22 janvier 2020 15:44 - La Centrafrique a besoin de 401 millions $ pour répondre à ses besoins humanitaires en 2020. C’est ce qu’a indiqué le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), dans un communiqué publié cette semaine.

Les nouveaux fonds devraient servir à mettre en place le plan de réponse humanitaire (PRH) 2020 du pays. Celui-ci vise à venir en aide à 1,6 million de personnes extrêmement vulnérables, exposées à l’insécurité et à l’insuffisance des ressources alimentaires.

En raison des violences liées à la présence de nombreux groupes armés qui se battent pour le contrôle des ressources minières du pays, la situation humanitaire de la Centrafrique s’est détériorée ces dernières années. D’après l’ONU, le pays compte au total 2,6 millions de personnes ayant besoin d’assistance et de protection humanitaire (plus de la moitié de la population). Parmi elles, 1,7 million ont besoin d'une assistance immédiate pour survivre.

« Si l'assistance n'est pas fournie à grande échelle, la situation humanitaire déjà critique va se dégrader davantage en 2020 », a à cet effet indiqué Denise Brown coordonnatrice humanitaire en République centrafricaine, qui appelle les donateurs à poursuivre leurs efforts en faveur du pays.

En 2019, les besoins humanitaires de la Centrafrique se sont élevés à 430 millions $. 300 millions $ ont été mobilisés pour le pays cette année-là ; ce qui a permis de venir en aide à 1,1 million de personnes sur un objectif de 1,7 million.

Moutiou Adjibi Nourou  

 

 

Réponse humanitaire la Centrafrique veut mobiliser 401 millions de dollars

 

http://www.adiac-congo.com/ Mercredi 22 Janvier 2020 - 16:24

 

La Centrafrique a besoin de 401 millions de dollars pour répondre à ses besoins humanitaires en 2020, a indiqué, dans un communiqué, le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Ces fonds devraient servir à mettre en place le Plan de réponse humanitaire (PRH) 2020 du pays. Celui-ci vise à venir en aide à 1,6 million de personnes extrêmement vulnérables, exposées à l’insécurité et à l’insuffisance des ressources alimentaires.

En raison des violences liées à la présence de nombreux groupes armés qui se battent pour le contrôle des ressources minières du pays, la situation humanitaire de la Centrafrique s’est détériorée ces dernières années. D’après l’Organisation des Nations unies, le pays compte au total 2,6 millions de personnes ayant besoin d’assistance et de protection humanitaire (plus de la moitié de la population). Parmi elles, 1,7 million ont besoin d'une assistance immédiate pour survivre.

« Si l'assistance n'est pas fournie à grande échelle, la situation humanitaire déjà critique va se dégrader davantage en 2020 », a, à cet effet, indiqué Denise Brown, coordonnatrice humanitaire en République centrafricaine, qui appelle les donateurs à poursuivre leurs efforts en faveur du pays.

En 2019, les besoins humanitaires de la Centrafrique se sont élevés à quatre cent trente millions de dollars. Trois cents millions de dollars ont été mobilisés pour le pays cette année-là ; ce qui a permis de venir en aide à 1,1 million de personnes sur un objectif de 1,7 million.

Josiane Mambou Loukoula

 

Centrafrique : 401 millions de dollars us pour la réponse humanitaire en Centrafrique

BANGUI, le 22 janvier 2020 (RJDH)---Lancé ce mardi 21 janvier à Bangui, le Plan de réponse humanitaire 2020 pour la Centrafrique requiert environ 401 millions de dollars pour répondre aux besoins urgents de plus de 1,6 millions de personnes vulnérables sur 2, 6 millions à travers le pays.

401 millions de dollars américains, c’est environ la somme dont la communauté humanitaire aura besoin pour répondre aux besoins de plus de 1,6 millions de personnes vulnérables pour l’année 2020. Ce plan présente les priorités et paramètres de la réponse au niveau stratégique et opérationnel que la communauté humanitaire vise à apporter en 2020 sur la base d’une compréhension partagée de la crise.

Virginie Baikoua, Ministre de l’Action Humanitaire et de la réconciliation, a indiqué que, « cette année, au niveau des chiffres, nous avons baissé au niveau de montant à mobiliser. Nous sommes à 400 millions de dollars américains, c’était un peu plus l’année dernière. Aussi le nombre des besoins, selon les répartitions, est clair mais il y a encore un problème, les gens sont dans les besoins d’assistance humanitaire », reconnait-elleet se réjouit de ce que « ce Plan de réponse humanitaire pour l'année 2020 prenne en compte les solutions durables ».

Pour la Coordonnatrice humanitaire dOCHA en République centrafricaine, Mme Denise Brown, il faut que les acteurs humanitaires poursuivent leurs efforts, afin d’alléger les souffrances de ceux qui ont besoin d’une aide humanitaire. « Si l’aide humanitaire n’est pas fournie à grande échelle, la déjà très grave situation humanitaire se détériorera davantage en 2020 », a-t-elle ajouté.

 A en croire, François Batalingaya Chef de Bureau OCHA à Bangui, l’action humanitaire prend en compte tous les secteurs pour cette année 2020. « L’action Humanitaire en Centrafrique peut se résumer en un seul point. En 2019, nous avons pu assister 1,1 millions de personnes dans le pays, on peut parler par exemple des sinistrés des inondations qui ont affecté Bangui et une partie des provinces.  Nous parlons d’environs plus de 100 mille personnes qui ont été affectées, ainsi ceux qui ont été assistés dans le Sud-Est et aussi ceux qui n’ont pas été assistés depuis plusieurs années. Un quart de la population est en déplacement et parmi ces personnes nous avons presque 600 000 personnes dans le camp des déplacés et ces personnes ont toujours besoin d’assistance. Le plan comprend presque tous les secteurs, la santé, l’éducation, eau hygiène et assainissement et la logistique », a précisé le Chef de Bureau OCHA à Bangui

Virginie Baikoua a, par-ailleurs, déploré les attaques dirigées contre les acteurs humanitaires en Centrafrique en 2019, ce qui place le pays au rang des pays les plus dangereux pour les humanitaires.  « Au niveau des acteurs humanitaires, il y a des chiffres qui ont été avancés par rapport aux attaques qui ont été perpétrés contre les acteurs humanitaires sur le terrain dont 5 y ont laissé leurs vies, et plus d’une quarantaine blessée alors que normalement personne ne perdre sa vie en allant sauver de vie », s’est-elle plainte.

1,6 million de personnes en situation d’extrême vulnérabilité sont visées par ce plan de réponse humanitaire.

Pamela Dounian-Doté

 

 

Centrafrique : Présence des hommes armés signalée à Nanga-Boguila dans l’Ouham

NANGA-BOGUILA, le 22 janvier 2020 (RJDH)--- Plusieurs véhicules sont restés bloqués à Nanga-Boguila, dans l’Ouham, en raison d'une attaque armée contre deux jeunes hier nuit aux environs de 19 heures à 13 km de la ville par des individus difficilement identifiables, sur l'axe Nana-Baria.

De sources locales, tous les témoignages confirment la présence des hommes en armes difficilement identifiables dans cette partie du pays depuis quelques temps. A titre illustratif,« Deux jeunes en provenance de Paoua ont été attaqués hier à 13 km de Nanga-Boguila aux environs de 19 heures. Les assaillants les ont dépouillés de tout », a rapporté au RJDH un habitant de la localité.

Les inquiétudes des habitants de la ville sont fondées sur la présence d’un groupe armé qui écume la région et cette situation provoque déjà la psychose dans les villages avoisinants, a déclaré une autre source.

Au regard de la situation, les trafics sont bloqués dans la région et le mouvement des biens et des personnes est devenu hypothétique, à en croire les habitants de Nanga-Boguila. « Les véhicules sont bloqués à Bossangoa et ne peuvent arriver ici à cause de ces personnes par crainte d’être attaqués. Il n’y a aucune force de l’ordre dans la ville de Nanga-Boguila et nous nous sentons abandonnés. Le contingent camerounais de la MINUSCA est là mais ne fait rien pour nous redonner confiance. Il faut nous envoyer des forces de défense et de sécurité », témoigne un autre.

Une source sécuritaire à Bossangoa, contactée, a confirmé les informations au RJDH tout en relevant que les éléments des forces de sécurité intérieure ne peuvent pas se déporter dans la région car, dit-elle, n’ont « aucune idée sur l’identité de ces gens de peur de tomber sur des tireurs embusqués », a-t-elle déclaré.

Les deux jeunes hommes victimes d’agression armée ont été évacués ce matin par avion vers Bangui pour recevoir des soins intensifs. A l'heure actuelle, c'est la torpeur qui s'est emparée des populations de la région craignant une attaque armée.

Vianney Ingasso

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Monsieur le Président, distingués membres du Conseil de sécurité, Mesdames et Messieurs, J’ai l’honneur de faire un exposé au Conseil de » ...la suite
Compte tenu de l’entretien avec S.E.M.A Matias Bertino MATONDO, Représentant Spécial du Président de la Commission de l’Union Africaine, Chef d » ...la suite
Devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial des Nations Unies pour la République centrafricaine, Mankeur Ndiaye, a déploré jeudi les » ...la suite
Devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial des Nations Unies pour la République centrafricaine, Mankeur Ndiaye, a déploré jeudi les » ...la suite
C’est au cours d’une visite de 72 heures que le Président de la Configuration RCA de la Commission de Consolidation de la Paix des Nations-Unies, » ...la suite
Le bois de vène est une essence précieuse qui sert à fabriquer des meubles de luxe en Chine. Menacée d’extinction à cause de la forte demande c » ...la suite
À l’heure actuelle, le nombre de spécialistes russes qui se trouvent en République centrafricaine pour former des unités militaires et policièr » ...la suite
Après une visite en République centrafricaine, un expert indépendant des Nations Unies a déclaré que tout le monde devait prendre les mesures né » ...la suite
l'issue d'un procès hors normes pour la Centrafrique, le verdict est lourdement tombé, vendredi 7 février à Bangui. Cinq chefs de milice anti-bala » ...la suite
Malgré la déclaration de l'ambassadeur de Russie en République centrafricaine concernant la présence d’entreprises russes dans le pays, les spé » ...la suite