Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur Xinhua
Nouvelles nationales sur Xinhua

Centrafrique : 34 conseillers électoraux seront déployés dans le pays avec l'appui de la MINUSCA

 

Par : Yann |  French.china.org.cn |  le 13-02-2020

 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) a accueilli jusqu'ici 34 conseillers électoraux pour soutenir les autorités centrafricaines dans l'organisation des prochaines élections prévues entre fin 2020 et début 2021, d'après un communiqué de la MINUSCA publié mercredi.

Ces conseillers seront déployés à la fois dans la capitale centrafricaine Bangui ainsi que dans les seize préfectures que compte le pays pour accompagner l'Autorité nationale des élections (ANE), la structure chargée de la préparation et de l'organisation des élections en Centrafrique, précise le communiqué.

En plus des conseillers électoraux, les militaires et la police de la MINUSCA continuent de travailler avec des partenaires nationaux et internationaux dans la sécurisation des prochains scrutins présidentiel et législatif, a souligné Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSCA, lors d'un point de presse tenu ce mercredi.

D'après lui, la MINUSCA est mandatée pour offrir des appuis sécuritaire, opérationnel et logistique dans l'organisation des élections. En particulier, elle facilitera l'accès aux zones reculées et coordonnera l'assistance électorale internationale.

Lors du dernier sommet de l'Union africaine, le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres et le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra ont fait le point sur les progrès réalisés et les défis liés à la préparation des élections en Centrafrique, a rappelé M. Monteiro.

Source: Agence de presse Xinhua

 

 

RCA: trois morts dans un affrontement intercommunautaire dans l'extrême nord-est

 

Par : Yann |  French.china.org.cn |  14-02-2020

 

Trois personnes ont été tuées et sept autres grièvement blessées dans un affrontement interethnique survenu jeudi à une dizaine de kilomètres au nord-est de la ville centrafricaine de Birao (extrême nord-est), a-t-on appris de sources locales.

D'après l'une d'elles, cet affrontement a opposé des membres de la communauté Rounga et Sara à ceux de la communauté Kara. Selon cette même source, il s'agit d'un conflit aux origines lointaines, déjà marqué par les affrontements en juillet, septembre et décembre dernier entre le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ), deux factions rivales de l'ancien mouvement rebelle de la Séléka.

Dans un communiqué conjoint, les représentants de l'Union africaine (UA), de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) et de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) ont condamné jeudi cette résurgence des combats et ont rappelé aux belligérants du FPRC et du MLCJ que cela constituait une violation flagrante de l'accord de paix du 6 février 2019 dont ils sont signataires.

Le 6 février, le président Faustin-Archange Touadéra avait déclaré que l'heure n'était plus aux simples condamnations de principe des violations délibérées et flagrantes de l'accord de paix. Pour lui, ces condamnations, ainsi que les appels à la cessation des violences, sont compris par certains groupes armés réfractaires comme une compréhension ou une tolérance de leurs crimes et, par les populations victimes, comme une indifférence du gouvernement et de la communauté internationale vis-à-vis de leurs souffrances.

 

Source: Agence de presse Xinhua

 

 

RCA : le maire de Bangui s'oppose à un projet de manifestation contre la MINUSCA

 

BANGUI, 13 février (Xinhua) -- Le maire de la capitale centrafricaine de Bangui, Emile Gros Raymond Nakombo, s'est opposé jeudi à un projet de manifestation dans les prochains jours contre certains cadres de la mission onusienne de paix en Centrafrique (MINUSCA).

Pour Emile Gros Raymond Nakombo, il risque de compromettre les relations entre les autorités locales et les partenaires de la communauté internationale qui ont consenti d'énormes efforts pour tenter de stabiliser le pays depuis le déclenchement de la crise.

Il a incriminé une frange de la jeunesse, taxant ce projet de sabotage, et a attiré l'attention des chefs des quartiers et des maires d'arrondissement pour qu'ils soient vigilants quant à la fabrication des banderoles destinées à cette manifestation.

Les partenaires nationaux et internationaux de la République Centrafrique avaient déjà dénoncé mercredi ce projet de manifestation contre la MINUSCA, notant dans un communiqué que les auteurs et instigateurs de campagnes de désinformation, de stigmatisation et de messages de haine étaient passibles de poursuites judiciaires.

Interrogé sur ce sujet mercredi, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a considéré cette campagne comme visant à discréditer la mission dans le but de compromettre les progrès difficilement acquis dans le pays.

 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La croissance économique en Centrafrique passera-t-elle par le secteur minier ? Le gouvernement est optimiste et incite les investisseurs et artisans » ...la suite
En Centrafrique, pour une première fois, la loi de réglementation du secteur pharmaceutique vient d'être adoptée ce 25 février 2020 par les Elus » ...la suite
Douze combattants d’un groupe armé qui tentaient de pénétrer dans une ville du nord-est de la Centrafrique sont morts dans des combats dimanche a » ...la suite
La mission de formation de l'Union Européenne en République Centrafricaine (EUTM-RCA) accompagne le pays dans sa Réforme du Secteur de la Sécurit » ...la suite
Les Forces Armées Centrafricaines (FACA) sont finalement arrivées à Obo jeudi 13 février aux environs de 15 heures, confirme une autorité préfec » ...la suite
L'ancien Premier ministre et député Martin Ziguelé dénonce la mainmise des groupes armés sur le territoire après un incident alors qu'il allait » ...la suite
« Cet après-midi aux environs de 14 heures au village Bourdoul à 19 kms de Bocaranga sur l'axe de Man, avec toute la délégation du MLPC que je c » ...la suite
À Bangui, des heurts violents ont eu lieu dans le quartier commerçant du PK5 à majorité musulmane fin décembre. Plus de trente personnes ont ét » ...la suite
Après 7 ans d'absence, la brigade de la gendarmerie de Nanga Boguila est désormais opérationnelle. Une présence qui témoigne du retour de l'autor » ...la suite
La Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) salue la décision de la cour criminelle, dans un communiqué publié quelques heures ap » ...la suite