Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Bangui : Plus de 2000 personnes dans la rue pour demander le départ de trois cadres de la Minusca
Bangui : Plus de 2000 personnes dans la rue pour demander le départ de trois cadres de la Minusca

 

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 18 février 2020 10:12

 

Plusieurs centaines de jeunes se réclamant du Mouvement des patriotes centrafricains pour la paix ont pris d'assaut ce 17 février la place des Nations Unies. Ils exigent de la Minusca, le départ de trois de ses cadres expatriés qu'ils accusent d'être de connivence avec les groupes armés.

La manifestation a été officiellement interdite par les autorités centrafricaines, mais les manifestants ont bravé cette interdiction. Plus de deux mille selon les organisateurs, ils ont fait un sit-in d'au moins 2 heures, place des Nations-Unies à l'intersection des Avenues Boganda et Conjugo. Sur les banderoles et pancartes  scandées, on pouvait lire, "Nettoyage à la Minusca", "les mercenaires doivent partir". Ces personnes demandent en effet, le départ de Ray Tores, José Carlos et Zlato Dimitrov, tous cadres de la Minusca. Ils sont soupçonnés par le Mouvement des patriotes centrafricains pour la paix d'être à l'origine de nombreux troubles sécuritaires dans le PK5 de Bangui et dans certaines régions de Centrafrique. "Sur 13.000 personnes employées à la Minusca, nous en avons demandé le départ de trois à savoir : Ray Tores, José Carlos et Zlato Dimitrof. Ils sont impliqués dans plusieurs manœuvres machiavéliques et leurs noms sont cités dans plusieurs sources même dans les milieux des groupes armés," a martelé Bethsaïda Mbongo, président du Mouvement des patriotes centrafricains pour la paix.

Craignant un débordement et face au gêne occasionné sur la circulation à ce carrefour important, le gouvernement a dépêché sur les lieux le ministre Henri Wanzé Linguissara de la sécurité publique et Sylvie Baïpo Témon des Affaires Etrangères. "Je précise que cette marche a été interdite, mais les jeunes se sont entêtés pour exiger ma présence et celle de ma collègue des Affaires étrangères pour remettre leur mémorandum" a précisé le ministre de la sécurité publique expliquant que si lui et sa collègue ne se présentaient pas, les manifestants allaient "eux-mêmes à la Minusca pour remettre le mémorandum".

Après la remise du mémorandum aux membres du gouvernement, la foule s'est dissipée et la circulation a repris. La Minusca n'a pas encore officiellement commenté cette manifestation, car elle avait déjà dénoncé l'appel à manifester dans un communiqué. 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les nouvelles installations sanitaires achevées viennent d’être inaugurées par un président Faustin Archange Touadera, totalement satisfait du t » ...la suite
L’ambassade des États-Unis en République centrafricaine (RCA) est profondément attristée par la nouvelle de la mort de trois Casques bleus burun » ...la suite
Le Rwanda a déployé plusieurs centaines de soldats en République Centrafricaine (RCA). L’annonce a été faite dans la nuit de dimanche à lundi » ...la suite
La Fédération de Russie et le Rwanda volent militairement au secours de la RCA » ...la suite
La Centrafrique, qui élit son président le 27 décembre prochain, de même qu'une douzaine d'autres Etats africains, dont l'Algérie, sont le théâ » ...la suite
La société Facebook a annoncé mardi la découverte de campagnes de désinformation rivales par la France et la Russie face aux élections présiden » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) exprime de fortes préoccupa » ...la suite
Dans le but de soutenir la tenue des élections en Centrafrique, l’Union Européenne à travers lAgence Belge (ENABEL Centrafrique), a possédé ce » ...la suite
La Minusca et ses partenaires s'activent pour des élections calmes en Centrafrique. Ils ont ouvert des discussions individuelles avec tous les candid » ...la suite
La Centrafrique va accélérer les travaux d’interconnexion au Cameroun par fibre optique, lancés en octobre 2019, qui accusent actuellement du ret » ...la suite