Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique : Interpellation de la ministre des Affaires étrangères par les députés
Centrafrique : Interpellation de la ministre des Affaires étrangères par les députés

Centrafrique : Interpellation de la ministre des Affaires étrangères par les députés

 

https://www.radiondekeluka.org/ jeudi 19 mars 2020 14:45

 

Convoquée par la représentation nationale ce 18 mars 2020 sur des questions qui touchent à la vie de la Nation, la ministre des Affaires étrangères et des centrafricains de l’étranger Sylvie Baïpo Temon, est tenue d’apporter des éclaircissements sur les maux qui minent le fonctionnement de son département notamment, les grèves récurrentes du personnel.

Trois questions ont marqué cette séance d’interpellation, sous fond de tension. Tout d’abord, les grèves à répétition qui ternissent l’image de ce ministère considéré comme vitrine du pays à l’extérieur. Ensuite, le sujet de délivrance de passeports diplomatiques aux étrangers, largement critiqué par les médias en ligne et enfin, la place de la RCA au sein des instances internationales notamment la privation de son droit de vote à l’Onu.

Concernant le sujet des grèves récurrentes, la ministre a évoqué la question de la notoriété du personnel de son département qui, vu les dispositions du décret de la fonction publique, est privé de cette prérogative.

"La grève est un droit, mais l’article 54 du décret d’application de la fonction publique stipule un certain nombre d’institutions qui ne peuvent pas du fait, justement, de la notoriété qu’elles représentent. De ce fait, ils ont été appelés, dès lors que l’information et la volonté de grève a été manifestée, par le procureur", a justifié Mme Baïpo Témon.

Sur la question de délivrance des passeports diplomatiques aux étrangers, la ministre a affirmé qu’il s’agit de faux passeports. Toutefois, des investigations sont en cours afin de déterminer les responsabilités. "Ce que je peux dire aujourd’hui, c’est qu’il y a une enquête en cours. Il s’agit bien de faux passeports. La délivrance d’un passeport diplomatique était soumise à juridiction du président de la République, chef de l’Etat et du ministre des Affaires étrangères. Si une enquête est en cours, c’est que les passeports qui ont été saisis ne proviennent pas de la signature du ministre des Affaires étrangères. Ne nous prononçons pas davantage, car la procédure fait son chemin" a martelé Sylvie Baïpo Temon.

Sur les questions de contributions financières de la République centrafricaine auprès de l’Onu, le membre du gouvernement assure qu’une partie de l’argent a été versée et que le gouvernement est à pied d’œuvre pour y remédier.

Certains députés, la plupart de l’opposition, n’ont pas manqué de fustiger la politique diplomatique du gouvernement. Le dernier exemple est le cas des fonctionnaires de la Minusca déclarés  persona non grata et qui, finalement, continuent d’exercer leurs fonctions dans le pays. Pour Bertin Béa, député KNK de Boali, l’arrestation des leaders syndicaux au sein de ce ministère constitue une  violation de liberté syndicale. "Nous savons comment par de hautes luttes, les libertés syndicales ont été conquises dans ce pays. C’est un recul véritable. Mais cela traduit notamment, les dérives du régime actuel ; c’est extrêmement grave," a déploré Bertin Béa.

Cette interpellation intervient pendant que le gouvernement fait face à plusieurs remous sociaux dans divers départements et organes de l’Etat. Du statut particulier de certains fonctionnaires en passant par l’intégration en masse dans la fonction publique, la question sociale est au centre de toutes les préoccupations.       

 

 

Centrafrique: la ministre des Affaires étrangères sous le feu des questions à l'Assemblée

http://www.rfi.fr/ 19/03/2020 - 20:09  De notre correspondante à Bangui,

La ministre des Affaires étrangères étaient appelée ce mercredi matin 18 mars à répondre aux questions des députés à l’Assemblée nationale. Son ministère est secoué depuis plusieurs mois par différentes affaires et face à cette situation, les élus souhaitaient des réponses.

Les dossiers sont aussi nombreux que les questions posées par les élus : l’arrestation de membres syndiqués de son ministère, la perte du vote de la République centrafricaine à l’Assemblée générale des Nations unies, la polémique concernant la demande de mutation de plusieurs agents de la Minusca ou encore une affaire de faux passeports...

« J’ai bien indiqué effectivement que c’était des faux passeports dans la mesure où les passeports diplomatiques, les vrais passeports diplomatiques, sont de la prérogative du président de la République, chef de l’État, ou du ministre des Affaires étrangères. Les passeports qui défraient la chronique n’ont pas été signés par ces deux personnalités. Il y a une enquête en cours donc nous saurons tous au moment venu », a répondu la ministre des Affaires étrangères, Sylvie Baipo Temon.

Sur de nombreuses problématiques concernant le fonctionnement de son ministère ou des chancelleries, la ministre a évoqué des problèmes budgétaires. Ce qui ne convainc pas tous les députés, tels Jean-Pierre Mara : « Je ne crois pas un seul instant à la notion de manque de moyens financiers parce que si on comprend bien, les partenaires nous accompagnent donc ils mettent les moyens qu’il faut pour nous permettre de résoudre les problèmes. L’exécutif a ses priorités, ce qui fait qu'il se retrouve avec des problèmes où ils n’ont plus de moyens. Mais on ne peut pas évoquer le manque de moyens pour justifier pourquoi nous ne résolvons pas le probème... Moi c’est un raisonnement qui ne convient pas du tout. »

La séance a été ponctuée par quelques mouvements d’humeur.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Plus de deux millions trois cent mille personnes, soit environ la moitié de la population de la République Centrafricaine vivent dans un état d’i » ...la suite
Les conséquences de la pandémie sont avant tout sociales. Pour une cinquantaine de décès officiels dus au virus, des milliers de personnes ont vu » ...la suite
C’est une initiative du mouvement « Touadera Notre solution », lors d’une rencontre d’échange entre anciens étudiants ressortissants de l’ » ...la suite
Au total 150 dossiers et 600 incidents sont enregistrés au greffe de la Cour Pénale Spéciale et plusieurs suspects en détention provisoire. C’es » ...la suite
Le groupe armé 3R dirigé par Sidiki Abbas ne s'avoue pas vaincu. Face au déluge de feux de la force conjointe Faca-Minusca, les éléments de 3R op » ...la suite
Le procureur général près la Cour d’appel de Bangui, le magistrat Éric Didier Tambo alias supra national a réagi à l’arrestation de l’aut » ...la suite
La situation du pays, où des élections doivent se tenir en décembre, reste extrêmement précaire compte tenu de la présence de nombreux groupes a » ...la suite
Les évêques de Centrafrique ont vivement dénoncé la mainmise des groupes armés qui ravagent le pays dans une lettre publiée dimanche, alors qu'a » ...la suite
Suite aux nombreux cas de braquages enregistrés de la ville de Bangui ces derniers mois, la gendarmerie nationale a lancé le samedi 05 septembre 202 » ...la suite
La mission conjointe du DDR a enregistré environ 2000 ex combattants dans les préfectures de la Haute-Kotto et de la Vakaga la semaine dernière. Ce » ...la suite