Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Centrafrique : Me Crépin Mboli-Goumba se lance dans la course présidentielle de décembre 2020
Centrafrique : Me Crépin Mboli-Goumba se lance dans la course présidentielle de décembre 2020

 

 

https://www.radiondekeluka.org/ samedi 28 mars 2020 14:18

 

Le président du Parti Africain pour la Transformation Radicale et l'Intégration des Etats (PATRIE) Me Crépin Mboli-Goumba, a annoncé ce 27 mars 2020, via les réseaux sociaux, sa candidature à la prochaine élection présidentielle en Centrafrique. Il table sur une "Nation Forte" où règne la sécurité, un système éducatif prometteur et la santé.

"Aujourd’hui, j’annonce que j’ai accepté d’être candidat à l’élection présidentielle de 2020. Je le fais avec gravité et sens de responsabilité." C'est en ces termes que l'avocat Crépin Mboli-Goumba a dévoilé ses ambitions de se lancer dans la compétition électorale pour la magistrature suprême de l'Etat.

Selon lui, ses motivations sont justifiées par un certain nombre de facteurs qui minent la survie du pays. Il propose par conséquent quelques pistes de sortie de la situation "si désastreuses" selon ces propres mots. "Sur la sécurité, ma position n’a pas varié. Nous mettrons en place une armée forte, républicaine, afin de défaire militairement les mercenaires qui asservissent notre Peuple et nous libérerons l’intégralité de notre territoire national. Je le dis solennellement. Pour moi, le choix est clair" a lancé Crépin Mboli-Goumba.

L'homme politique a, en outre ajouté que "En tant que Chef suprême des armées, ma main ne tremblera pas. Je n’accepterai pas que mon peuple puisse vivre à moitié libre et à moitié esclave. En termes de méthode, il s’agira de conclure des accords rapides et sincères avec nos compatriotes du Nord-est, qui sont des Centrafricains comme les autres, afin qu’ils nous prêtent main forte dans la lutte implacable contre ces mercenaires. Car chaque année qui passe, ces mercenaires deviennent plus forts, mieux équipés et plus arrogants. Chaque année il en arrive des milliers, à la recherche de l’or, du diamant, mais surtout attirés par la bienveillance de nos autorités à leur égard" a martelé M. Mboli-Goumba.

Le président du PATRIE s'engage dans la course présidentielle dans un contexte où beaucoup de centrafricains se posent de question sur l'impact que peut avoir le coronavirus sur le chronogramme électoral.

 

NDLR : En ce moment le monde entier s'est pratiquement arrêté et c'est la lutte contre le COVID-19 qui est la préoccupation de l'heure 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance de » ...la suite
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique i » ...la suite
En plus des attaques des groupes rebelles pour empêcher le déroulement du processus électoral en Centrafrique, le refus par l’opposition de parti » ...la suite
La coalition de l'opposition en Centrafrique a annoncé mardi 2 février se retirer entièrement des élections législatives, dénonçant un « simul » ...la suite