Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

Bangui: Des forces de sécurité dans les rues pour faire respecter les mesures contre le Covid-19 dans les transports en commun

 

https://www.radiondekeluka.org/ samedi 4 avril 2020 10:46

 

Depuis l'annonce des mesures supplémentaires et drastiques par le chef de l'Etat, Faustin Archange Touadéra contre le Covid-19, certaines consignes ne sont pas respectées par les habitants de Bangui. De l'interdiction de rassemblement de plus de 15 personnes en passant par les mesures de restriction, le constat reste le même. C'est à ce titre que les autorités du pays ont lancé, le lundi 30 mars 2020, une vaste opération de contrôle dans les transports en commun.

Cette vaste opération de contrôle et de suivi s'effectue sur les grandes artères de Bangui. Les éléments de la force publique déployés, sont tenus de faire respecter les consignes mises en place par le gouvernement. Au cours de cette opération qui vise la régularisation des transports en commun, les gendarmes sont positionnés le long des avenues et aux coins des rues. Des véhicules de transport voire des mototaxis sont stoppés. Après un contrôle effectif du nombre de passagers, le véhicule peut reprendre la route tranquillement. Cependant, en cas de surcharge ou de surplus, l'excédent doit être débarqué sans conditions.

Après l'annonce des mesures supplémentaires du chef de l'Etat, des arrêtés subsidiaires ont été pris par le gouvernement. Les transports en commun doivent revoir leurs effectifs. Cette recommandation demande aux minibus de transporter moins de 10 passagers, les taxis quant à eux, doivent limiter à 3 le nombre de passagers et les mototaxis un passager.

Les avis sont partagés autour de cette réglementation. Pour les conducteurs interceptés, notamment ceux de mototaxis, le mobile de cette opération n'est pas justifié. Selon eux, lors de l'interpellation, les éléments des forces de l'ordre immobilisent leurs engins et leur demande de payer l'infraction.

"Au lieu de nous prodiguer des conseils après la saisie de nos motos, ils confisquent nos engins et nous demande de payer une quittance de 15000 francs. Je leur ai proposé 5000F, mais ils ont refusé. Ils m'ont arrêté alors que je transportais 2 personnes. Alors, je demande aux conducteurs de moto de ne plus le faire" regrette un conducteur de mototaxi.

Pour quelques passagers rencontrés en cours de route ou encore débarqués de ces moyens de transport, l'initiative est louable. Car c'est une question de santé publique.     

"Certaines personnes ne sont pas contentes de cette initiative. Quand à moi, j'en suis ravi. Mieux vaut prévenir que guérir. Nous devons prendre notre responsabilité car notre santé dépend d'abord de nous" a fait savoir Gaby Brandon Bella, un des passagers débarqués.

La République centrafricaine totalise ce jour huit cas confirmés du coronavirus. Les deux derniers cas annoncés ce mercredi 1er mars 2020 par les autorités, proviennent d'une contamination locale et leurs porteurs résident à Bangui.   

 

 

Conséquences de la pandémie du coronavirus sur l'économie centrafricaine

 

vendredi 3 avril 2020 13:06

 

La pandémie du coronavirus n'a pas que des conséquences sur le plan sanitaire. Les économies des pays sont aussi durement affectées. Cette question a été au menu de l'entretien qu'a accordé Rodrigue Le Roi Benga à son invité. Didace Sabone, banquier et économiste précise qu'il n'est pas question de critiquer les mesures mises en place par le gouvernement afin de freiner la propagation du coronavirus. Mais plutôt, d'évoquer les effets économiques néfastes de cette pandémie.

 

https://www.radiondekeluka.org/actualites/economie/35368-consequences-de-la-pandemie-du-coronavirus-sur-l-economie-centrafricaine.html

 

Centrafrique: La flambée des prix des denrées alimentaires inquiète les consommateurs

 

https://www.radiondekeluka.org  lundi 6 avril 2020 14:49

 

Depuis l'annonce des mesures supplémentaires de restrictions ordonnées par le président de la République, Faustin Archange Touadéra le 26 mars 2020, presque tous les prix des produits de première nécessité connaissent une augmentation. Certains produits ont vu leurs prix doublé pendant que d'autres sont quasi invisibles sur le marché. Cette situation inquiète les consommateurs qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts.

La pandémie du Covid-19, déclarée le 14 mars 2020 en République centrafricaine, a poussé le gouvernement à prendre certaines mesures pour freiner la propagation du virus. Après la confirmation des cinq premiers cas par le ministère de la Santé, les autorités du pays ont annoncé à la fin du mois de mars, des mesures supplémentaires. Ces restrictions concernent l'interdiction des regroupements au-delà de 15 personnes, la fermeture temporaire de l'aéroport Bangui-Mpoko, des lieux de culte, bars dancing et débits de boissons, l'interdiction totale de sortir de son lieu de quarantaine, pour les patients et suspects mis en isolement, sauf décision médicale, l'obligation d'isolement pour les cas confirmés, la prorogation de la période de quarantaine et de confinement de 14 à 21, la limitation des cérémonies de deuils, de mariages ou dot à la stricte intimité familiale, la restriction des mouvements des populations entre Bangui et l'intérieur du pays.

Cependant, malgré la volonté des autorités à veiller sur la libre circulation des marchandises, les prix des produits sur les marchés de Bangui, connaissent une hausse considérable. Dans presque tous les marchés de la capitale, le constat est le même. Du marché de Bimbo, Pétévo, Combattant en passant par le centre-ville, les prix de la plupart des produits de première nécessité ont doublé voire triplé. Ce phénomène concerne, les produits tels que l'huile, le savon, la farine de blé, le riz et bien d'autres. Les vendeurs détaillants accusent les grossistes d’être à l’origine de cette flambée de prix.

"Je vends du café avec des beignets. Auparavant, nous achetions un bidon d'huile à 22 500 ou 23 000 francs. Hier subitement, je l'ai payé à 28 000 francs. En plus, il m'a été rapporté par les grossistes que dans 2 jours, le sac de la farine de blé passera à 30 000 francs" affirme une vendeuse au marché Bimbo.

Au cours des investigations faites par Radio Ndeke Luka, d'autres aliments à l'exemple des produits surgelés connaissent également une hausse au niveau de leurs prix. Situation dénoncée par les détaillants qui pointent du doigt les grossistes.

"Je vends des produits congelés tels que le poulet. Les pattes sont à 500 Fcfa le tas et les différents morceaux sont à 1000 francs. Sauf que les Libanais ont augmenté les prix. Un carton de dos de poulet qui se vendait à 10500 Fcfa est passé à 13 000 francs. Nous avons ajouté quelque chose sur les prix  pour avoir un petit bénéfice" explique un vendeur de volailles.  

Certains commerçants justifient cette hausse par la fermeture des frontières camerounaises alors que cette décision ne concerne pas le transport de marchandises. A cela s'ajoute la rareté des produits locaux. Il est difficile pour certains de s'alimenter en manioc, produit local qui ne connait pas les circuits d'importation.

"Hier soir, nous avions peiné pour avoir la farine de manioc. La cuvette est passé de 3000 à 4500 voir 5000 francs," ajoute Parfait Grezowé habitant le quartier Bimbo.

Pointés du doigt par les détaillants, les grossistes se réservent de tout commentaire. Cependant le ministre de l’Economie met en garde contre cette pratique. Il rassure par ailleurs que ces mesures ne concernent pas la circulation des marchandises.

"Lorsqu'on a annoncé la fermeture des frontières, automatiquement on a vu une poussée inflationniste. On trouve que ce n'est pas cohérent dès lors que les stocks sont de cours. On ne peut pas jouer sur ça pour créer d'autres problèmes sociaux à la population. Nous avons tous convenu qu'au niveau de chaque pays, des mesures doivent être prises," a martelé Félix Moloua, ministre de l'Economie et du Plan.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dr Pierre Somsé, Ministre de la Santé a indiqué au RJDH qu’il n’est pas atteint de Covid_19. Plusieurs informations ont confirmé la positivit » ...la suite
Signé le 6 février 2019 à Bangui, l'accord de paix conclu entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés actifs dans le pays, souffre de » ...la suite
Si la signature de l’accord de paix en février 2019 avait permis une diminution des actes de violences sur le terrain, les incidents sécuritaires » ...la suite
Le gouvernement fixe la période d’établissement de la liste électorale pour le 22 juin 2020 selon le décret n°20.182 signé par le président d » ...la suite
La ville de Obo dans le Haut-Mbomou, secouée le 20 mai 2020 par des affrontements entre les Forces armées centrafricaines et les combattants de l'UP » ...la suite
Les arrestations de membres de groupes armés, signataires de l’Accord de Khartoum, par la MINUSCA, ouvre une nouvelle période pleine d’incertitu » ...la suite
Les députés centrafricains viennent d'acter ce 25 mai 2020, la loi interdisant les emballages et sachets en plastique non biodégradables. Une avanc » ...la suite
La situation sécuritaire à Obo est au centre de préoccupation des leaders politiques et de la société civile. Ils appellent tous à une action po » ...la suite
La Mission des nations unies en Centrafrique (Minusca) a arrêté un chef de guerre et huit de ses miliciens, impliqués dans les tueries qui ont fait » ...la suite
C'est dans un communiqué officiel publié en date du 17 mai que les autorités centrafricaines ont fait une mise au point sur les accusations contre » ...la suite