Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

Centrafrique : La classe politique et la société civile choquées devant la tentative d'invasion de la ville de Obo par UPC

 

https://www.radiondekeluka.org/ mercredi 20 mai 2020 19:24

 

La situation sécuritaire à Obo est au centre de préoccupation des leaders politiques et de la société civile. Ils appellent tous à une action pour sauver la localité en proie à une tentative d'invasion des hommes de l'UPC de Ali Darassa.

Le tissu sécuritaire à Obo se dégrade depuis 72h. Les éléments de l'UPC ont tenté de prendre le contrôle de la ville avant d'être repoussés à trois reprises par les forces armées centrafricaines. C'est dans ce contexte que le président du MLPC Martin Ziguélé a appelé ce mercredi 20 mai 2020 le gouvernement à mettre en place un pont aérien pour renforcer les forces loyalistes. "C'est une situation extrêmement grave, nos vaillants soldats sont entrain de se battre pour préserver l'intégrité de la ville. Ce n'est pas une violation supplémentaire de l'accord de paix, mais l'UPC veut prendre Obo pour faire venir les armes et les hommes du Soudan et du Soudan du Sud pour asphyxier notre pays" a alerté Martin Ziguélé.

Outre cette position, Paul Crescent Béninga, porte-parole du groupe de travail de la société civile (GTSC) qualifie  "l'inaction" du gouvernement de "complicité"."Ce que nous constatons et que nous voulons déplorer, c'est que les FACA ne reçoivent pas un appui conséquent du gouvernement et cela fait trois jours que ça dure. Ils ne peuvent pas tenir jusqu'au bout sans soutien conséquent" a déploré M. Béninga.

Au cours de son interpellation ce 20 mai à l'assemblée nationale, le premier ministre Firmin Ngrebeda a rassuré les députés des mesures prises par le gouvernement afin de protéger non seulement la ville de Obo, mais aussi les régions du nord-est centrafricain.

Le chef de guerre nigérien Ali Darassa est signataire de l'accord de paix du 6 février 2019 dont les dispositions font interdiction à lui et à son mouvement de conquérir de nouveaux territoires.   

 

 

Centrafrique-Obo: Les FACA repoussent une nouvelle attaque de l'UPC

 

https://www.radiondekeluka.org/ mercredi 20 mai 2020 18:35

 

La ville de Obo dans le Haut-Mbomou a été le théâtre de violents affrontements ce mercredi 20 mai 2020 entre les Forces armées centrafricaines et les combattants de l'UPC du chef rebelle nigérien Ali Darassa. Après environ six (6) heures d'intenses combats, l'armée nationale a mis en déroute les assaillants et a pu conserver et renforcer ses positions dans la ville. 

La situation sécuritaire devient inquiétante à Obo, dans le Haut-Mbomou. Une fois de plus, les éléments de l'UPC de Ali Darassa ont attaqué ce mercredi 20 mai 2020 aux environs de 6H du matin, les positions des Forces armées centrafricaines dans la ville de Obo. "Les combats ont été intenses et les tirs à l'arme lourde et légère ont duré plusieurs heures," a témoigné le correspondant local de Radio Ndeke Luka.  

Après plusieurs heures d'intenses combats, la ville est toujours sous contrôle des Forces armées centrafricaines qui ont mis en déroute les combattants de l'UPC, selon des autorités locales. "Nos forces de défense ont valablement défendu Obo et ont repoussé les éléments de l'UPC à plus de 3Kms de la ville. Ils ont capturé six (6) assaillants et mis la main sur d'importants moyens militaires" a fait savoir Jude Ngayoko, Préfet du Haut Mbomou appelant Bangui a déployer de toute urgence des renforts avec des moyens conséquents.

Au cours d'une interpellation à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Firmin Ngrebada a déclaré ce mercredi 20 mai 2020 aux députés que le gouvernement n'a pas croisé les bras face à la situation de Obo. "Nous n'avons pas croisé les bras. Nos FACA se sont battus en hommes et à l'heure où je vous parle, ils ont toujours le contrôle de la ville. Ils ont chassé les éléments de l'UPC à plus de 3Kms de la ville, le ratissage se poursuit" a martelé le Premier ministre précisant par ailleurs qu "un FACA est blessé au pied, trois assaillants sont capturés et il y a eu des morts dans le rang des combattants de l'UPC".   

Malgré un calme apparent, des tirs sporadiques se font encore entendre et la majorité de population a fui le centre de la ville. La Minusca, face à cette énième attaque qu'elle qualifie de "violation de l'Accord de Paix", hausse le ton. Elle somme Ali Darassa de retirer immédiatement ses hommes des alentours de Obo et de cesser toute tentative de marcher sur la ville.

"Par rapport à Obo, le message de la Minusca, c'est qu'Ali Darassa mette fin à l'expansionnisme de l'UPC. Qu'il revienne à ses positions d'avant le 06 février 2019. Il occupait des positions avant la signature de l'accord. Aujourd'hui, on voit qu'il a violé cet accord. Il s'est hasardé dans certaines zones dans le Sud, dont Bambouti, Zémio et les environs de Obo. Le message de la Minusca, c'est qu'il quitte cette zone. La Minusca exécutera son mandat de protection des populations en coordination avec les FACA" a averti Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca.  

Il y a de cela quelques jours, la présence des hommes de l'UPC aux alentours de la ville de Obo inquiétait les populations. Cette attaque repoussée intervient après les deux précédentes les 16 et 18 mai, toujours contrées par les FACA. 

 

1 commentaire

N
CHASSEZ L'UPC DE CENTRAFRIQUE ! PRESIDENT TOUADERA, N'AVEZ VOUS AUCUNE POSSIBILITE DE NEUTRALISER ALI NDARASSA QUI NARGUE DEPUIS DES ANNEES LES CENTRAFRICAINS ? MOI A VOTRE PLACE, SI JE SUIS PRESIDENT ET QUE JE ME RENDE COMPTE QUE DANS TOUS LES CAS, JE N'AI PAS LA CAPACITE DE DEGAGER ALI NDARASSA ET SON GROUPE L'UPC, JCOMPTE QUE DANS TOUS LES CAS, JE N'AI PAS LA CAPACITE DE DEGAGER ALI NDARASSA ET SON GROUPE L'UPC, JE DEMISSIONNE DEVANT LE PEUPLE ET DEVANT DIEU POUR GARDER MA DIGNITE ET PERMETTRE A UNE AUTRE PERSONNE CAPABLE DE PRENDRE MA PLACE POUR SAUVER LES CENTRAFRICAINS DE LA GUEULE DU DEMON NIGERIEN ALI NDARASSA.. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les députés centrafricains sont convoqués en session extraordinaire à partir de ce vendredi 18 septembre 2020. Durant 6 jours, ils examineront et » ...la suite
Plus de deux millions trois cent mille personnes, soit environ la moitié de la population de la République Centrafricaine vivent dans un état d’i » ...la suite
Les conséquences de la pandémie sont avant tout sociales. Pour une cinquantaine de décès officiels dus au virus, des milliers de personnes ont vu » ...la suite
C’est une initiative du mouvement « Touadera Notre solution », lors d’une rencontre d’échange entre anciens étudiants ressortissants de l’ » ...la suite
Au total 150 dossiers et 600 incidents sont enregistrés au greffe de la Cour Pénale Spéciale et plusieurs suspects en détention provisoire. C’es » ...la suite
Le groupe armé 3R dirigé par Sidiki Abbas ne s'avoue pas vaincu. Face au déluge de feux de la force conjointe Faca-Minusca, les éléments de 3R op » ...la suite
Le procureur général près la Cour d’appel de Bangui, le magistrat Éric Didier Tambo alias supra national a réagi à l’arrestation de l’aut » ...la suite
La situation du pays, où des élections doivent se tenir en décembre, reste extrêmement précaire compte tenu de la présence de nombreux groupes a » ...la suite
Les évêques de Centrafrique ont vivement dénoncé la mainmise des groupes armés qui ravagent le pays dans une lettre publiée dimanche, alors qu'a » ...la suite
Suite aux nombreux cas de braquages enregistrés de la ville de Bangui ces derniers mois, la gendarmerie nationale a lancé le samedi 05 septembre 202 » ...la suite