Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » GEORGE FLOYD: L’ANALYSE DE WOLE SOYINKA
GEORGE FLOYD: L’ANALYSE DE WOLE SOYINKA

Lu pour vous

 

George Floyd : La solution est assez simple :

 

- Les Afrodescendants sont pour ainsi dire condamnés à l'excellence et à la conquête du pouvoir économique et politique partout où ils vivent.

 

Il ne faut attendre aucun salut ni aucune compassion d'un système fondé depuis le 15ème Siècle sur le pillage de l'Afrique et l'asservissement ou l'infériorisation de ses descendants.

 

Pourquoi voulez-vous que ce système accepte sa propre perte ?

 

Je ne parle pas des Peuples -en désignant le système-, qui n'aspirent qu'à la paix et à la fraternité, mais des états et des groupes d'intérêts qui les dirigent.

 

Ces systèmes oppressent leurs propres Peuples.

 

63 présidents africains ont été assassinés depuis les indépendances des années 60, par ce dernier qui est convaincu que seul le pillage et l'exploitation des Afrodescendants lui permet de survivre.

 

L'Afrique, ne compte presque aucune usine d'armement et pourtant, la même pagaille qui y a été mise pour générer des conflits fratricides entre peuples, royaumes et états, pour alimenter la traite transatlantique et son pillage, continue encore.

 

S'y rajoutent des guerres idiotes de religions impérialistes venues d'ailleurs, des contrées de nos anciens pillards, où elles ne font pas oeuvre de paix.

 

Chaque Afrodescendant est ton frère ou ta soeur au sens littéral du terme, car aucun peuple ni aucune famille de la Côte occidentale ou orientale africaine n'a été épargné par le pillage des âmes et des richesses.

 

Je retrouve aujourd'hui mon héritage culturel en partie perdu du Sénégal, à Cuba, à Haïti, au Brésil, dans chaque coin des Amériques et des Caraïbes.

 

J'y suis dans ma Famille au sens propre.

 

Il nous faut promouvoir l'excellence, la culture, l'entreprenariat, le pouvoir politique, l'unité, la solidarité et la défense de nos intérêts partout et y compris et surtout en Afrique, Terre-mère où tous les Afrodescendants et tous peuples respectueux sont les bienvenus.

 

En nul endroit de la Terre nous n'avons été déportés dans notre intérêt ou pour notre plaisir.

 

Toutes les compétences doivent être mises au service de la Communauté, celle des enfants d'Aduna ou Dunya, le vrai nom de l'Afrique (mot arabe : "Ifrikiyah").

 

Au lieu d'inventer une danse stupide chaque année et de nous limiter à des rôles d'amuseurs publics, ou de passade exotique et de nous vautrer dans la traditionnelle fiesta du weekend, nous devons nous rappeler que les sociétés africaines sont très structurées, que nous avons la civilisation la plus ancienne du monde.

 

Ne nous contentons pas de porter du Wax ou du Bazin  (tissus hollandais), pour nous réclamer Afrodescendants; nous avons une culture bien plus profonde, riche et commune que ce folklore de business ethnique.

 

L'Africain depuis la nuit des temps et jusqu'aujourdh'hui se structure par son patronyme, la famille de sa mère (matriarcat), son honneur, son clan et son Royaume précolonial.

 

Touchez à l'un et il vous combattra sans faille.

 

Tout cela a été brisé par les traites trans-saharienne et transatlantique, mais pas par la brève colonisation.

 

On ne construit une Nation, un royaume ou un empire que par le travail, la détermination, la solidarité, la persévérance, la quête absolue de la liberté, la foi et le combat, au service d'une cause supérieure à notre propre vie.

 

Certains royaumes médiévaux précoloniaux africains existent toujours et les Africains n'ont jamais oublié leurs frères et soeurs arrachés à notre famille.

 

Imaginez vous juste un instant qu'un étranger ou votre voisin entre chez vous et le fasse, oublieriez vous votre mère, votre père, votre soeur, votre frère ou vos enfants ?

 

La colonisation n'a duré qu'un siècle en Afrique (1860's - 1960's), la traite transatlantique a vidé notre Continent pendant 5 siècles et celle trans-sahariienne pendant 11  siècles.

 

L'Egypte existait 8000 ans avant Rome et bien des Empires africains rayonnant à travers le monde plusieurs siècles avant JC.

 

Il n'est pas un centimètre carré de cette Terre où les peuples n'aient été dominés, asservis et réduits en esclavage.

 

*Enrichissons-nous intellectuellement et financièrement, éduquons nos enfants dans des foyers stables, épanouissanrs et aimants, créons des entreprises, fabriquons et achetons prioritairement nos produits car le juteux business ethnique sur notre dos les vide de leurs vrais sens et qualité, partageons notre Histoire, notre culture et notre force qui nous ont permis de survivre à tout pendant des siècles.*

 

Qui connaît son Histoire et forge son destin, ne peut être soumis par l'Homme.

 

" Le Tigre n'a pas besoin de prouver sa tigritude; il tue sa proie et la dévore"

 

(Ne pas attendre d'un système qui a intérêt à vous oppresser, qu'il vous reconnaisse comme pair; battez-vous pour le dominer)

 

 *Wole SOYINKA, écrivain nigérian, prix Nobel de littérature.*

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dans une conclusion d'un article récent, je demandais au Président élu des Français de ne plus remettre les pieds en Afrique puisqu'il n'était pa » ...la suite
Dix ans après le lancement de Serval au Mali, l’ancien président de la République française (2012-2017) affirme, dans une interview à RFI et Fr » ...la suite
Le sociologue centenaire évoque les conflits traversés et plaide pour une résolution négociée du conflit en Ukraine. Le jour est gris, il pleu » ...la suite
Emmanuel Macron a accusé la Russie d'alimenter une propagande anti-française en Afrique pour servir un "projet de prédation" sur des pays africains » ...la suite
En Centrafrique, après sa lettre au président Faustin-Archange Touadéra, Danièle Darlan sort maintenant de son silence médiatique. L'ex-présiden » ...la suite
Dans le discours controversé qu'il a prononcé du haut de la tribune des Nations unies le 24 septembre dernier, le Premier ministre malien par intér » ...la suite
ENTRETIEN. L’économiste et ancien ministre togolais publie un livre plaidoyer dans lequel il propose un nouveau modèle économique basé sur le n » ...la suite
Je reviens de Bangui et ce que j'y ai vu m'a laissé complètement pantois : absence de rues praticables, chaussées abandonnées aux motos-taxis qui » ...la suite
En Centrafrique, c’est la parole d’un homme de paix : le cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, s’inquiète de la montée des d » ...la suite
Cette Chronique n’a pas pour objet de dire à l’Afrique qu’elle doit choisir son camp dans la guerre invisible que se livrent l’Occident et la » ...la suite