Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Abdoulaye Miskine devant la justice tchadienne, la Centrafrique veut sa tête
Abdoulaye Miskine devant la justice tchadienne, la Centrafrique veut sa tête

Lu pour vous

 

https://www.dw.com/ 04.06.2020

 

La justice tchadienne a ouvert une information judiciaire contre le chef rebelle centrafricain d’origine tchadienne, Abdoulaye Miskine, ainsi que trois de ses compagnons, tous détenus à N’Djamena.

Le leader du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC), Abdoulaye Miskine, de son vrai nom Martin Koumtamadji, et trois de ses compagnons, avaient été interpellés à l’est du Tchad et conduit à N’Djamena en octobre 2019.  

A l’époque, Bangui avait dépêché à Ndjamena le ministre centrafricain de la Justice, Flavien Mbatta, en vue de négocier l’extradition de ces rebelles. Mais, le Tchad avait refusé. 

Huit mois après, la justice tchadienne décide finalement d’ouvrir une information judiciaire contre ces rebelles centrafricains. 

Que leur reproche-t-on concrètement ? Pour Maître Mognan Kembetiade, un des avocats des prévenus, ‘’On reproche à Abdoulaye Miskine et aux trois autres, l’infraction d’organisation de mouvement insurrectionnel et de viol, en 2004. Les conseils se réservent pour l’instant le droit de présenter les moyens de défense qui permettront aux juges de rendre une ordonnance digne de ce nom. Il n’a pas été  précisé s’il s’agit de viol commis sur le territoire tchadien ou en territoire centrafricain. Parce que nous n’avons vu aucune plainte annexée au procès-verbal d’enquête préliminaire. Dès l’instant où une information judiciaire est ouverte et le juge d’instruction saisi de l’affaire, je pense qu’on ne peut plus parler d’extradition‘’, explique l'avocat.

Abdoulaye Miskine comme moyen de pression

Selon le juriste politologue Sitack Yombatina Beni, deux hypothèses justifieraient le refus des autorités tchadiennes d’extrader ces rebelles en Centrafrique :

"La première hypothèse plausible qu’on pourrait émettre est que le Tchad refuse qu’Abdoulaye Miskine puisse se retrouver de l’autre côté et fasse un certain nombre de confessions. La deuxième hypothèse qu’on peut émettre également, vue la tension entre la république centrafricaine et le Tchad, est que le Tchad garderait Abdoulaye Miskine et sa suite comme moyen de pression pour permettre de dénouer les relations entre les deux pays. Il aurait été plus facile de les renvoyer en Centrafrique et puis le Tchad pourrait aussi se constituer partie civile. Parce qu’Abdoulaye Miskine n’est pas seulement réclamé par la Centrafrique mais aussi par la Cour pénale internationale (CPI). "

Relations difficiles

Un avis que partage bon nombre de défenseurs tchadiens des droits humains, comme Sosthène Mbernodji, le Coordonnateur du mouvement citoyen pour la préservation des libertés, le MCPL. "Il faut que le Tchad arrête de s’impliquer dans les affaires centrafricaines. Abdoulaye Miskine doit être extradé en Centrafrique puisqu’il est centrafricain. On n’a pas assez de garantie pour que Miskine soit jugé et purge sa peine ici", estime Sosthène Mbernodji.

La DW a tenté sans succès, d’avoir l’avis des autorités judiciaires tchadiennes sur le sujet.

En 2003 et 2014, la République centrafricaine avait accusé le Tchad de soutenir des rebellions contre les différents pouvoirs qui se sont succédés en Centrafrique. Des accusations qui continuent jusque-là d’empoisonner les relations diplomatiques entre Bangui et N’Djamena.

 

1 commentaire

N
SI CE SONT LES OCCIDENTAUX DEPUIS CHEZ EUX QUI DEMANDENT OFFICIELLEMENT L'EXTRADITION D'UN DE LEURS RESSORTISSANTS FAUTIF EN CAVAL, IL EST SÛR ET CERTAIN QUE LE TCHAD N'OSERAIT TENTER AUCUNE RESISTANCE A LA PROCEDURE. LE TCHAD OBEÏRAIT DE MANIERE AUTOMATIQUE A L'INJONCTION DU MAÎTRE. ABDOULAYE MISKINE DOIT ÊTRE EXTE TCHAD OBEÏRAIT DE MANIERE AUTOMATIQUE A L'INJONCTION DU MAÎTRE. ABDOULAYE MISKINE DOIT ÊTRE EXTRADE EN CENTRAFRIQUE, LE PAYS DONT-IL A LA NATIONALITE ET OU IL A COMMIS LES EXACTIONS AFIN D'ÊTRE JUGE SINON, LE TCHAD DOIT TRANCHER L'AFFAIRE AU PLUS VITE EN LE REMETTANT A LA COUR PENALE INTERNATIONALE (CPI). LE CAS D'ABDOULAYE MISKINE NE DOIT EN AUCUN CAS ÊTRE PRIS COMME UNE AFFAIRE D'ETAT ENTRE CENTRAFRIQUE ET LE TCHAD QUI N'A AUCUNE GARANTIE POUR CONDUIRE LE PROCES MISKINE A TERME ET DANS LES MEILLEURS DELAIS POUR LUI FAIRE PURGER LA TOTALITE DE SA PEINE SUR LE SOL TCHADIEN. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le 19 octobre 2020, l’optimisme règne au sein du Conseil de sécurité de l’ONU qui a tenu une réunion spéciale consacrée à la situation en C » ...la suite
Les prochaines élections en Guinée, le 18 octobre et en Côte d’Ivoire, le 31 octobre, constituent des risques majeurs pour un embrasement dans ch » ...la suite
En République centrafricaine, «le temps est venu de faire taire les armes» et de «faire de réels progrès en termes de développement intégral» » ...la suite
Mesdames et messieurs, bonjour. Merci pour votre présence à ce point presse alors que ma visite de deux jours dans le pays touche à sa fin. Avant d » ...la suite
Le Président de la République, Faustin Archange TOUADERA, a accordé ce mardi 29 septembre 2020, à la Présidence de la République, une audience a » ...la suite
Les Nations Unies organisent une réunion ministérielle virtuelle sur la République centrafricaine (RCA), le 1er octobre 2020, co-présidée par le » ...la suite
Sur une photo, le chef de guerre Ali Darass, à la tête de l’UPC, issu de l'ex-Séléka, apparaît en train de s'enrôler sur les listes électoral » ...la suite
Après plusieurs mois de pourparlers entre la Fédération de Russie et les autorités centrafricaines, le ministère russe de la Défense va ouvrir u » ...la suite
Un ex-responsable de la garde du président centrafricain déchu François Bozizé a été mis en examen ce vendredi soir 18 septembre 2020, à Paris, » ...la suite
On s’approche tout doucement du 27 décembre 2020, date prévue pour les élections présidentielle et législatives en République centrafricaine. » ...la suite