Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Le futur ambassadeur en Centrafrique piégé par un fils raciste
Le futur ambassadeur en Centrafrique piégé par un fils raciste

Lu pour vous 

 

https://mondafrique.com/, By La rédaction de Mondafrique 8 juillet 2020

 

Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur à Conakry, est pressenti pour être nommé à Bangui. Seul souci, son fils policier vient de tenir des propos racistes. Ce qui fragilise son éventuelle nomination en Afrique où les liens familiaux comptent tant

Une enquête de Michael Pauron

C’est une histoire peu banale qui secoue la Police nationale et, par ricochet, le Quai d’Orsay. Le 2 juillet, le journal d’information en ligne actu.fr (groupe Ouest-France), a révélé que des sanctions seraient prises, à Rouen contre deux adjoints à la sécurité (ADS, contractuels de la police nationale). Dont le fils de Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France en Guinée Conakry. Lequel, contacté par Mondafrique et par actu.fr, n’a pas répondu.

La raison? Le fiston appartiendrait à un groupe whatsapp dans lequel plusieurs policiers et ADS ont échangé des dizaines de messages racistes, antisémites, sexistes et homophobes.

Un père n’est naturellement pas responsable des agissements d’un fils majeur. Mais en Afrique où les liens familiaux et claniques sont très forts, la nomination de Jean Marc Grosgurin poserait quelques sérieux problèmes d’image.

« Procès de nègre »

Ce groupe, baptisé Althing, découvert fin 2019, a déjà valu à trois gardiens de la paix de passer devant le conseil de discipline, suite à la plainte d’un de leur collègue visé par certains propos racistes. Une affaire racontée en détail par Médiapart en juin

Selon actu.fr, le fils Grosgurin, une vingtaine d’années, aurait notamment commenté un procès d’assise en ces termes : « Une famille de nègre (sic) font (sic) une soirée alcoolisée devant du foot. Fin de soirée bagarre entre 2 nègres du senegal cousins. Un meurt sous les coups. Voilà super on paye pour ce genre de procès de nègres (sic). » Son excellence a dû apprécier.

Sur les rangs pour la Centrafrique

Cette affaire intervient en plein mercato diplomatique, et au terme de la mission à Conakry de Jean-Marc Grosgurin. Dans le cadre de ce grand mouvement dans les chancelleries, son nom circule déjà, à Bangui comme à Paris, pour remplacer Eric Gérard dans la capitale centrafricaine.


Ce dernier, 57 ans, revient en « Centrale » à partir du 1er août, moins de deux ans après sa nomination dans la capitale centrafricaine. Saint-cyrien passé par le GIGN, ex consul général à Marrakech en 2013, puis à Alger en 2017, Gérard obtient une belle promotion, dans un service qu’il avait déjà côtoyé en 2007.

Des rejetons un peu cancres

L’affaire de Rouen ne devrait pas affecter outre mesure la carrière de Jean-Marc Grosgurin. D’autres rejetons de personnalités ont fait des siennes sans entraver la carrière de leurs parents. Comme le fils de Laurent Fabius, Thomas, condamné pour abus de confiance alors que son père était ministre des Affaires étrangères.

Ou encore Gabriel Reveyrand de Menthon, fils du diplomate Michel Reveyrand de Menthon et de l’ex ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine, condamné à de la prison ferme pour extorsion de fonds.

Un habitué des crises


Grosgurin est par ailleurs un habitué des crises – certes plus diplomatiques que familiales… Arrivé à Conakry en 2016, ce cadre Orient arabisant, diplômé de l’institut national des langues et des civilisations orientales, est passé par Beyrouth et Doha, où il a été conseiller.

Il rejoint finalement Dakar, où il a été nommé consul général en 2008, véritable marche-pied pour devenir ambassadeur. Avant de rejoindre le Yémen, où il est propulsé ambassadeur en 2014 au début de la guerre civile, Jean-Marc Grosgurin a fait un crochet à Bangui, en mission de renfort durant la crise de 2013.

Bangui n’a plus la cote

A 52 ans, si sa nomination se confirmait, le diplomate rejoindrait donc une ville qu’il connaît déjà un peu. Et un pays longtemps considéré par Paris comme sa chasse gardée, mais où la chancellerie française vit, depuis huit ans, un turnover inédit dans l’histoire de la françafrique.

Après le départ précipité de Serge Mucetti, en 2013, se sont succédé Charles Malinas (de 2013 à juillet 2016), Christian Bader (2016-2018), et Eric Gérard. Le prochain ambassadeur nommé à Bangui sera ainsi le quatrième à serrer la main du président centrafricain Faustin Archange Touadéra, depuis son élection en mars 2016. Bangui la Coquette n’a décidément plus la cote au Quai d’Orsay.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dans le cadre de l’accord de Défense et de coopération militaire qui lie la Fédération de Russie à la Centrafrique, l’appui du ministère rus » ...la suite
En se focalisant pendant deux décennies sur la lutte contre le terrorisme, les services de renseignement américains ont délaissé l'émergence de l » ...la suite
L’ambassadeur de France Jean-Marc Grosgurin a visité le centre de traitement des données de l’Autorité nationale des élections en compagnie de » ...la suite
Le prestigieux quotidien américain Washington Post a déclaré lundi 28 septembre son soutien au candidat démocrate Joe Biden pour battre, le 3 nove » ...la suite
Secoué par les crises, le pays n’a jamais eu le temps ni les moyens de mettre en œuvre une politique mémorielle et de préservation du patrimoine » ...la suite
Aux Etats-Unis d’Amérique, le président Trump et son Administration s’appuient ouvertement et sans retenue sur les Églises évangéliques, nota » ...la suite
Un homme de 46 ans est toujours en garde à vue ce mardi 15 septembre. Il sera poursuivi pour violences aggravées. La veille, sa voiture a foncé vol » ...la suite
A quelques jours de la convocation du corps électoral et de l’ouverture du dépôt des candidatures, les partis politiques s’activent à travers » ...la suite
Depuis le transfert de responsabilités de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) à la MINUSCA, le 1 » ...la suite
Le nouvel ambassadeur de France en Centrafrique, Jean-Marc Grosgurin, a été reçu le 11 septembre au Palais de la Renaissance pour présenter ses le » ...la suite