Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » « Au Mali, la France est encore et toujours dans le déni face aux réalités sahéliennes »
« Au Mali, la France est encore et toujours dans le déni face aux réalités sahéliennes »

Lu pour vous 

 

TRIBUNE Laurent Bigot

Dès 2011, l’ancien diplomate français Laurent Bigot avait alerté sur « l’état de déliquescence du régime malien en considérant que le pays était au bord du précipice ».

Publié le 27 août 2020 à 13h00   

 

Tribune. En suivant en direct la mutinerie au Mali qui a conduit à la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », je me souvenais d’une note que j’avais rédigée en octobre 2011 au retour d’une mission à Bamako. J’y avais donné mon sentiment sur l’état de déliquescence du régime malien en considérant que le pays était au bord du précipice.

A l’époque, un collègue diplomate m’avait répondu en disant que je faisais du pessimisme mon fond de commerce. Six mois plus tard, le président Amadou Toumani Touré, dit « ATT », était renversé par des militaires partis de Kati et le Mali plongeait dans une crise dont on ne voit toujours pas l’issue. J’ai pensé alors que la France était enfin sortie du déni. Je me suis trompé.

Il y a trois semaines, j’échangeais des messages avec l’un des tout proches du président « IBK ». Il me demandait conseil. Je lui ai écrit que la malédiction du Mali depuis de nombreuses années était le déni face à la réalité. J’aurais pu écrire la même chose si j’avais échangé avec un officiel français. Le drame de la France c’est, encore et toujours, le déni face aux réalités sahéliennes.

 

Kidal, péché originel de la France

La France est intervenue militairement au Mali en 2013 pour stopper l’avancée des troupes d’Ansar Dine dirigé par Iyag Ag Ghali. J’ai déjà écrit qu’il s’agissait d’une décision pragmatique et courageuse de la part de François Hollande. L’opération « Serval » a été rondement menée et a permis de faire reculer les groupes armés dits djihadistes aux confins du Mali, pendant que l’armée régulière reprenait possession de la partie septentrionale, à l’exception notable de Kidal laissée aux séparatistes touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Là se trouve le péché originel de la présence militaire française, une ambiguïté à tout le moins, voire une compromission, avec les groupes armés touareg réclamant l’indépendance de l’Azawad. Je n’ai jamais compris la fascination d’une partie de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et de l’armée française pour ces groupes armés touareg qui prétendaient être disposés à lutter contre les groupes dits djihadistes en échange d’un soutien en faveur de l’indépendance de l’Azawad.

C’était oublier que l’offensive militaire contre l’armée malienne en 2012 avait été lancée par le MNLA et que c’est le ralliement des groupes dits djihadistes à cette offensive – en particulier Ansar Dine d’Iyad Ag Ghali – qui a provoqué la déroute totale de l’armée malienne. Comment la France pouvait donc prétendre sauver l’intégrité territoriale du Mali en affichant une proximité avec le MNLA, ennemi de l’Etat malien ?

 

Risque d’afghanisation

Et comme si un péché originel ne suffisait pas, la France s’est encore plus compliquée la tâche en transformant l’opération « Serval » en opération « Barkhane » afin de lutter contre le terrorisme dans le Sahel. La militarisation de la lutte contre les groupes armés terroristes à l’extérieur de nos frontières est désormais une doctrine qui mériterait d’être discutée sereinement. C’est à croire que nous n’avons rien appris de l’expérience afghane.

Pourtant, Bernard Bajolet, alors ambassadeur en Afghanistan, avait écrit un télégramme diplomatique subtil pour alerter sur le risque d’afghanisation de l’intervention militaire française. Une présence militaire étrangère durable finit toujours par être considérée comme une armée d’occupation.

Surtout quand cette dernière s’arroge, sur le territoire malien, le droit de tuer (le terme « neutraliser » employé par le ministère de la défense français euphémise une réalité qu’il convient de nommer pour comprendre), des individus présumés terroristes qui sont le plus souvent des parents (frère, mari, père, fils...) de populations locales. Au-delà du fait que cette stratégie d’exécutions ciblées n’a jamais produit quelque efficacité avérée en matière de réduction de la menace terroriste, elle nourrit l’hostilité des populations locales qui voient les leurs exécutés par une armée étrangère.

 

Fétichisme électoral

Et comme cela ne suffisait pas, la France apparaissait comme un soutien indéfectible du régime d’« IBK », de plus en plus rejeté par la population pour cause de corruption et d’incurie généralisées. Là encore, le parallèle avec le régime corrompu d’Hamid Karzaï en Afghanistan est troublant.

L’Occident en général – et la France en particulier – pratique le fétichisme électoral en réduisant l’exercice effectif de la démocratie au rituel des élections, élections validées internationalement même quand la fraude est massive. Et une fois les élections reconnues comme justes et transparentes, alors le pays est durablement estampillé « démocratie » au mépris des réalités quotidiennes vécues par les populations. En promouvant ainsi la démocratie, on en devient les fossoyeurs.

Albert Einstein disait que la folie était de toujours faire la même chose et de s’attendre à un résultat différent. Les mêmes causes produisent donc les mêmes catastrophes. Ce qui s’est produit au Mali pourrait se produire au Niger voisin tant les similitudes sont nombreuses. Dans cette partie de l’Afrique, quand le pouvoir a perdu le soutien de la population et que le régulateur légitime de la vie politique n’est plus l’élection, alors l’armée entre en scène.

 

Laurent Bigot est un ancien diplomate français devenu consultant indépendant.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Bangui, République centrafricaine, 03 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). A peine sa candidature à la présidentielle annoncée, Catherine » ...la suite
La chute d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) déposé le 18 août par un coup d’État militaire parachève l’échec de la communauté internationale » ...la suite
Selon le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, ce qu’il faut aujourd’hui pour lutter » ...la suite
La connexion avec des groupes armés peuls du Sahel se rapproche dangereusement de Bangui. Il n’ y a guère que les protagonistes de l’Accord » ...la suite
Lu pour vous MANKEUR NDIAYE, un ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal qui dirige la mission de maintien de la paix de l'ONU en R » ...la suite
En cinq ans, d'exaction en exaction, la milice d'auto défense peule a étendu son emprise sur le nord-ouest du pays. Deux militaires de l'armée c » ...la suite
La France célèbre les 80 ans de l'appel du 18 juin 1940. Pour beaucoup de Français, les premiers mois de la France libre sont associés à l'exil » ...la suite
La République de Centrafrique a réalisé « des progrès importants pour faire avancer les réformes politiques», a assuré le secrétaire généra » ...la suite
A la suite de la décision du Conseil d'Etat vendredi, le chercheur François Graner revient sur sa victoire pour obtenir l'accès aux archives sur le » ...la suite
Les garants et facilitateurs de l'accord de paix du 6 février 2019 entre l'Etat centrafricain et les rebelles ont fermement condamné mercredi les d » ...la suite