Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique : plus de 2000 ex-combattants recensés à Bria et Birao dans le cadre des opérations du DDR
Centrafrique : plus de 2000 ex-combattants recensés à Bria et Birao dans le cadre des opérations du DDR

 

 

BANGUI, 2 septembre 2020(RJDH) ---La mission conjointe du DDR a enregistré environ 2000 ex combattants dans les préfectures de la Haute-Kotto et de la Vakaga la semaine dernière. Ces éléments sont près, selon le ministre Herbert Gontran Djono-Ahaba, pour les opérations du DDR qui bientôt seront lancées.

 

Dans la Haute-Kotto, la mission a recensé 835 ex-combattants éligibles au programme du DDRR et 1176 autres dans la Vakaga à l’extrême nord du pays. Ces éléments sont issus des groupes armés de différentes tendances du FPRC, du RPRC, de MLCJ. Cependant la liste des éléments de l’UPC et des Anti-Balaka n’a pas été actualisée pour des raisons techniques selon le ministre Herbert Gontran Djono-Ahaba qui a conduit la mission dans ces préfectures.

 

« Nous avons reçu une liste de 835 ex-combattants à Bria en armes de guerre et représente 90% des éléments éligibles au DDRR et à Birao, les deux principaux mouvements armés ce sont le MLCJ et le RPRC, auxquels nous avons recensé 1176 éléments. Donc les deux préfectures font un total d’environ deux mille (2000) ex-combattants prêts à aller au DDR», a présenté le Ministre avant de préciser que les opérations pourront démarrer aussitôt après le travail de la coordination générale et du comité technique.

 

« Je pense qu’à ce jour, la coordination générale travaille sur les listes que nous avions recueillies et d’ici deux semaines ou au plus tard trois semaines, l’équipe technique sera sur le terrain pour procéder aux opérations du DDR », a-t-il annoncé.

 

Les défis qui restent à relever sont entre autres, l’impraticabilité des routes pouvant faciliter les opérations dans certaines régions, note le membre du gouvernement.

 

Cette mission a été effectuée dans les deux préfectures à double objectif. Premièrement, elle vise à actualiser les listes des ex-combattants et des opérations d’enrôlement des électeurs pour les élections en cours. Ces éléments une fois désarmés seront intégrés dans les rangs des forces en uniforme conformément aux dispositions de l’accord politique pour la paix et la réconciliation signé le 06 février 2019 à Bangui qui demandent le désarmement des éléments armés avant leur intégration dans les Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS).

 

Judicaël Yongo

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’Autorité nationale des élections a annoncé les résultats des législatives tenues le week-end dernier. En décembre, le scrutin avait été fo » ...la suite
La configuration de la 7ème législature de la 6ème République se dessine à l'horizon en attendant la décision de la Cour constitutionnelle. L'Au » ...la suite
La campagne électorale pour les élections législatives partielles s’est ouverte ce samedi 27 février 2021 en République centrafricaine, et ce j » ...la suite
Lors d’une réunion, mercredi, du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en RCA, la Centrafricaine Martine Kessy Ekomo-Soignet a p » ...la suite
En Centrafrique, les opérations de reconquête du territoire par l’armée et les alliés bilatéraux se poursuivent. L’armée centrafricaine a re » ...la suite
Les députés centrafricains sollicitent de l’exécutif une session extraordinaire pour statuer sur les conditions d’organisation des prochaines o » ...la suite
Près de 3.000 personnes se sont rassemblées à Bangui pour remercier la Russie qui avait envoyé des instructeurs et ainsi aidé l’armée gouverne » ...la suite
Dans un décret signé le 12 février 2021, le président Touadéra convoque le corps électoral pour le deuxième tour, ainsi que pour la reprise du » ...la suite
Les réfugiés centrafricains arrivent en grand nombre au Nord de la RDC, en raison des violences et de l’insécurité survenues dans le contexte de » ...la suite
En cause, des attaques de groupes armés sur la route principale reliant le pays au Cameroun empêchent l’acheminement de l’aide humanitaire et de » ...la suite