Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Nouvelles nationales sur RFI
Nouvelles nationales sur RFI

Vers un report de la présidentielle et des législatives en Centrafrique?

https://www.rfi.fr/ 10/09/2020 - 10:53

En Centrafrique, l’opposition et la société civile assurent que l’Autorité nationale des élections est confrontée à de nombreux problèmes et ne pourra pas organiser la présidentielle et les législatives prévues le 27 décembre prochain. La Cour constitutionnelle a donc décidé d’auditionner l’ANE et son verdict est sans appel.

L’Autorité nationale des élections doit impérativement avoir publié la liste unique des électeurs avant le 27 septembre, date de leur convocation, pour que les scrutins prévus trois mois plus tard jour pour jour puissent avoir lieu. Ce qui déjoue totalement les plans de cet organe puisqu’il a pris du retard dans ses opérations d’enrôlement des électeurs et avait programmé de les poursuivre au-delà de cette date butoir.

La Cour constitutionnelle a donc sommé l’ANE de rester dans les clous, ou d’annoncer à l’exécutif qu’elle est dans l’impossibilité de respecter les délais constitutionnels. Jusqu’ici, l’Autorité nationale des élections poursuit ses activités comme si de rien n’était, même si « l’heure de vérité a sonné » pour l’opposition et la société civile.

Ce mercredi, l’opposition regroupée au sein du COD-2020 a rencontré le président Faustin-Archange Touadéra et lui a demandé de prendre acte de l’impossibilité d’organiser les élections dans les délais et de débuter « une concertation » en vue d’arriver à « un glissement électoral consensuel ». La question sera également abordée ce jeudi dans une rencontre entre le président et ses quatre prédécesseurs présents dans le pays. Mais pour le moment, la présidence renvoie la patate chaude à l’ANE, seule organe habilitée à ses yeux pour demander un report des élections.

 

 

RCA: l'Autorité nationale des élections face au difficile respect du calendrier électoral

https://www.rfi.fr/ 05/09/2020 - 00:52

En Centrafrique, le Comité stratégique d’appui au processus électoral s’est réuni ce vendredi 4 septembre, à trois mois et demi de la présidentielle prévue le 27 décembre. Il a été décidé que l’Autorité nationale des élections (ANE) rencontre mardi prochain la Cour constitutionnelle en vue d’« harmoniser le chronogramme technique et les dates constitutionnelles qu’on ne peut pas dépasser », selon nos sources.

La première date-butoir arrive à grand pas. Le président centrafricain doit signer au plus tard le 27 septembre prochain le décret de convocation des électeurs, qui sera précédée la veille de celle d’un autre décret, portant découpage des circonscriptions électorales. Mais pour cela, l’Autorité nationale des élections (ANE) doit avoir publié une liste unique provisoire des électeurs avant cette date, selon nos sources. C’est là où le bât blesse.

Malgré les assurances de l’ANE, opposition et société civile se disent certains que « l’ANE a déjà échoué et ne pourra pas tenir les délais », alors que les représentants de la communauté internationale ne cachent pas leurs doutes.

Gageure

L’ANE doit en effet terminer d’ici trois semaines au plus l’enrôlement à l’intérieur du pays et celle de la diaspora disséminée dans une dizaine de pays en Afrique et en Europe, enregistrer toutes ces données, vider le contentieux et publier la liste provisoire avant le 27 décembre, une « véritable gageure » aux yeux de participants à la réunion du vendredi 4 septembre.

Nos sources assurent qu’ils n’ont pas pu se pencher sur cette question des « délais » comme prévu, le président Faustin Archange Touadéra ayant instruit l’ANE et la Cour constitutionnelle qu’elles se rencontrent pour harmoniser leurs vues, lorsqu’il a reçu les responsables de toutes les institutions républicaines il y a trois jours.

C’est après cette réunion entre les deux organes prévue mardi que le Comité stratégique d’appui au processus électoral pourra dire si oui ou non, il y aura un glissement du calendrier électoral.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance de » ...la suite
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique i » ...la suite
En plus des attaques des groupes rebelles pour empêcher le déroulement du processus électoral en Centrafrique, le refus par l’opposition de parti » ...la suite
La coalition de l'opposition en Centrafrique a annoncé mardi 2 février se retirer entièrement des élections législatives, dénonçant un « simul » ...la suite